Disneyland Paris en mode slow ? Si ! Si ! Je t’assure, c’est possible…

Il y a quelques temps, j’avais accordé un article sur le slow tourisme. Si le sujet t’intéresse, l’article est par là…

https://wanderlustfamily4.travel.blog/2020/04/01/voyage-et-si-on-passait-en-mode-slow/

Je te l’accorde, parler de slow tourisme à Disneyland Paris relève un peu de l’oxymore au premier abord. Envie de profiter de ta journée à Disneyland Paris en famille en toute sérénité? Sans avoir l’impression de participer à la course RunDisney, cet article est pour toi ! Je te propose quelques conseils pour organiser ta journée, et prévoir des moments de décompression afin que ton séjour au pays des rêves ne tourne pas au cauchemar.

Avant de réserver, sois stratégique…

Choisis bien tes dates

Photo de Bich Tran sur Pexels.com

Premier conseil, avant de réserver ou de planifier une journée sur les parcs Dinsey, consulte les prévisions de fréquentations sur le site météosensible.

http://meteosensible.free.fr/disneyland.html

Elles seront très utiles pour concilier tes disponibilités et la fréquentation des parcs, parce qu’il y a des jours où il est tout de même plus facile de profiter du mode slow que d’autre. Bannis les journées noires, préfère les jours de semaines au week-end (même si je sais que c’est parfois compliqué) et préfère partir en dehors des temps de vacances de la région parisienne et des week-ends prolongés du mois de mai.

Une fois tes dates choisies, réfléchis à ton hébergement si tu pars sur plusieurs jours

Commence par faire un point sur les besoins et les envies de la famille. Si les enfants sont petits, mieux vaut peut-être choisir un hôtel du parc, qui évitera de faire de trop nombreux allers-retours si tu as besoin de rentrer te reposer. En plus, comme je te le disais dans le premier article de cet univers Disney, les formules proposées comprennent les billets d’entrées et peuvent s’avérer plus rentables que les formules Do It Yourself.

Si tu nous découvres avec cet article, tu peux découvrir nos conseils ici pour réserver ton séjour à Disneyland Paris sans te fâcher avec ton banquier ici…

https://wanderlustfamily4.travel.blog/2020/01/03/comment-organiser-un-sejour-a-disneyland-paris-sans-mettre-ton-banquier-en-pls/

Séjourner dans les hôtels Disney te permettra d’accéder aux parcs dès 8h30 dans le cadre des Heures de Magie en Plus. L’ouverture au grand public n’étant qu’à 10h00, cela te laissera un peu de marge pour profiter de quelques attractions très fréquentées sans trop attendre.

Les hôtels Sequoia, New Port Bay Club, New York et Disneyland Hotel disposent de piscines qui pourront être un moyen de se détendre et de faire une pause entre deux files d’attentes si il s’avérait que les parcs était trop plein.

De plus, ils proposent une formule club qui inclut le petit déjeûner, le goûter et un billet coupe file supplémentaire. Cela peut valoir le coup de payer un peu plus cher pour s’octroyer un peu de tranquillité.

Quelques jours avant ton arrivée

Commence à télécharger l’application Disneyland Paris sur ton téléphone. Elle te permettra d’anticiper un peu les temps d’attentes et de voir à quelle sauce tu pourrais être mangé pendant ton séjour. C’est aussi l’occasion de faire un point sur les incontournables de chacun et de voir quels sont les moments de la journée les plus propices pour chaque expérience. Certaines rencontres avec les personnages ne sont maintenant plus en accès libre mais doivent être réservées sur l’application Lineberty. Point positif : plus de files d’attente interminables ! Point négatif : l’application est souvent surchargée et les places sont limitées et peuvent partir très vite. Attention aux déceptions !

Une fois sur place…

Si tu arrives par le train, jette un coup d’oeil en sortant de la gare à la file d’attente aux contrôles, elle peut être un bon indicateur du nombre de visiteurs sur le parc. Si tu résides dans un hôtel du parc et que tu n’as pas opté pour l’option Disney Express qui te permet de déposer tes bagages à la gare et de récupérer tes billets d’entrée, il va falloir aller chercher tes précieux sésames. Personnellement, même lorsque l’on séjourne à l’hôtel Cheyenne, ou au Santa Fe, on préfère se rendre à l’hôtel à pied plutôt que d’attendre la navette avec les enfants surexcités à juste titre d’être enfin arrivé chez Mickey. Cela permet à tout le monde de se mettre dans l’ambiance en passant par le Disney Village et de canaliser les débordements d’énergie.

Arrivé à la réception, tu vas maintenant devoir attendre pour déposer récupérer tes billets, tes coupons si tu as réservé une formule de demi-pension, selon ton hôtel ta carte d’accès à la piscine, déposer tes valises et repartir en direction du Parc.

C’est là qu’intervient le premier choix…

Quel parc visiter en premier ?

Là encore, cela dépend de vos envies. Toutefois, avec des petits pour lesquels c’est la première fois, si tu veux la prendre cool et ne pas changer de parc trop souvent, il vaut mieux privilégier le Disneyland Park aux Studios.

En effet, de nombreuses attractions des Walt Disney Studios sont actuellement en réhabilitation et pour encore un petit moment encore. Aussi, si ta famille n’est pas trop friande de sensations fortes, il vaut mieux garder les studios pour la fin de journée quand le monde commence à défluer ou pour un moment où tout le monde pourrait avoir envie de se poser. Pour cela, regarde le programme des spectacles sur l’application ou à l’entrée du parc.

Comment éviter les files d’attente à rallonge ?

