Café des voyageurs #24 : Balade street-artistique à Marseille

Le café des voyageurs, à la manière des rendez-vous littéraires hebdomadaires comme C’est lundi que lisez-vous ou le Throwback Thursday, est un rendez-vous créé pour partager nos publications, réunies autour d’un thème nouveau chaque semaine et de nous faire découvrir de nouveaux blogs. La récap des liens se fait sur le blog My wanderlust family.

Comme chaque semaine, je te propose de partager un article sur le thème choisi en répondant à ces trois amorces.

Cette semaine, je t’emmène…

J’ai choisi ce lieu car…

Et si tu ne devais choisir qu’une image pour décrire ce lieu ? Laquelle choisirais tu ?

Thème de la semaine : Street Art

Cette semaine, l’art de la rue est à l’honneur dans ce café des voyageurs. Il avait été proposé dans l’un de nos échanges sur Instagram et je me suis dit que l’occasion pouvait faire le larron. Alors oui, je sais j’en ai déjà moulte fois parlé dans de précédents cafés. De l’attaque d’Invader à la Cité Radieuse aux abords du Couvent de Levat avec les oeuvres de Mademoiselle Maurice, en passant par le cours Julien et les alentours de la librairie La boîte à histoires au cours Julien, je t’ai déjà fait visiter plusieurs quartiers de ma ville dans un angle street artistique.

Cette semaine je t’emmène

Tu l’auras donc compris aujourd’hui c’est encore une fois à Marseille mais cette fois-ci dans le quartier du Panier. Situé derrière l’hôtel de Ville, c’est le quartier historique de Marseille. Que tu choisisses d’y entrer en grimpant les escaliers de la Montée des Accoules ou par ceux du passage de Lorette, ouvre grand tes mirettes car chaque mur, chaque coin de rue peut révéler une surprise. Pochoirs, collages, fresques. Découvrir le Street Art dans le quartier du Panier est une balade que j’affectionne beaucoup et que je propose volontiers à des amis qui viennent quelques jours découvrir Marseille. Je me balade donc assez régulièrement dans le quartier et je suis toujours surprise de découvrir de nouvelles oeuvres, de nouveaux murs, de nouvelles propositions.

J’ai choisi ce lieu car…

Le Panier est un quartier à l’ambiance fort sympathique. Comme je te le disais plus haut, c’est l’un des quartiers historiques de la Ville, de ceux qui a échappés à la destruction du Vieux Port pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Son dédale de ruelles est une invitation à se perdre et à découvrir les oeuvres de Gabiancono ou les collages de Manyoly, une Arlésienne, un âne qui se fait battre à coup de figues, des invitations au farniente. La promenade Street – artistique est aussi un moyen de découvrir le patrimoine du quartier et l’ambiance du quartier. L’art urbain, moderne, côtoie en effet des monuments plus classiques comme le Centre de la Vieille Charité, l’école des Accoules, ancien observatoire astronomique de la Ville, le Préau des Accoules, espace muséal à destination des enfants, l’église Saint Laurent, la Cathédrale de La Major… Des artisans, savonniers, couteliers, céramistes, créateurs tiennent boutiques dans les rues un peu plus fréquentées.

L’été les ruelles se remplissent de touristes, les places se remplissent de terrasses de glaciers et de restaurants. Le petit train du Panier dépose les touristes depuis le Vieux-Port. Avec les couleurs de ces murs, l’offre de musées adaptée au jeune public, le linge qui pend aux fenêtres et les supers glaces du Glacier du Roi. C’est un quartier très agréable à découvrir avec les enfants. Il avait d’ailleurs une place de choix dans l’article Suivez les kids, Marseille avec des enfants.

Si tu devais ne choisir qu’une seule photo, laquelle choisirais-tu ?

Manyoly à la rue des Mauvestis

La rue des Mauvestis te parle peut-être si tu as suivi les C’est lundi que lisez-vous d’il y a quelques semaines, nous y avions (re)découvert les romans de Nicole Ciravégna avec les garçons, et avions passé un très bon moment de lecture en compagnie de Chichois de la rue des Mauvestis.

C’est donc à l’angle de la rue des Mauvestis que j’ai découvert, il y a maintenant quelques années le travail de Manyoly, une artiste qui pose ses portraits de femmes aux traits multicolores et aux regards pénétrants dans de nombreux quartiers de la ville. Ces rencontres sont souvent éphémères. J’aime de fait les trouver et les photographier pour les garder précieusement. Ne cherchez pas le portait de cette photo, il n’existe plus, arraché, décollé, ou simplement repeint. Mais ouvrez l’oeil, des collages de Manyoly vous attendent sûrement au détour d’une rue, dans les rues de la Cité Phocéenne, mais aussi à Paris, Bordeaux, Londres, Ostende ou même New York.

À moins que vous n’y découvriez une citation ou autre perle de sagesse. D’autres photos du Panier et de ses murs sont disponibles sur notre page Facebook.

Si le Street Art t’inspire, cette semaine, Les découvertes de Fab, pour sa première participation au Café nous fait découvrir la Butte aux Cailles à Paris, son blog est une mine de spots mais cet article m’a vraiment donné très envie de découvrir ce quartier de la capitale que je connais peu. From Corsica with trips, nous emmène à Montréal découvrir des oeuvres monumentales et Les voyages de K. nous propose de découvrir des fresques sur le thème de la mer aux Sables d’Olonne. Et toi ? où nous emmèneras-tu ?

