Throwback thursday livresque #3

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram, Bettie du blog Bettie Rose Books a pris l’initiative d’en faire un rendez-vous livresque en 2016. Le but est de parler chaque jeudi d’un livre « ancien » de notre bibliothèque en fonction d’un thème donné. Bettie a passé le flambeau, désormais le récap’ des liens se fait sur le blog my-bOoks.com. Venez y participer.

Thème du jeudi 18 juin : combat

Argh !!!! Le choix est trop difficile ! J’avais deux chouchous dans les starting blocks. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, d’Harper Lee et L’arbre monde de Richard Powers. Mais ça fait tellement longtemps que j’avais envie de vous parler du deuxième que je saute sur l’occasion parce que le thème combat s’y prête à merveille.

Aussi, aujourd’hui je te présente, l’Arbre Monde, de Richard Powers. Entre ce bouquins est moi, tout à commencé par une chronique sur France Inter qui l’a fait aussitôt grimper au top de ma wishlist du moment, présentant ce bouquin comme une ode symphonique pour la nature. À vrai dire, je l’avais pris à la bibliothèque pour que Wanderlustdad le lise vu qu’il se passionne pour la vie secrète des arbres en ce moment et puis finalement, quand il a vu le pavé, il a pris peur et j’en ai profité pour le lui piquer. Et juste waouh !!!! Il faut s’accrocher, les débuts sont un peu lents mais le message est tellement beau et fort qu’une fois la galerie de portraits passés, l’enchaînement des événements est tel qu’on ne peut plus le lâcher.

On y suit les existences de personnes que rien ne pourrait lier de prime abord et qui se retrouvent à défendre ensemble les mêmes idéaux, sauver des arbres séculaires menacés d’abattage à la lisière des parcs nationaux américains et préserver la biodiversité végétale à travers le monde. Chacun des personnages est profondément lié à un arbre dans son caractère ou dans ces traits physiques et on a parfois du mal à dissocier l’être humain du végétal.

Au fil des pages, on s’attache à ses personnalités cabossées par la vie qui, par au contact de ces maîtres de la forêt parviennent à se redresser et à retrouver la lumière de la canopée.

Une chose peut voyager partout rien qu’en restant immobile.

Les arbres s’abattent dans un fracas spectaculaire. Mais, le semis est silencieux, la croissance est invisible.

L’arbre monde, R. Powers

Le combat est rude, c’est contre l’humain qui instrumentalise la nature à des fins de profit qu’il se joue. On ne peut s’empêcher de penser à l’Amazonie, aux forêts de Sumatra et toutes ses forêts primaires devenues des hectares de monoculture. Mais malgré tout, c’est un livre plein d’espoir, qui donne redonne foi en l’humain et vous donne une envie folle de vous reconnecter à la nature et d’aller faire une balade en forêt.

Voilà, j’espère que mon petit voyage dans le temps de mes lectures t’aura plu.

Cette chronique t’a plu, tu as envie de continuer à nous suivre ? N’hésite pas à nous retrouver sur notre page Facebook ou sur Instagram

A bientôt 😉