Certaines filent d’attente selon les jours peuvent flirter avec les 2h00. Personnellement, je me refuse à attendre autant de temps avec les enfants même pour une attraction sans FastPass. Aussi, voilà quelques astuces…

Profite des Heures de Magie en Plus

Les Heures de Magie en Plus ou EMH dans le jargon Disney, sont réservées aux résidents des hôtels Disney, comme je te le disais plus haut. Elles te permettent d’accéder au parc à partir de 8h30 quand l’ouverture au public se fait à 10h00. Hors contexte de crise sanitaire, c’est un moment où tu peux rencontrer des personnages à l’entrée des deux parcs. Et d’accéder en avant-premières à certaines attractions. Cela vaut le coup par exemple à ce moment-là de faire Crush’s Coaster, les montagnes russes inspirées du monde de Nemo. L’attraction, n’est pas éligible aux FastPass et atteint des temps d’attente qui descendent rarement en dessous de 90 minutes en journée.

Utilise les FastPass

En scannant tes entrées tu as accès un certain nombre de fois dans la journée à des billets coupe-file sur les attraction qui affichent le dispositif FastPass. On te donnera un rendez-vous pour revenir faire l’attraction à un certain moment de la journée. Attention, certaines bornes sont reliées entre elles. Tu ne peux prendre que jusqu’à 3 FastPass à la fois : un aux Walt Disney Studios, un au Disneyland Paris pour toutes les attractions sauf Indiana Jones et Star Tours, un pour Indiana Jones ou Star Tour. Il faudra attendre que ton FastPass soit terminé pour en reprendre un autre ou alors payer à ton arrivée à l’hôtel ou à la réservation pour obtenir des FastPass illimités.

À noter que les résidents dans les formules Club du Sequoia Lodge (Golden Forest Club), NewPort Bay Club (Compass Club), New York (Empire State Club) ainsi qu’au Disneyland Hôtel bénéficie d’un FastPass hotel supplémentaire par jour. Les résidents en suites ou au Castle Club, bénéficient de l’option VIP FastPass qui permet de passer par la file FastPass de toutes les attractions éligibles à volonté.

Fais comme le saumon, navigue à contre courant…

Il y a des heures dans la journée où les files se vident comme par magie. Les heures des repas et celle de la Parade ou des spectacles, qui drainent un grand nombre de public assis.

Profite de ces moments là pour faire les attractions pour lesquelles tu n’as pas pu avoir de FastPass si tu estimes que le temps d’attente te convient.

Si tu tiens absolument à voir la Parade, place-toi à l’endroit où elle sort. Tout prêt de l’attraction It’s a Small World. Tu pourras ainsi repartir dès qu’elle sera terminée pour faire tranquillement les attractions de Fantasyland, Adventureland et Frontierland pendant que les chars continuent leur chemin jusqu’à Main Street.

De même, profite des parcs jusqu’aux horaires de fermeture. En effet, tu peux accéder aux files d’attentes jusqu’au dernier moment. Cela te permettra d’attendre moins longtemps. En effet, lorsque les gens commencent à se positionner pour le spectacle du soir, il y a moins d’attente aux attractions.

Et si les enfants venaient déguisés ?

Tu verras de très nombreux enfants déguisés sur les parcs. Pour t’éviter de dépenser une cinquantaine d’euros dans un déguisement sur place, pense à glisser le déguisement préféré de tes Schtroumpfs dans la valise. D’autant que si il se rapporte à l’univers d’une attraction, le déguisement te permettra de passer par la file des FastPass. Un costume de Peter Pan, Clochette ou Crochet pourra te permettre de squizzer la file de Peter Pan’s Flight par exemple. Un costume de Woody, celle de Big Thunder Mountain… Manque de bol, les costumes ne facilitent pas l’accès au pavillon des princesses et aux rencontres avec les personnages, mais cela rajoute une touche de magie aux photos.

Une pause s’impose ?

Même si en suivant nos conseils précédents tu as relativement peu attendu, tu es peut être déjà fatigué et tu as envie d’une pause. Plusieurs options, là encore, s’offrent à toi.

Prendre le temps de manger

Il est bientôt l’heure du repas et comme Winnie l’Ourson ton petit bedon commence à gargouiller ?

Si tu amènes ton repas de la maison (ce que je comprends largement parce que les fastfood sont exagérément cher à Disneyland Paris) choisis un endroit qui te plait, il y a des bancs près du théâtre du Château, d’autres près de Meet Mickey ou des murets non loin de Star Tours. Attention, le pique-nique glacière est interdit dans le parc, prévois donc quelque chose de discret.

Si au contraire tu souhaites manger au calme, tu peux profiter des nombreux restaurants avec service à table. Certains sont plus recherchés que d’autres et il faut les réserver à l’avance, soit directement de chez toi, en appelant la centrale de réservation des restaurants, soit à ton arrivée à l’hôtel en demandant à la réception, ou bien encore directement au restaurant dans la journée si il reste des places. Pense à anticiper les restaurants en amont en réservant une formule de demi pension (qui te fera bénéficier du petit déjeuner gratuitement), parce que le budget peut vite s’avérer salé, surtout si tu vises des restaurants avec rencontres avec les personnages. Pour info, Disneyland Paris prend les chèques vacances mais pas les tickets restaurants.