Thème du 20 janvier : Vertige

Thème du 27 janvier : Un merveilleux souvenir de voyage

Et toi, où nous emmènes-tu cette semaine ? On se retrouve la semaine prochaine pour parler de sites qui donnent le vertige…

À bientôt 😉

Hébergement insolite : Vivre une immersion dans l’univers de Le Corbusier à la Cité Radieuse

Pour ce cinquième article de ce défi de fin d’année, je t’emmène avec moi à la Cité Radieuse. Nous en avions déjà parlé cet automne dans un Café des voyageurs à l’occasion du passage d’Invader à Marseille. Il avait choisi le toit terrasse de l’Unité d’Habitation de Le Corbusier comme quartier général avant de déployer ses créations partout dans la ville. À cette occasion, j’avais fait découvrir la Cité Radieuse aux schtroumpfs et j’ai dû dire un peu fort que j’aimerais beaucoup, l’espace d’une nuit découvrir l’intérieur d’un appartement car le Père Noël, a été très inspiré et m’a offert une nuit dans l’une des Chambres Musées de l’Hôtel Le Corbusier. Nous avions beaucoup parlé avant les fêtes de zéro déchets et de cadeau d’expérience, voilà donc qui est parfaitement tombé.

Nous en avons donc profité avec WanderlustDad pour nous offrir une escapade marseillaise en amoureux et jouer les touristes dans notre propre ville comme dans le micro voyage #18, une chambre en ville de L’art de voyager sans partir loin, mon super guide dont je te parle souvent. C’est donc en métro et à pieds que nous avons gagné le 280 boulevard Michelet et l’hôtel avec notre petit baluchon sur le dos. Avant de te faire découvrir cet hôtel atypique, je te propose de faire un petit voyage dans le temps, afin de comprendre ce qui fait de La Cité Radieuse un lieu unique en son genre.

Du logement social au Patrimoine mondial de l’Unesco

À la fin de la seconde guerre mondiale, Marseille connait un manque de logement sociaux. En 1946, l’État passe donc commande auprès de Le Corbusier pour construire un immeuble d’habitation. Il pense alors la construction d’un village vertical, sur pilotis, afin de libérer de l’espace au sol. La construction de l’Unité d’Habitation de Marseille, la première en son genre, démarre en 1947 pour se terminer en 1952. Son architecture brutaliste, très moderne pour l’époque ainsi que les couleurs sur la façade lui valent à l’époque le surnom de « Maison du Fada. »

Un petit reportage, signé France Culture, résume en 3 minutes l’histoire de la construction de la Cité Radieuse, son concept ainsi que les vives réactions, celle de Salvador Dalì en tête, qu’elle a suscité à sa construction. On y voit Lilette Ripert, institutrice de l’école, amie de Le Corbusier et occupante de l’appartement 50, dont on reparlera par la suite.

Toutefois, en faisant un tour à l’intérieur, on se rend vite compte qu’elle n’a de « fada » que le nom car tout a été calculé dans le moindre détail pour que le logement, qui est, rappelons-le, à l’époque, un logement social, soit le plus respectueux possible de la nature humaine et que la vie en son sein soit conviviale et sereine, d’où le nom de Cité Radieuse.

C’est donc en s’inspirant du nombre d’or, comme beaucoup d’artistes avant lui, que Le Corbusier crée le Modulor, qui servira de base à toutes les mesures de l’immeuble de la hauteur sous plafond à l’aménagement des plans de travail des cuisines designées par Charlotte Perriand. C’est d’ailleurs ce Modulor qui nous accueille dans le hall de l’immeuble, tout près de l’unique cage d’ascenseur.

La 4ème rue

La Cité radieuse compte 9 étages, appelées rues, dont un toit terrasse qui offre une vue splendide sur l’ensemble de la Ville. Selon la volonté de l’architecte, on retrouve un hall, qui fait office de place du village, des commerces, un restaurant, un gymnase, une école, une pataugeoire, un hôtel, un cinéma, des bureaux…

Pendant longtemps, les habitants pouvaient passer leur commande auprès de l’épicerie de la troisième rue et se faire livrer directement leurs courses dans les boites prévues à cet effet et située tout près de chaque porte. Aujourd’hui l’épicerie a fermé, la rue commerçante située au troisième héberge la Librairie Imbernon, spécialisée dans les ouvrages d’art et d’architecture, des studios de designers, une créatrice de bijoux et l’hôtel… (Tu vois comme je fais un teasing de dingue ?!? Mais attends un peu je n’en ai pas encore fini avec l’histoire…). Tout au bout du couloir, tu pourras goûter à la vue mer à travers les fenêtres qui logent le jardin d’hiver.

L’unité d’habitation compte 337 appartements de tailles diverses allant des chambres d’amis mutualisées voulues par l’architecte afin que les résidents puissent accueillir leur famille au besoin sans avoir une pièce inoccupée à l’année dans leurs appartement à l’appartement pouvant accueillir 10 personnes. La majorité des appartement est construite en duplex. Un appartement témoin est visitable, hors crise sanitaire, sur réservation auprès de l’office du tourisme avec un conférencier.

En 1954 le logement social devient copropriété. Elle est inscrite une aux monuments historiques du vivant de Le Corbusier, et classée par deux fois, une première en 1986 pour l’extérieur et les parties communes et en 1995 pour l’appartement 50. En 2016, alors que les constructions nouvelles pullulent dans le quartier, menaçant l’intégrité de la vue depuis le toit terrasse, le bâtiment est classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Il existe en plus de la Cité Radieuse marseillaise, 4 autres unités d’habitations signées par le Corbusier :

  • La Maison Radieuse de Rézé près de Nantes
  • L’Unité d’habitation de Briey en Meurthe et Moselle
  • L’Unité d’habitation de Firminy Vert, dans la Loire
  • La Corbusierhaus de Berlin
Les cheminées du toit-terrasse

La Cité radieuse de Marseille, tout comme ces petites soeurs ont donc le statut à la fois d’immeubles d’habitations et de monuments historiques. Il conviendra donc, avant de s’y rendre de jeter un petit coup d’oeil à ce guide de visite très bien fait par l’association des habitants. Ce site est une vraie mine d’informations pratiques et historiques sur l’unité d’habitation marseillaise. En cette période de crise sanitaire, l’UH a drastiquement, et on peut le comprendre, réduit les possibilités de visites. Seules, sont accessibles au public les 3ème et 4ème rues. Le toit terrasse et sa vue sur la mer ne sont accessible que sur présentation d’un badge… C’est là que dormir à l’hôtel devient intéressant.