Je te propose ici, en attendant un article plus complet sur les restos avec service à table, quelques uns de nos chouchous par tranche de budgets :

  • Esprit FastFood : le Lucky Nuggets Saloon (il est un peu plus cher que les Fast food classique mais le cadre est super chouette et tu peux même avoir la chance d’avoir le pianiste en concert live)
  • Buffet à volonté : nous n’avons jamais eu l’occasion de les tester mais tu en trouveras plusieurs sur le parc. Plaza Garden, Agrabah,
  • Menu au choix : le Bistrot Rémy (la déco est top, c’est à faire avec des enfants et la carte est assez chouette), le Walt’s (plutôt pour un repas en tête, son ambiance cosy et chic au dessus de Main Street, permet selon l’heure de voir passer les animations)
  • Rencontres avec les personnages : Si tu as envie de joindre l’utile, manger à l’agréable, rencontrer les personnages sans te faire une heure de queue, parfois dans un endroit clos et surchauffé avec des enfants qui commencent à ne plus en pouvoir d’attendre et d’être à ça de rencontrer leur héros préféré, tu peux opter pour des repas avec les personnages. Pour les restaurants qui proposent cette expérience, il est conseillé de réserver à l’avance. Pour une famille de 4 personnes compte à minima 200 € si tu n’as pas prévu la demi pension. Je te l’accorde c’est vraiment très cher. Aux Inventions, buffet à volonté du Disneyland Hotel, tu pourras rencontrer les classiques (Mickey, Minnie, Bourriquet, Crochet, Pluto, Dingo etc…) le midi et le soir du lundi au samedi. Le dimanche est consacré à des brunchs à thèmes, avec des personnages rares ou en costume spécial et pour le coup, c’est encore plus cher. À l’Auberge de Cendrillon, tu pourras rencontrer la jolie princesse bleue et deux autres princesses. Le repas est à la carte, la cuisine se veut raffinée mais plus que pour ce que tu as dans ton assiette, tu paies pour la présence des princesses et les étoiles dans les yeux des enfants. Si tu as envie de Tex Mex, et d’aventures en mode cowboy, tu pourras aussi rencontrer les personnages au Buffalo Bill Wild West Show. L’ambiance du diner-spectacle est vraiment très chouette et le repas très copieux.

Si tu as envie d’un petit goûter, et que tu n’as pas réservé en formule Club, tu peux t’installer dans les petites boutiques de Main Street. Il y en a plusieurs qui proposent des pâtisseries qui donnent envie d’y croquer dedans. Pour les boissons chaudes, personnellement, je passe mon tour, elles sont assez chères et pas très bonnes. Si tu veux un bon café avec ton cheesecake, préfère le Starbucks du DisneyVillage, pour le même prix, ce sera vraiment meilleur. Si le budget n’est pas un problème, ou si tu veux te faire une petite folie, tu peux aussi aller goûter au calme du Disneyland Hotel. Au premier étage, en face de l’entrée du restaurant les Inventions, se trouve le café Fantasia. Il est en général assez tranquille et propose une carte sympa. Tu pourras peut être bénéficier de la présence du pianiste et dans ce cas là, l’ambiance devient magique.

Prendre soin de toi

Photo de Pixabay sur Pexels.com

On le sait, les journées à Disneyland Paris ne sont pas de tout repos. Tu peux donc aussi te ménager des pauses dans la journée.

Si tu as opté pour un hôtel avec piscine, pourquoi ne pas profiter d’un moment où le parc est bondé pour aller faire un petit plouf ? Tu reviendras tout frais et régénéré, prêt à réattaquer les files d’attentes et la foule.

Certains hôtels proposent aussi une salle de sport. N’étant pas de grands sportifs nous n’avons jamais tenté mais elles ont le mérite d’exister.

Au Disneyland Hotel, près de la piscine, tu trouveras aussi le Celestia Spa. Il est accessible à tous, résidents de l’hôtel ou non. Le Spa propose des formules couples et parent-enfant. Il est conseillé de réserver à l’avance. Tu trouveras plus d’infos par ici sur les tarifs, les formules et les modalités de réservation par ici.

https://www.deepnature.fr/fr/spa-celestia-spa-disneyland-hotel

Les messieurs pourront aussi, si ils le souhaitent, aller voir le barbier. Car oui, aussi incroyable que cela puisse paraître, une véritable boutique de barbier se cache dans les recoins de Main Street, dans le Disneyland Park. Cette boutique est un hommage au père de Walt Disney dont c’était la profession.

https://www.disneylandparis.com/fr-fr/boutiques/parc-disneyland/dapper-dans-hair-cuts/

Marre des files d’attentes et des attractions ?

Là encore, tu n’as que l’embarras du choix si tu as envie de te changer les idées.

Et si au lieu d’attendre la dernière minute, tu profitais d’un moment de surcharge pour faire ton shopping ?

Dans la famille, ce n’est pas vraiment notre activité de prédilection, mais on a pu remarquer que certains moments dans la journée sont plus propices que d’autres. Si tu veux faire les magasins en toute tranquillité, oublie le rush de la fermeture. À la fin de la journée, tout le monde se rue sur les magasins de Main Street et sur ceux du Disney Village. C’est franchement loin d’être agréable. Alors je t’entends déjà me dire, que je suis bien gentille mais tu n’as pas très envie de te trimballer tes paquets tout au long de la journée dans les attractions. Mais que nenni, tu ne te retrouveras point chargé comme un âne !!! Si tu résides dans les hôtels du parc, saches que tu peux faire tes emplettes dans la journée et te les faire livrer à ton hôtel. Si, au contraire, tu ne résides pas sur les hôtels du resort ou que c’est ton dernier jour, tu peux, faire tes achats et passer les récupérer en boutique en fin de journée.

Envie de t’asseoir tout simplement ?

Si tu es comme nous, il n’est pas rare de terminer une journée à Disneyland Paris en ayant fait aux alentours de 10km. Aussi, parfois, on a tout simplement envie de s’asseoir, et de regarder ce qui se passe autour.

Profite des offres de spectacles du parc. Que ce soit aux Walt Disney Studios ou au Disneyland Park, tu en trouveras tout un tas. Certains changent en fonction des saisons et des événements prévus, mais d’autres sont de grands classiques. Ne manque pas le merveilleux, Mickey et le Magicien, et le Stitch Live, grands chouchous de la famille, ainsi que Moteur ! Action ! Stunt show spectacular ! qui te permettront d’être confortablement assis pendant une petite demi-heure.

Tu peux aussi t’installer dans les confortables banquettes du Molly Brown, le bateau à aube de Frontierland pour une balade sur le lac ou prendre le train qui fait le tour du parc ou les transports anciens de Main Street lorsqu’ils fonctionnent ou simplement, profiter de l’ambiance feutrée et de l’odeur d’ambre de la réception du Disneyland Hotel, accessible même aux non-résidents.

Et si tu prenais ton temps pour faire des photos sympas ?

Se balader, simplement, à la recherche de détails que tu n’avais jamais remarqué prendre des photos originales et décalés. Le parc est truffé d’endroits plus ou moins cachés pour prendre des photos rigolotes. Tu peux prendre la grosse tête avec le chapeau du Chapelier fou, retrouver Carl et Russel à la pêche, frotter la lampe pour essayer de faire apparaître le Génie, t’attarder sur les détails du quartier français de Rémi, prendre la pause devant la boutique de parapluies ou essayer de trouver Push la poubelle qui parle (promis, on n’avait pas abusé ce jour là de substances illicites 😉 ). La tombée de la nuit offre un très beau moment pour photographier certaines attractions, je pense à Orbitron ou Mad hatter’s tea cups par exemple. Pourquoi ne pas se lancer avec des plus grands un défi-photo à thème ?

Et si tu redécouvrais quelques attractions négligées ?

Il y a des attractions qui ne semblent pas en être vraiment et que l’on oublie souvent au cours de nos visites par manque de temps et d’envie aussi souvent. Elles peuvent cependant s’avérer des pauses sympa entre deux attractions. Es-tu déjà allé rentre visite au Dragon du Château dans sa Tanière? As-tu déjà essayé de jouer les Robinsons dans leur cabane perchée, ou les pirates sur le Jolly Rogers ? As-tu déjà pris de la hauteur en visitant le Château, les vitraux sont absolument magnifique et la vue sur les parcs vaut le détour ? Ou au contraire, t’es-tu déjà aventuré à 20 000 lieues sous les mers à bord du Nautilus, ou dans les ruelles d’Agrabah à travers le Passage d’Aladin ?

Voilà, j’espère que ces petits conseils pourront t’aider à envisager ton prochain séjour à Disneyland Paris en toute sérénité. En attendant, n’oublie pas que tu peux suivre nos aventures dans le monde magique de Mickey mais pas que… sur notre page Facebook

https://www.facebook.com/mywanderlustfamily/

et sur instagram

https://www.instagram.com/wanderlust_family13/

Et toi quelles sont tes astuces pour envisager ton Disney en mode slow ?

À bientôt 😉

Voyage : et si on passait en mode slow…

Photo de Valeriia Miller sur Pexels.com

Il y a un bon moment que je réfléchis à un article sur le slow travel. Pour les non anglophones, on pourrait traduire ça par voyage lent… Je sais, ça sonne un peu comme un contresens mais en ce moment, l’oxymore semble-t-il est à la mode…

Je tourne, je retourne, j’écris, je réécris, dans mon carnet avec mon stylo de l’ancien temps (traduire un stylo à plume) comme disent les schtroumpfs (sales gosses !!!) avant de taper la bonne version. Bref, comme certains voyages, l’article était dans le tiroir depuis quelques temps, attendant de mûrir un peu.

La vie de tous les jours et son rythme à 100 l’heure, malgré une furieuse envie de ralentir m’empêchaient de me poser et de remanier cet article qui me tient vraiment à coeur. Et puis est arrivée une micro bébête qui a mis tout le monde à l’arrêt et qui nous oblige tous à lever le pied de nos existences de dingues. Ayant à présent, sur mon canapé, à peu près le même rythme cardiaque qu’un paresseux léthargique (j’adore les paresseux, ils ont tout compris au slow travel, eux), j’ai enfin le temps de peaufiner le bébé…

Comment on arrive là ?

Pendant de nombreuses années, je considérais que les vacances n’étaient réussies que si elles ressemblaient à une entrainement pour le Marseille-Cassis. Longuement préparées à l’avance, planifiées au 1/4 de seconde près. Il s’agissait d’en faire / voir le plus possible et souvent en peu de temps. On aurait sûrement jamais l’occasion de refaire le voyage alors il fallait tout faire dans l’urgence. Résultat : tension, fatigue, frustration, crise de pleurs de schtroumphs fatigués, déception et sentiment de vacances râtées… Au lieu d’être des parenthèses qui permettaient de se reposer, elles n’étaient au final que la continuité de la course du quotidien.

Carl Honoré - Eloge de la lenteur.

Et puis un jour, au fil de mes lectures, je suis tombée sur un livre qui a changé mon rapport au temps, pendant les vacances mais aussi dans la vie quotidienne. A l’époque du toujours plus vite, L’éloge de la lenteur, de Carl Honoré est un petit saumon qui nage à contre courant… Tu noteras qu’aujourd’hui, je suis dans la métaphore animalière… C’est un petit bouquin qui coûte une misère, mais ce sont peut être les 3,50 € les mieux investis de ces dernières années. Si tu ne l’a pas sous le coude et que tu t’y intéresses quand même, il a aussi fait une super conférence TED. C’est plus rapide que le livre mais le gros de l’idée est là…

Son questionnement est le suivant : si on ralentissait, qu’est ce qu’on y gagnerait ? À l’heure où Netflix nous propose de regarder nos séries préférées en accéléré pour en voir toujours plus. Il nous amène donc avec lui faire le tour des différents aspects de notre vie quotidien à travers les figures du mouvement Slow. Tout y passe, de l’aménagement urbain, à la cuisine en passant par le travail et l’amour. J’aime assez l’idée de l’adapter au tourisme… Mais comment faire quand, comme nous tes journées devraient durer 48h et que tu n’es pas un adepte du farniente ?