Un hôtel unique en son genre

Minute chauvinisme on

Parce que : « Oui, Môssieur« , il a 5 unités d’habitations Le Corbusier en Europe, mais chez nous, à Marseille, on est les seuls à avoir pensé à y loger un hôtel… Amendonné comme on dit chez nous, (traduire pour toi cher lecteur qui viendrait du grand Nord, « à moment donné »), il faut rendre à Marseille ce qui lui appartient, nous avons le seul hôtel au monde dans un bâtiment Le Corbusier. Donc si tu veux dormir dans une chambre d’hôtel signée par le grand architecte, c’est dans la Cité Phocéenne qu’il faut venir…

Minute chauvisme off

Comme je te le disais plus haut, Le Corbu, (on commence a être intimes alors, on va l’appeler par son petit nom) avait voulu, au troisième étage un lot de 16 chambres d’amis dont les habitants pouvaient réserver lorsqu’ils avaient de la visite. Le système n’ayant jamais vraiment pris car personne ne voulait prendre la responsabilité de s’occuper de cet hôtel miniature, une véritable structure hôtelière a donc été créé.

En 2003, Dominique et Alban Gerardin rachètent l’hôtel. Pendant deux ans, alors catégorisé 2 étoiles. Ils oeuvrent à rénover le restaurant et la réception tout en ayant à coeur de conserver l’esprit design et vintage du lieu jusqu’à obtenir leur troisième étoile. Les 21 chambres que comptent l’hôtel ont chacune une décoration dans l’esprit de cellules telles que les a conçues Le Corbusier, tout en respectant les standards de l’hôtellerie moderne. Tu trouveras le descriptif de chaque type de chambre ainsi que les tarifs sur le site de l’hôtel.

Ce couple de passionnés tient à insuffler au lieu un esprit « d’hôtel d’hôtes ». À notre arrivée, Dominique nous a fait découvrir notre chambre, l’un des deux studios avec vue sur la mer. Elle a pris le temps de nous raconter l’histoire de chaque pièce de mobilier ainsi que l’esprit Mad Men qu’elle a souhaité donner à ce studio. Elle nous a fait une démonstration de la cuisine, telle qu’elle avait été pensée par le tandem Corbu-Perriand pour « libérer la femme des contraintes domestiques ». La cuisine n’est pas opérationnelle, mais elle permet de voir l’esprit et la conception de l’un des studios destinés aux étudiants à l’époque. La vue y est spectaculaire, on arrivait à voir les moutons de la mer déchaînée s’échouant sur le Frioul, les lumières de la grande roue…

Dominique a été intarissable sur l’histoire du lieu, nous a raconté des tas d’anecdotes sur la création de la Cité Radieuse, l’évolution de l’hôtel, le triste incendie qui a ravagé une partie du bâtiment en 2012. Elle nous a même donné l’opportunité de visiter la suite Lilette, reconstitution de la chambre de Lilette Ripert située dans l’appartement 50, dont je te parlais plus haut. On y retrouve des luminaires Le Corbusier ainsi que la cloison tableau noir conçue par Charlotte Perriand. Avec un vrai talent de conteuse, elle nous a raconté, simplement la vie de l’immeuble tel qu’elle le voit évoluer depuis qu’elle y vit. En cette période le bar est fermé mais on sent bien que c’est un point de ralliement aussi pour les habitants qui s’y installent d’ordinaire volontiers pour un café.

Ils accueillent aussi les gourmets dans leur restaurant Le ventre de l’architecte, avec sa carte semi gastronomique sous la houlette du chef Jérôme Caprin et sa vue imprenable sur la mer à travers la loggia. Il compte une note de 4,1 / 5 au guide Michelin. Les menus sont disponibles sur la page, Le ventre de l’architecte du site de l’hôtel. En ces temps de confinement, ils proposent de la vente à emporter pour les repas de fêtes du 31 décembre ainsi qu’un room service pour les clients de l’hôtel. Dans le cadre de ce dernier, nous avons eu l’opportunité de goûter à la cuisine familiale d’Alban et à la mousse au chocolat façon orangette de Dominique, je peux vous assurer qu’il ne nous est rien resté dans l’assiette.

En tant que client de l’hôtel, vous bénéficiez statut de résident de la Cité Radieuse. Vous pouvez donc à ce titre accéder aux infrastructures communes qui ne sont, d’ordinaire, pas ouvertes aux visiteurs.

Préparer ta visite

Je t’ai déjà donné pas mal d’informations. Entre le site de l’hôtel, celui de l’association des habitants La Cité Radieuse et celui de l’Office du tourisme, tu as déjà une bonne base pour découvrir La Cité Radieuse.