Le slow-living comme mode de vie

Il y a quelques temps, lorsque je racontais mes journées à ma mère le soir au téléphone, je me donnais le tournis toute seule. Et cours à droite, et cours à gauche et fais vite ci, et fais vite ça et termine ça en urgence, et me**e la deadline est dépassée, c’est quand la dead-dead line ? Je sens que tu connais ce sentiment…

Quand je me couchais le soir, j’avais l’impression que mes jambes et mon cerveau continuaient à courir seuls sans arriver à s’arrêter… C’est là que je me suis rendu compte que la seule vraie urgence dans ce quotidien qui finissait par me dépasser, c’était celle de ralentir. Mais comment faire ?

Faire le point sur les priorités

J’admire les gens organisés qui arrivent à tout gérer, en ce qui me concerne, au quotidien, je suis un vrai bazar… Dans le sketch des « Mamans calmes » de Florence Foresti, j’aurais plutôt tendance à être l’autre, celle qui arrive les cheveux en vrac, pas maquillée, en baskets et dépose les enfants en cata…

Mais il arrive un moment où prendre le temps de se poser, pour faire le point sur ce qui est important, ce qui ne l’est pas et surtout ne pas transiger sur ce qui est prioritaire pour toi devient LA priorité de toutes les priorités si tu veux ralentir. Miracle Morning, bullet journal, blog sur le thème du slow-living, internet regorge d’astuces pour t’aider à ralentir et à mettre un peu de hygge dans ta vie. Reste plus qu’à trouver celle qui t’inspire…

Accepter que tout ne soit pas parfait

Alors ça… Pour quelqu’un d’hyper perfectionniste, c’est peut être le plus difficile… Laisser de la place à l’imprévu et arrêter de vivre dans la frustration de ta maison que tu n’arrives pas à ranger et qui ne ressemble pas à ton tableau pinterest d’inspiration déco, de ton plat qui ne ressemble pas à la photo du livre de recette… C’était de l’ordre du surréaliste…

Et puis un jour, tu tombes sur LE Mantra, la phrase que tu voudrais voir écrite sur tous les murs… « C’est le bordel, mais c’est pas grave ». Elle n’est pas de moi, elle est tirée de La sagesse espiègle d’Alexandre Jollien mais il a tellement raison, au final, est-ce vraiment grave ? Il parait que les gens bordéliques sont plus créatifs… Tu sens la nana qui essaie de te convaincre que le bordel a du bon… Bientôt, elle va citer Einstein et son sens naturel de l’ordre pour justifier le fait qu’elle n’arrive à rien retrouver dans le bazar de son bureau…

Et si on laissait notre vie aller un peu comme on laisse vivre un jardin en permaculture ? Car au final, en permaculture, les déséquilibres finissent toujours par se rétablir en laissant faire le temps et la nature.

Être au clair avec son rythme

Ralentir ne signifie pas être à l’arrêt complet, hein. Pour moi ralentir c’est savoir lever le pied quand il faut, respecter les limites de vitesse et les indices qui t’invitent à appuyer délicatement sur le frein quand c’est nécessaire, sans piler n’est-ce pas ?

Dans l’éloge de la lenteur, Carl Honoré, dédie tout un passage sur la vitesse au volant et ce qu’elle nous fait gagner sur le long terme… Au final c’est dérisoire comparé aux risques que l’on encourt. À foncer la tête dans le guidon, on finit par ne plus voir le paysage et à fonctionner comme des robots.

Plus loin, il nous parle aussi de la nécessité de se ménager de vrais moments de pause pour rester productif, car c’est souvent dans ces moments de déconnexion que viennent les éclairs de génie… Pense à Newton et à sa pomme…

Bref, être au clair avec son rythme c’est accepter avec bienveillance que l’on a tous des moments où l’on pourrait déplacer des montagnes et d’autres où l’on a juste besoin de se retrouver dans sa grotte et apprendre à mettre à profit chacun de ces moments pour avancer ou au contraire reprendre les forces nécessaires pour repartir.

Et en voyage, ça donne quoi alors ?

Bon c’est bien joli tout ça, au quotidien, c’est déjà un chantier à mettre en place. Mais en voyage alors ? Et bien justement, c’est peut être plus simple de le tester à l’essai sur une période courte avant de commencer à le mettre en place dans la vie de tous les jours…

Faire le point sur les priorités

Avant de partir, si tu veux voyager à ton rythme, il est indispensable de faire un point sur les incontournables des uns et des autres (visite, bar, restos, expériences…). Lister les coups de coeur de chacun permet de voir quels vont être les temps forts de toute la famille. Certains seront peut-être partagés, se combiner, d’autres seront peut-être individuels, peu importe. Connaître les envies de chacun permettra aussi d’éviter les frustrations et les « J’avais trop envie de faire ça et au final on l’a pas fait ».

Bien sûr, mieux vaut éviter d’avoir une liste d’envie longue comme le bras avec des lieux situés aux quatre coins de la ville. Sinon, on retombe dans les travers dont il était question au départ et on repart sur des vacances marathon. Prévoir une à deux visites par jours selon le temps à dispo et laisser de la place à l’imprévu…

Accepter que tout ne soit pas parfait

Wouaw cette transition de malade… Bon tu l’as compris, une fois sur place, l’idée c’est de suivre le mood du moment et accepter le fait que tout ne soit pas parfait.

Il y aura toujours du mauvais temps, trop de monde, de la fatigue, ça fait partie du jeu alors au lieu de pester contre les douze millions de personnes qui ont eu la même idée que toi au même moment, fais comme le saumon, voyage à contre courant… Renseigne-toi sur les horaires d’affluence dans les musées et sur les différents sites et profite des heures creuses pour visiter et des heures de pointe pour te poser, prendre un café, te balader dans un parc, laisser les enfants se dégourdir les pattes et se faire des copains, discuter avec des gens. Pour nous, c’est aussi ça le sel du voyage…

Combien de fois, la rencontre impromptue, le truc surréaliste t’est arrivé en voyage au moment où jamais tu ne l’aurais cru ? Chez nous ça arrive tout le temps :

  • Trouver la petite boutique super top au milieu d’une ruelle perdue
  • Retourner voir des hôtes que l’on a adoré et faire un détour de 200 km en Finlande parce que wanderlustschtroumpf n°1 a oublié chez eux son seul blouson, qu’il fait 10 degrés dehors et repartir avec presque un kilo de myrtilles gentiment offertes et passer ta soirée à faire de la confiture au Pôle Nord pour pas gâcher parce que c’est pêché
  • Pousser la porte d’une casa de cultura a Cuba et se retrouver à danser avec un groupe de jeunes une rueda endiablée

On pourrait tenir la liste comme ça longtemps. Les meilleurs souvenirs arrivent souvent quand et là où tu ne les attends pas… Des anecdotes comme ça on en a à la pelle depuis qu’on laisse venir à nous les choses…

Être au clair avec son rythme et avec ses envies…

Bon le tien, celui de ta famille, mais aussi celui de l’endroit qui t’accueille parce que si tu as l’intention d’aller te coucher à 21h00 en vacances l’été à Ibiza, ça risque d’être compliqué…

Quand tu es le deux millionième touriste croisé dans la journée dans une ville déjà surchargée, il est clair que les habitants ont à la fois, moins le temps et moins l’envie de t’accueillir car ils ne se sentent plus chez eux. Vois le nombre de villes qui s’élèvent contre le tourisme de masse alors que pour elles c’est le revenu d’activité principal.

Il est clair que si tu as envie de calme et de solitude, prendre les itinéraires bis et voyager hors saison sont des options à envisager aussi bien pour ta tranquillité que pour ton portefeuille. Si tu manques d’inspiration pour choisir ta destination, tu peux toujours aller jeter un coup d’oeil sur le site des cittàslow.

Au delà des heures creuses dont je te parlais tout à l’heure, profite des moments où toute la famille se sent bien pour visiter et des coups de mou pour vous poser. Rien n’interdit dans ces cas-là si certains sont encore d’attaque de faire des groupes, ce sera autant de choses à se raconter en se retrouvant le soir à table.

Voyager slow, c’est aussi choisir sa destination et son moyen de transport en conséquence.

On le voit depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, désertés par les touristes, les canaux de Venise reprennent vie. Les poissons renaissent, les oiseaux se remettent à barboter au pied des gondoles à l’arrêt. Les Vénitiens se réapproprient leur ville.

A force de toujours vouloir en voir plus et plus vite, on met en danger les merveilles que l’on souhaite admirer. Venise n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Voyager slow, c’est aussi s’interroger sur ce qui fait le sens du voyage pour chacun de nous. Et si au final, ce n’était pas tant bouffer des kilomètres pour se retrouver à l’autre bout de la terre en une journée quand pour nos grands parents, une telle aventure prenait dans le meilleur des cas plusieurs semaines, que de se mettre en chemin ? Et si voyager slow, c’était se poser et essayer de voyager plus éthiquement, en respectant l’environnement et en faisant travailler les petits commerces locaux, participer à la vie d’un village ou d’un quartier ? Et si c’était être moins un touriste et plus un visiteur, quelqu’un qui n’est que de passage mais qu’on prendra plaisir à revoir si l’occasion se présente ?

On peut voyager slow de 1001 façons, à pieds, comme le pèlerin de Compostelle, à vélo, à dos d’âne comme Stevenson, en mobylette comme le Che, en camping-car comme Ivan Jablonka (il faudra que je vous parle de ce livre un de ces quatre, je l’ai adoré) en train (avec un pass Interrail, tu peux aussi aller jeter un coup d’oeil au guide Slow train, il est top)… Tous les moyens sont bons si tu prends le temps de réfléchir à tes motivations et à leurs conséquences sur le lieu que tu visites et de t’accorder des moments pour souffler vraiment, et d’offrir à ton âme ce qu’elle est vraiment venue chercher au bout de ce voyage.

Reste plus qu’à trouver la tienne et te mettre en route avec ta mauvaise troupe 😉

À bientôt 😉

De l’art d’être un bon touriste, Johan Idema

Pour ce deuxième article de la catégorie suggestions de lecture, j’ai envie de te parler de ce petit livre que j’ai trouvé dans ma bibliothèque de quartier.

Mais tout d’abord, comme diraient Eric et Ramzy « mettons-nous en situation » 😉

S’il y a un voyage que j’aime particulièrement et dont je pourrais difficilement me passer, c’est mon voyage hebdomadaire à la bibliothèque. Pour moi, aller à la bibliothèque, c’est chaque semaine une nouvelle aventure. Pour reprendre les mots de Forrest Gump, « c’est un peu comme une boite de chocolat, on sait jamais sur quoi on va tomber ».

À la bibliothèque, je suis un peu comme les petits vieux, j’ai mes petits rituels.

Rituel n°1 : faire un tour au département jeunesse pour y rendre la cargaison de livres empruntés pour les schtroumphs et le boulot et chercher de nouvelles pépites de littérature jeunesse.

Rituel n°2 : descendre au sous-sol, au département des adultes et flâner dans les rayons pour y trouver un ou plusieurs nouveaux compagnons.

Au fil du temps, j’ai remarqué que certains livres t’appellent. Du crieur du marché, au wesh à casquette en mode « wesh Mademoiselle, t’y es bien charmante, fais moi sauter dans ton sac à dos ! », en passant par ceux qui roulent des épaules et font leurs mac en attendant que tu les regardes avec envie, ceux qui jouissent de leur réputation et ce qui n’attendent rien qu’un regard de ta part… Oups mais je crois que je m’égare, revenons à nos moutons.