N’hésite pas à aller faire un tour sur le site du MaMo, le centre d’art fondé par le designer Ora-ito sur le toit terrasse. Il donne chaque année carte blanche à un artiste pour réaliser une exposition in-situ sur le toit terrasse. Après Invader, Batman, Buren, Varini, la belle saison sera une nouvelle occasion d’accueillir un grand nom de l’art contemporain. Si tu arrives de loin, cela peut-être l’occasion de faire une d’une pierre deux voire trois coups et de profiter de la Cité Radieuse, d’une chouette expo et de la mer.

Si toutefois, tu venais à avoir envie de tout connaître de l’oeuvre du Corbu avant de venir, la librairie Imbernon propose sur son site une sélection très complète de beaux livres sur la Cité Radieuse et les différentes facettes du travail de son architecte, à Marseille mais aussi de façon plus large. La librairie est aussi partenaire d’actions en faveur du jeune public dont j’ai déjà beaucoup parlé sur le blog et dispose d’un fond pour les enfants assez sympa sur l’art, l’architecture et sur l’oeuvre de Le Corbusier. Si des références te plaisent tu peux passer directement commande sur le site. Pas mal, non ? pour continuer à soutenir les libraires indépendants ?

À voir / à faire aux alentours

Si tu as fini d’explorer la Cité Radieuse et que tu veux te lancer à l’assaut du quartier, voici une liste de quelques lieux que tu pourrais avoir envie de découvrir. Ayant été prise de court par ce cadeau fort inspiré, je n’ai pas eu le temps de rechercher quelques trésors cachés du secteur dans Marseille insolite et secrète, je remédierai à cela dès que possible. Toutefois, le quartier du 8ème et du 9ème arrondissement, si tu visites la Cité Phocéenne pour la première fois, t’offrent de belles opportunités de découvertes, sans forcément sortir des sentiers battus. Excentré par rapport au Vieux Port et au quartier du Panier, traditionnellement très fréquenté des touristes, ce secteur est très prisé l’été car assez proche des plages.

Envie de shopping ?

Ça y est la troisième rue n’a plus de secret pour toi et tu as envie de courir les boutiques. Tu peux aller faire un tour

  • au Centre Prado Shopping, ouvert tous les jours, il compte 30 boutiques et 4 restaurants
  • sur l’avenue du Prado dans sa partie qui va en direction de la place Castellane
  • sur la rue Paradis

Passion sport et nature ?

Le quartier est particulièrement bien desservi en terme d’équipements sportifs et parcs. Tu trouveras de nombreuses pistes cyclables et des stations de Vélo partagés assez régulièrement. Le mythique Stade Orange Vélodrome est vraiment tout proche. Il propose, hors période de confinement, l’OM tour Stadium, des visites qui permettent d’accéder au bord de pelouse, aux vestiaires et de découvrir l’envers du décor…

Si le foot ne t’intéresse pas mais que les courses hippiques sont ton dada, l’hippodrome Borély, situé en bordure du parc Borély n’est pas très loin. Avec les beaux jours, de nombreuses courses s’y tiennent et tu peux retrouver le programme sur le site de la société hippique de Marseille.

Les chemins de randonnées à travers les calanques ne sont pas très loin non plus. Tu trouveras au Rond Point du Prado, des bus qui te conduiront soit vers Les Goudes, soit vers Luminy pour découvrir les chemin d’accès au Parc National des Calanques.

N’hésite pas non plus à aller marcher le long de la Corniche Kennedy. Les Marseillais se plaisent à dire que le banc que l’on y trouve est le plus long du monde… Légende ou réalité, je te laisse trancher, mais c’est un peu comme la sardine si tu veux mon avis… Toutefois, certaines portions ont été décorées de mosaïques par des écoles, des structures privées et des centres sociaux et donnent à notre promenade du bord de mer un faux airs de Parque Güell. La vue est spectaculaire sur les îles du Frioul et du château d’if d’un côté, et sur l’Escale Borély et la Pointe Rouge de l’autre.

Côté baignades et nautisme, tu seras aussi servi, les plages de David et de l’Escale Borély sont accessibles avec le bus 19 ou à pieds si tu n’as pas peur de marcher quelques kilomètres.

Envie d’art ?

Côté patrimoine, le quartier est assez bien desservi, on y trouve :

  • Le Ballet National de Marseille qui propose des répétitions publiques sur inscription et des visites gérées par l’office du tourisme.
  • Le Chateau Borély qui accueille le musée des arts décoratifs, de la faïence et de la mode
  • Le MAC, Musée d’art contemporain, situé dans le quartier de Bonneveine, il a dans ses collections des oeuvres de Klein, Basquiat ou encore Buren.
  • Non loin de là, tu pourras admirer le célèbre pouce de César.
  • En longeant l’avenue du Prado pour aller en direction du Parc Borély, et le long de la Corniche, il te suffira de lever les yeux pour trouver des hôtels particuliers.

En famille

Si tu as choisi de venir avec les enfants, comme tu as pu le voir le quartier est plutôt animé et sympathique. Les plus petits seront contents de

  • Gambader dans les allées du parc Borély : c’est l’un des parcs les plus prisés des Marseillais. Si les conditions sanitaires le permettent, tu pourras y louer des vélos à 4 places, faire de la barque sur le lac, observer les canards et les ragondins, flâner dans la roseraie, faire du manège, visiter le jardin botanique… (On me dit dans l’oreillette, que c’est aussi très romantique, même sans les enfants…)
  • Faire un tour sur la grande roue de l’Escale Borély
  • Aller à la recherche des traces d’Invader et améliorer ton score sur l’application Flash Invader
  • Tu peux aussi te faire un cinéma du côté du Chambord si tu préfères les petites salles ou du cinéma le Prado, situé près de la place Castellane si tu es plutôt dernières sorties

Je tiens à spécifier avant de terminer que cet article n’entre pas dans le cadre d’un partenariat avec l’hôtel. Il s’agit de notre retour d’expérience en tant que visiteurs. Je prends le parti sur le blog de ne parler que des expériences que j’aime et que j’ai envie de recommander. J’assume pleinement le fait de soutenir, dans la mesure de mon possible et de la ligne éditoriale du blog, les acteurs impactés par la crise Covid qu’ils soient libraires, hôteliers, restaurateurs, acteurs de la culture… Écrire ce mini guide alors que la plupart des lieux que j’aime dans ce quartier sont actuellement fermés n’est pas évident. J’espère pouvoir très vite l’éditer à la faveur d’un retour à la vie normale.