La semaine dernière, en flânant, je suis donc tombée sur ce petit bouquin que je suis tombée. Au premier abord, son titre et sa couverture m’ont fait l’effet de ces gars qui t’arrêtent dans la rue sans trop de tact et avec pas mal de prétention. Mais avec son mot « responsable » écrit en vert, je me suis dit que peut-être, dans la catégorie suggestions de lecture et éthique de voyage, il pourrait être intéressant. J’ai donc décidé de lui laisser sa chance.

Alors ?!? Verdict ?!?

Au bout de quelques pages je suis déjà conquise. Waouh ! Mais ce gars-là lit dans mes pensées, derrière son titre aguicheur, il y a de la culture… Le gars cite Marcel Proust et ce philosophe d’une grande sagesse que j’adore depuis toujours avec son pot de miel et son crop top rouge, l’illustrissime Winnie l’Ourson ❤ ❤ ❤ (Ne jamais sous-estimer la sagesse de Winnie l’Ourson…)

Non blague à part, de façon réfléchie et documentée, il fait tout simplement preuve de bon sens. Ce bon sens qui dans notre course à la plus belle photo à poster sur les réseaux sociaux semble nous abandonner à peine débarqués sur notre lieu de villégiature. Il met des mots sur des choses que nous avions pressenties depuis quelques temps dans la wanderlust family comme les bienfaits de l’anticipation, l’ancrage dans le présent, la beauté des itinéraires bis, les bienfaits de la lenteur en voyage, l’importance de rencontrer des gens du cru…

Au final, malgré ce titre qui pourrait ressembler à un sujet de philo du bac (j’imaginerais bien un examinateur pondre un truc comme ça : « De l’art d’être un bon touriste, vous avez 4 heures ! »), c’est une petite lecture sympa. Le livre est très bien illustré et se lit vite. Il peut se lire au gré des inspirations, dans l’ordre ou dans le désordre, en sautant des chapitres ou de façon linéaire et donne des conseils utiles pour préparer un voyage qui te ressemble, quelle que soit ta destination.

Il m’a aussi donné l’envie d’aller faire un tour du côté de son autre bouquin dans la même collection, Comment visiter un musée ? et aimer ça… Affaire à suivre…

À bientôt 😉

Pourquoi Le Magicien d’Oz est un concentré d’éthique de voyage ?

Il est des livres que tu ne te lasserais jamais de lire ? Pour moi, Le Magicien d’Oz de L. Frank Baum en fait partie. Je suis tombée amoureuse de cette histoire alors que je devais avoir une dizaine d’années en regardant le film avec Judy Garland à la télé, (comme quoi mon goût du vintage ne date pas d’hier…). J’ai tout de suite été émerveillée par le passage du noir et blanc au Technicolor, et j’ai été charmée par le kistch des décors et des costumes (Glinda, si tu nous lis…) et les chansons de la bande originale. Ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard que j’ai découvert le livre. Aujourd’hui, dans le cadre de ce blog, le parallèle entre l’aventure fantastique de Dorothée et l’éthique de voyage est très tentant à faire. Peut-être que tu trouveras cet article un tantinet tiré par les cheveux, mais je me lance…

Pour ceux qui ne connaîtraient pas ce grand classique repris jusque par, Ô sacrilège, la Maison de Mickey (si, si je t’assure, mes yeux et mes oreilles ont saigné le jour où j’y suis tombée dessus…), voilà l’histoire. Attention spoilers !

Dorothée, jeune orpheline du Kansas s’ennuie à cent sous l’heure chez son oncle Henry et sa tante Emma. Elle a bien son chien Toto, mais c’est pas la folie folie. Alors, dans son univers tout gris, elle rêve d’arc-en-ciel et de paillettes…

Le grand classique des contes traditionnels, jusque là, rien de bien transcendant et surtout aucun rapport avec le voyage… Concrètement, on peut tous se reconnaître dans le personnage de Dorothée quand, au mois de janvier alors qu’il fait froid, qu’il pleut, et qu’on s’ennuie au boulot et on ne rêve que d’une chose, partir au chaud dans les Caraïbes.

C’est pas à toi que ça va arriver, à moins de gagner à l’Euromillions. Mais elle, elle peut dire merci à un vilain méchant cyclone qui va l’arracher – rêve ou réalité – à son univers triste et l’emmener au-delà de l’arc-en-ciel, dans le pays du Magicien d’Oz…

Là, elle pourrait se dire, « Génial les vacances tous frais payés sous les tropiques dont j’ai toujours rêvé, je vais me regaler loin de mon Kansas tout gris ! » Sauf que non, Dorothée fait partie de ces gens qui fantasment leurs vacances et qui une fois arrivés dans ce lieu tant idéalisé ne pensent qu’à une chose : rentrer à la maison. (Pas casse-pieds la fille…)

Il faut dire quand même qu’elle a fait une arrivée fracassante la demoiselle, à l’atterrissage de sa maison volante, elle liquide celle qu’on nous dit être la méchante sorcière de l’Est (je t’invite à découvrir Wicked de Gregory Maguire pour avoir un autre regard sur l’histoire). Bref, comme elle a libéré le petit peuple des Munchkins du joug de son oppresseur, elle est accueillie en fanfare avec fleurs, couleurs et chansons. Sauf qu’une fois la fête terminée, ils n’ont pas d’autre solution pour l’aider à rentrer chez elle que de lui proposer d’aller voir le grand magicien d’Oz à la Cité d’Emeraude, non sans lui avoir donné, avant de partir, les souliers d’argent de la sorcière fraîchement zigouillée. Tu sens le cadeau empoisonné ?

Et c’est là que ça devient intéressant en ce qui nous concerne…

Dorothée prend donc l’itinéraire tout tracé par son tour opérator local avec comme consigne de surtout ne pas s’en éloigner. Elle est toute contente et elle avance en chantant gaiement avec son chien Toto. Personnellement j’adore sa playlist de voyage…

Le long de la route de briques jaunes, elle rencontre tout d’abord un épouvantail. Attaché dans un champ à un carrefour, il lui indique la route à prendre. Elle croit d’abord être folle lorsqu’elle l’entend parler pour la première fois, puis elle découvre ses problématiques et attendrie par le personnage qui recherche une cervelle alors qu’il a une tête de paille, elle le décroche de son piquet et lui propose de l’accompagner à la Cité d’Emeraude pour trouver le grand Oz qui aura sûrement une solution pour l’aider.