Il me tenait à coeur depuis longtemps de te faire découvrir la Cité Radieuse de façon plus approfondie, et la découverte de l’Hôtel Le Corbusier m’a permis du même coup de te proposer un nouveau Mini Guide sur Marseille avec une thématique plus maritime.

Si tu nous suis depuis quelques temps déjà, tu sais à quel point les rencontres sont importantes pour nous en voyage. J’estime que voyager, c’est s’ouvrir sur le monde et que ce dernier commence dès que tu as passé la porte de chez toi. J’ai visité de nombreuses fois la Cité Radieuse, en tant qu’étudiante, en avec mes classes, en visiteur libre avec les enfants. Et bien cette fois-ci, j’ai encore découvert des choses et nous avons fait une vraie belle rencontre. L’après-midi de notre arrivée est passée en un clin d’oeil, sans que l’on s’en rende compte à visiter l’immeuble, comme des résidents. J’ai eu l’impression l’impression curieuse d’être à la fois vraiment en voyage dans ma propre ville et de redécouvrir un monument que je pensais bien connaître et en même temps, de me sentir comme à la maison. Nous avons adoré cette parenthèse architecturale. On valide donc à 100 % le concept du micro voyage #18 de L’art de voyager sans partir loin dont je parlais en introduction et ainsi que celui du micro voyage #8 , un jeu d’enfant dans les allées du Parc Borély.

Et toi ? As-tu déjà testé les hôtels de ta ville ? As-tu déjà vécu l’expérience staycation, où tu joues les touristes à la maison ? Qu’en as-tu pensé ?

À bientôt 😉

Café des voyageurs #11 : pour les grands et les petits

Découvrir les traces du passage d’ Invader à Marseille

Le café des voyageurs, à la manière des rendez-vous littéraires hebdomadaires comme C’est lundi que lisez-vous ou le Throwback Thursday, est un rendez-vous créé pour partager nos publications, réunies autour d’un thème nouveau chaque semaine et de nous faire découvrir de nouveaux blogs. La récap des liens se fait sur le blog My wanderlust family.

Comme chaque semaine, je te propose de partager un article sur le thème choisi en répondant à ces trois amorces.

Cette semaine, je t’emmène…

J’ai choisi ce lieu car…

Et si tu ne devais choisir qu’une image pour décrire ce lieu ? Laquelle choisirais tu ?

Les vacances approchent et la dernière fois que nous avions abordé ce thème, les participants au café avaient proposé qu’on le remette sur le feu régulièrement.

Cette semaine, je t’emmène…

Chez moi, où une terrible attaque est en cours… Invader est un artiste contemporain qui sème régulièrement dans les villes où il passe des mosaïques murales inspirée du jeu-vidéo de notre enfance, Space Invader. Nous qui suivons cet artiste depuis quelques temps, on se plait à retrouver ses créations au gré de nos aventures. On a retrouvé son travail chez nous, à Lyon, Avignon, Londres…

J’ai choisi cet endroit car…

Comme je te le disais, une terrible invasion de bêbêtes en pixels est s’est déployée dans la ville. En effet, depuis la rentrée, une exposition est en cours, en collaboration avec le Centre Ora-Ito, situé sur le toit de la Cité Radieuse. C’est d’ailleurs ce dernier qui a été choisi comme quartier général et point de départ de cette nouvelle campagne qui vise la Cité Phocéenne. Elle est donc un spot à ne pas manquer pour admirer la vue magnifique sur la mer et les îles, découvrir les premières très grandes réalisations en grand format. C’est aussi l’occasion pour toute la famille de découvrir le projet visionnaire de Le Corbusier, et la maison du fada comme on l’appelle affectueusement chez nous.

Avec les vacances qui approchent, partir à la recherche de ces créations peut donc être une petite idée de balade en famille. Les enfants adorent ouvrir l’oeil à la recherche de ces petits trésors trouvés au coin d’une rue. Je crois qu’on profiterait bien de l’occasion pour se faire une soirée télé en famille devant Pixels de Chris Colombus avant de partir à l’attaque.

D’autant plus depuis que nous avons appris l’existence de l’appli FlashInvaders, qui permet de retrouver les petits bonshommes partout dans le monde. Le principe est simple, on télécharge l’application et au fil de nos balades, lorsque l’on croise les traces d’une invasion, on la flashe et on gagne des points comme dans un jeu vidéo. En ce qui concerne l’invasion marseillaise, une carte des réalisations est disponible à la Librairie Imbernon, située dans la galerie commerciale de la Cité Radieuse.

Si tu ne devais choisir qu’une photo laquelle choisirais-tu ? Pourquoi ?

Comme je te disais, il y en a partout dans Marseille. Et cette fois-ci, Invader a vu les choses en grand. D’habitude concentrés dans les quartiers du centre et de l’hypercentre, les petits aliens ont cette fois-ci débordé dans d’autres quartier de la ville, jusque presque chez nous.