Ce passage nous délivre donc notre leçon n°1…

Laisse tes certitudes à l’aéroport, prends la route, quelle qu’elle soit et tu feras sûrement de belles rencontres.

Accompagnée fièrement par son nouvel ami l’épouvantail, Dorothée ose donc s’aventurer dans la forêt, surveillée de loin par la Méchante sorcière de l’Ouest, qui ne souhaite qu’une chose récupérer les souliers de sa soeur.

Ah ! Qu’est-ce qu’on ferait pas pour une paire de Louboutruc, même quand on est une sorcière !!!

Après une nuit dans une cabane désaffectée sous la garde rapprochée de l’épouvantail, ils rencontrent un homme de Fer Blanc qui a rouillé lors d’une averse et qui est resté coincé depuis plus d’une année. Ils le remettent en état grâce une burette d’huile et écoutent sa terrible histoire. A cause d’une malédiction, il a perdu son coeur, mais il ne rêve que d’une chose, l’entendre battre à nouveau. Ils repartent donc tous ensemble à la recherche de cervelle, d’un coeur ou du chemin du Kansas, à la recherche du Magicien d’Oz.

C’est là qu’intervient la leçon n°2.

Tu peux profiter de tes vacances pour faire oeuvre de bien sur ton chemin, tu ne t’en sentiras que plus léger.

La forêt se fait de plus en plus hostile, les trois compères et Toto sont terrifiés. Ils sont alors attaqués par un lion effrayant au premier abord mais qui se révèle être un froussard de première à la recherche de courage qui prend finalement la route avec eux. C’est là qu’intervient la leçon n°3.

Tu peux trouver des pépites, même dans des lieux qui au départ ne t’inspiraient pas.

Tout ce petit monde se dirige donc dans la joie et l’allégresse vers le Graal touristique du cru, la fameuse Cité d’Emeraude.

Si tu veux mon avis, on en fait tout un plat depuis le début de la Cité d’Emeraude mais à part son côté Bling Bling, elle n’a vraiment rien d’extraordinaire. Les habitants, stressés et affairés à servir le Magicien ne sont pas agréables et on a l’impression à suivre Dorothée et ses amis de se retrouver dans le métro d’une grande métropole à l’heure de pointe.

Le Magicien, après force négociations, accepte enfin de les recevoir. Mais il ne leur accordera satisfaction que s’ils ramènent le balai magique de la sorcière de l’Ouest. Bouh c’est très très moche, Monsieur le Magicien ! Ils se remettent donc en route, déçus de leur visite. Ce qui nous conduit à notre leçon n°4.

La capitale, au final, c’est pas toujours génial ! (oh ! ça rime !)

Les voilà donc repartis en direction du sombre pays des Winkies pour récupérer le balai de la sorcière. Je te la fais courte parce que c’est pas la partie du livre que je préfère, mais gros, la sorcière les cueille au passage avec des abeilles et des singes volants et elle est plutôt vénère.

  • 1 / Elle veut récupérer ses chaussures qui brillent sauf que Dorothée, qui n’aurait rien contre l’idée de les lui donner (tu m’étonnes après tous les kilomètres qu’elle a fait avec elle doit avoir les pieds en compote) ne peut pas les enlever de ses pieds.
  • 2 / Elle apprécie moyennement que le Grand Oz lui envoie cette fine équipe parce qu’il n’est pas foutu de régler ses histoires tout seul.

Bref, elle est chaude comme une baraque à frites pendant la braderie de Lille et, en attendant de trouver une solution pour enlever ses chaussures à Dorothée, elle décide de mettre le feu à l’épouvantail pour éloigner ses visiteurs indélicats. C’est là que la pauvre pitchounette, terrifiée et désespérée, pour sauver son ami, lui jette un seau d’eau qui touche aussi la sorcière. Et là, c’est le drame, elle fond… Elle se liquéfie et meurt, ne laissant que son balai, son chapeau, et sa cape.

Oz, qui pensait avoir la paix un bon moment en les envoyant chercher le balai de la sorcière se retrouve bien embêté de voir Dorothée et compagnie revenir si vite (Un peu comme quand tu envoies tes enfants compter tous les légos de leur caisse et parce que tu veux te caler tranquille devant un téléfilm culcul et qu’ils reviennent la bouche en coeur au bout de 5 minutes en mode, « ça y est on a fini ! »). Il espérait secrètement que la sorcière les mettrait hors-jeu. Il est donc contraint d’avouer son incompétence et leur donne donc la dernière leçon de ce voyage qui est pour moi la plus importante. Chacun avait en lui depuis le début les ressources qui lui permettaient de développer ce qu’il cherchait, il suffisait simplement de croire en soi.

L’important, ce n’est pas la destination, c’est le chemin qui te fait grandir par les épreuves et les rencontres qu’il met sur ta route. Et c’est ce chemin qui te révèle à toi-même les trésors cachés qui dorment au fond de toi.

J’espère que cette lecture alternative du Magicien d’Oz t’a plue et que tu t’es autant amusée à la lire que je me suis amusée à l’écrire. Pour finir, je n’ai plus qu’à te dire comme Glinda, « Va au-delà de ton arc-en-ciel, chausse tes plus jolis souliers (évite quand même les talons, ce sera mieux pour tes petits pieds), puis suis ta route de briques jaunes, pratique le slow travel, pars à la rencontre des autres et tu révéleras les meilleurs petits bouts de toi ❤ »

A bientôt 😉