Je ne te raconte pas la joie de GrandSchtroumpf, lorsqu’un matin, en levant les yeux sur l’un des pilonnes du métro devant lequel on passe tous les jours, il a trouvé un petit extraterrestre bleu. On aurait dit Champollion qui avait découvert la pierre de Rosette.

C’est donc une activité super chouette, gratuite, ludique qui permet de découvrir les villes que l’on traverse autrement et d’impliquer les enfants pour qui les balades urbaines peuvent parfois être ennuyeuses à leurs âges. Alors prêt à lever les yeux et à exploser du pixel ?

Thème du 21 octobre : Animaux

Thème du 28 octobre : Halloween

Et toi, où nous emmènes-tu cette semaine ? En attendant le prochain café des voyageurs, je vous souhaite une belle semaine

À bientôt 😉

Café des voyageurs #5 : une merveille près de chez vous

Une merveille près de chez vous

Le café des voyageurs, à la manière des rendez-vous littéraires hebdomadaires comme C’est lundi que lisez-vous ou le Throwback Thursday, est un rendez-vous créé pour partager nos publications, réunies autour d’un thème nouveau chaque semaine et de nous faire découvrir de nouveaux blogs. La récap des liens se fait sur le blog My wanderlust family.

Comme chaque semaine, je te propose de partager un article sur le thème choisi en répondant à ces trois amorces.

Cette semaine, je t’emmène…

J’ai choisi ce lieu car…

Et si tu ne devais choisir qu’une image pour décrire ce lieu ? Laquelle choisirais tu ?

Ça y est, les vacances sont finies. On a rangé les pelles et les seaux. Finis les châteaux de sables et la chasse au bigorneau ! On a ressorti les cartables, les cahiers et retrouvé notre vie bien rodée… Nous non plus, on ne déroge pas à la règle. Aussi cette semaine, je te propose de voyager sans partir loin, en nous proposant de visiter une merveille près de chez toi. Pendant le confinement et dans les semaines qui ont suivi, je t’avais proposé un guide et quelques idées de balades aux alentours de mes 100 kilomètres. Mais aujourd’hui, j’ai très envie de faire un zoom particulier sur un lieu que j’affectionne vraiment.

Cette semaine, je t’emmène…

À Marseille, visiter le Couvent de Levat. C’est un lieu que j’ai eu l’occasion de découvrir il y a quatre ans lorsque dans le cadre de mon travail, je menais un projet avec l’artiste Mademoiselle Maurice, origamiste et faiseuse d’arc-en-ciel. Si vous avez l’occasion d’aller voir son insta, elle fait vraiment un chouette boulot. Si vous êtes sur Paris, n’hésitez pas à guetter la programmation de la Galerie Matgoth. Elle y expose fréquemment et ça vaut le détour.

Situé au coeur du quartier de la Belle de mai, coincé entre la gare et la friche, à la marge d’Euromed, le couvent hébergeait des soeurs jusqu’en 2016 et était donc fermé au public. Acquis par la ville de Marseille en 2017, il est fait partie d’un projet de rénovation urbaine et accueille depuis lors une résidence d’artistes gérée par l’Atelier Juxtapoz mais aussi une buvette, un jardin partagé à destination des écoles et des familles du quartier.

J’ai choisi ce lieu car…

C’est un endroit atypique, où se croisent des artistes locaux et internationaux, les gens du quartier qui viennent le temps d’un après midi, profiter de l’ombre du parc ainsi que des visiteurs attirés par la programmation musicale ou des événements comme le cinéma en plein air.

En franchissant son portail, on a l’impression d’entrer dans un monde à part, de quitter le tumulte et l’agitation du centre-ville et d’entrer dans un morceau de campagne où l’on retrouve le calme. On adore simplement s’asseoir dans l’herbe et n’y rien faire.

Et puis c’est un lieu riche, culturellement et humainement, parce qu’on y rencontre des gens venus de tous bords (luthier, potier, street-artistes, photographes, comédiens…), et porteurs de belles valeurs pour le monde de demain. Le Couvent de Levat est donc assez représentatif de ce qu’est Marseille aujourd’hui. Une ville puzzle, faite de multiples cultures, avec des associations engagées et de belles valeurs , loin de l’image d’Epinal que les médias ont tendance à faire de ses quartiers populaires. Une ville en mutation qui s’appuie sur son passé pour se tourner vers l’avenir.

Si tu ne devais choisir qu’une photo laquelle choisirais-tu ? Pourquoi ?

Résumer le couvent en une photo n’est pas chose facile. Aussi je vous propose un morceau d’une planche contact que j’ai réalisée avec Olab, l’une des associations résidente au Couvent qui propose une fois par mois des stages d’initiation à la photo argentique. Je trouve que ce format va plutôt bien avec ce lieu qui est un assemblage de multiples univers qui finissent par ne former qu’un tout plutôt harmonieux.

Adolescente, je faisais beaucoup de photo argentique en Noir et Blanc et je passais tous mes mercredis après-midis à développer mes films et à faire mes tirages. Pour la fête des mères, mes hommes ont eu l’idée géniale de me remettre le pied à l’étrier pour retrouver le temps d’une journée les sensations de la chambre noire. Après une balade urbaine à la recherche de lieux à immortaliser et une exploration des jardins dans leurs moindres recoins, nous avons passé une super après-midi à développer les films, tirer les planches contact et quelques photos, moment que les garçons ont pu aussi partager. C’était génial !

Donc si tu passes par Marseille, n’hésite pas à aller faire un tour hors des sentiers battus pour découvrir cette petite merveille. L’association demande une adhésion de 2€ valable pour l’année pour accéder au jardin la première fois et la résidence n’est ouverte au public que dans le cadre d’événements spécifiques mais si tu as besoin d’une pause, c’est l’endroit idéal.

Et toi ? Quel petit trésor vas-tu nous faire découvrir ?

Thème du 9 septembre : back to the begins, votre premier grand voyage

Thème du 16 septembre : Eté indien

Thème du 23 septembre : couleurs d’automne

Thème du 30 septembre : en forêt

En attendant le prochain café des voyageurs, je vous souhaite une belle dernière ligne droite avant la rentrée.

À bientôt 😉

Suivez les kids – Marseille avec des enfants

Que tu sois là pour quelques jours ou que tu aies envie de jouer les touristes avec tes enfants, aujourd’hui, nous te proposons quelques idées de sorties et d’activités à faire en famille à Marseille. Tu pourras compléter si tu es là plus longtemps les idées de cet article avec celles de celui-ci :

https://wanderlustfamily4.travel.blog/2020/05/11/40-et-quelques-idees-de-balades-dans-un-rayon-de-100-km-autour-de-marseille/

La ville est grande et peut se révéler pleine de découvertes pour les enfants, qu’ils aient envie de nature, de culture, qu’ils soient gourmand ou plein d’énergie, tu trouveras sûrement ici de quoi satisfaire tes pitchouns.

Les grands classiques

Qui dit Marseille, dit bien sûr grands classiques… La Bonne Mère ! Le Vieux Port ! Le Ferry Boat ! En général, les minots comme on dit chez nous adorent entrer dans le décor de la carte postale. Voilà donc quelques idées d’activités incontournables autour des grands sites Marseillais.

Autour du Vieux Port

  • Chercher la plaque commémorative de la fondation de la ville par le mariage de Gyptis et Protis à la sortie du Métro Vieux Port et raconter la légende de la fondation de la ville.
  • Essayer de retrouver se retrouver sous l’ombrière.
  • Prendre le petit train pour aller visiter le Panier ou Notre Dame de la Garde.
  • Regarder les étals du marché aux poissons et ramener un oeil de sainte Lucie, il parait que ça porte bonheur.
  • Flâner le long du marché des croisiéristes.
  • Embarquer pour la plus petite croisière du monde à bord du Ferry Boat
  • Regarder les poissons au bord du quai et chercher la fameuse sardine qui a bouché le port.
  • Boire un Gambetta limonade en terrasse, ce sirop typique de la région à base d’un mix de plantes est à ne pas manquer (Laisse tomber pour une fois le diabolo grenadine, tu nous en diras des nouvelles !).
  • Visiter le Mucem et les jardins du Fort Saint Jean et se prendre pour un pirate.
  • Prendre de la hauteur avec la grande roue.

https://www.mucem.org/

  • Visiter le Musée d’Histoire de Marseille et suivre la voie historique (plus d’infos sur le site).

http://www.musee-histoire-marseille-voie-historique.fr/fr

  • Devenir savonnier et personnaliser son savon Musée du savon de Marseille de la savonnerie de la licorne.
  • Faire un tour sur le Carrousel de la place Charles de Gaulle.

Notre Dame de La Garde

  • Faire le tour du parvis et repérer les îles, le stade Vélodrome, profiter du paysage et regarder la mer.
  • Admirer les maquettes de bateaux accrochées au plafond.
  • Visiter la crypte et si le coeur leur en dit allumer un cierge.
  • Descendre les escaliers et aller voir le char qui s’est arrêté par miracle dit-on avant d’atteindre la Bonne-Mère.

Saint Victor

  • Visiter l’abbaye, avec ses airs de château fort elle est la plus ancienne de la ville, la visite des catacombes peut être une expérience à proposer à des enfants déjà un peu grands.
  • Manger des navettes au Four des navettes, la boulangerie historique du quartier, une institution. Ce biscuit traditionnel est un peu notre madeleine de Proust avec son odeur de fleur d’oranger.
  • Découvrir comment on fabrique des santons au musée du Santon Carbonel.

https://www.santonsmarcelcarbonel.com/

Le Panier

  • Prendre les escaliers de la montée des Accoules et se demander pourquoi on surnomme l’église Notre Dame des Saucisses.
  • Rechercher l’ancien observatoire aujourd’hui transformé en école.
  • Visiter une expo au Préau des Accoules, musée spécialisé pour les enfants dont la programmation reprend l’actualité des musées pour les grands. Ici, presque tout est permis pour les plus petits.

https://www.marseille.fr/culture/les-musees-de-marseille/preau-des-accoules-musee-des-enfants

  • Visiter le centre de la Vieille Charité : les enfants pourront en une seule visite devenir archéologue, ethnologues, et découvrir les cultures de l’Egypte Antique, de l’Océanie, de l’Afrique et de l’Amérique du Sud. Ne manquez pas les salles du Mexique et celle des coiffes et des parures amérindiennes, absolument exceptionnelle avec ses couleurs.

https://www.marseille.fr/culture/patrimoine-culturel/la-vieille-charit%C3%A9

  • Se balader dans le quartier sur les traces de Chichois de la rue des Mauvestis, héros d’une série de romans de Nicole Ciravégna, bien connue des enfants marseillais.
  • Prendre une glace au Glacier du Roi.

Face à la mer

Avec ses 57 km de côtes, ses calanques, et ses plages et ses îles, si tes chouchous ont des envies d’activités nautiques, tu n’as que l’embarras du choix.

  • Aller pêcher aux Goudes.
  • Manger des chichis à l’Estaque.
  • Se balader sur la Corniche.
  • Prendre un bateau pour aller visiter les Calanques.
  • Se prendre pour le Comte de Monte Cristo au Château d’If (attention la journée peut s’avérer assez chère, le prix de l’entrée au Château n’étant pas compris dans le traversée).
  • Visiter l’archipel du Frioul (idéal au printemps ou à l’automne mais évite les grosses chaleurs de l’été, l’île n’est pas du tout ombragée et c’est gambas style assuré à la fin de la journée).
  • Prendre le petit train de la Côte Bleue : prendre le train, c’est toujours une aventure. Celui-là est tout petit, mais traverse de super paysages
  • Prendre une glace à l’Escale Borély et faire un tour au skate parc.

Les parcs et jardins

Tu pourras retrouver toutes les infos sur les parcs et jardins municipaux ici, je ne te les décrirai pas tous, ce serait trop long, mais en voici quelques uns que tu pourras visiter pour te poser au cours de ta journée de visite. Tu trouveras une liste plus exhaustive ainsi que les horaires d’ouverture ici.

https://www.marseille.fr/environnement/presentation

Le palais Longchamp

Château d’eau monumental de la ville de Marseille, il abrite un complexe de musées et aussi un parc particulièrement apprécié par les habitants du centre-ville. Jusqu’au milieu des années 80, il faisait aussi office de jardin zoologique. Il est très facilement accessible en métro (ligne 1 arrêt 5 avenues-Longchamps et en Tram).

  • Visiter le muséum d’histoire naturelle, c’est l’un des musées marseillais préférés de nos chouchous. Il a été fermé pour rénovation assez longtemps et devait rouvrir ses portes en début d’année. Nous n’avons pas eu le temps de visiter sa nouvelle version mais nous avons hâte de le retrouver.

https://www.marseille.fr/culture/les-musees-de-marseille/museum-d-histoire-naturelle

  • Faire un tour de manège.
  • Partir à la recherche des Funny Zanimos, créés à l’occasion de Marseille Provence 2013, de drôles d’animaux ont repris possession de l’ancien jardin Zoologique, il n’en reste plus beaucoup, mais c’est une façon rigolote de voir le parc.
  • Voir un spectacle au Théâtre de la Girafe : l’ancienne maison de la Girafe (pauvre girafe…) est aujourd’hui un théâtre de marionnettes qui propose les mercredis, samedi et en période de vacances scolaires de courts spectacles pour les enfants. N’hésitez pas à appeler avant pour vérifier les horaires des spectacles.

http://tdlgirafe.free.fr/

  • Faire un tour de poney
  • Sortir du parc et aller voir une séance de planétarium dans l’actuel observatoire

http://andromede.id.st/

  • Et pour reprendre des forces à l’heure du goûter, goûter aux pâtisseries et aux infusions de Teavora. Ambiance vacances – plage garantie. Quitte tes chaussures en rentrant, traverse le couloir de sable et va prendre place sur les banquettes autour des tables basses pour déguster leurs excellents lassis, thés glacés et autres infusions.

Le Parc Borély

C’est l’un des bijoux des parcs marseillais. Situé proche de la mer et des plages du Prado, il offre de grandes étendues de pelouses et tout un tas de chouettes activités à faire en famille. Je te passe le château et son musée de la Faïence, je ne pense pas que tu rencontres un grand succès avec cette visite. Il est accessible en transports en commun depuis la place Castellane avec le bus 19.

  • Faire de la rosalie ou du karting à pédales.
  • Faire une balade en barque sur l’étang.
  • Se balader dans la roseraie.
  • Visiter les jardins chinois et japonais du jardin botanique, dépaysement assuré.
  • Donner à manger aux canards.
  • Assister aux courses de cheveux de l’hippodrome tout proche.

Le parc du Château de la Buzine

Moins accessible que les deux premiers en transports en commun depuis le centre ville mais tout aussi agréable, le Château de la Buzine est un endroit chargé d’histoire, puisque c’est le Château de ma mère, du roman de Marcel Pagnol. C’est un endroit assez chouette pour passer une après-midi avec les enfants.

https://labuzine.com/

  • Gambader dans le parc du Château.
  • Assister à un spectacle ou un concert de Jazz.
  • Profiter de la programmation cinéma jeune public : ici pas de sorties en temps réel mais des petits dessins animés, des courts métrages ou des grands classiques de notre enfance que l’on prend plaisir à retrouver sur grand écran en famille. La salle sur deux étages est vraiment très sympa.
  • Visiter le Château et se plonger dans l’univers de Marcel Pagnol.
  • Profiter des collines et des sentiers alentours.

Campagne Pastré

Celle-ci aussi est un peu excentrée, située un peu plus loin que le parc Borély sur la ligne 19, elle est sûrement l’un des plus grands parcs, mais sa visite en vaut le détour. Là bas tu pourras,

  • Faire un parcours d’accrobranches.

https://www.pastreaventure.com/

  • Faire une balade à poney dans le centre équestre tout proche.
  • Nourrir les canards près de l’étang.
  • Faire une course d’orientation.
  • Profiter de la vue imprenable sur la mer.
  • Commencer à te perdre dans les pinèdes et profiter de la fraîcheur.
  • Chercher des libellule dans les bassins.

Et puis encore…

Je pose ça là, en vrac, des lieux qui ne rentrent pas vraiment dans les cases, qui sortent des sentiers battus et qui sont plein de charme.

  • Le cinéma La Baleine.
  • Le cinéma Le Gyptis (programmation de cinéma de quartier : la séance jeune public est à 2€).
  • La friche Belle de Mai.
  • Le couvent de Levat, son jardin et ses résidences d’artistes dans le quartier de la Belle de Mai.
  • Le musée des traditions provençales de Château Gombert.
  • Les fermes urbaines de la Tour du Pin, du Collet de Comtes et du Roy d’Espagne.
  • Visiter le Vélodrome.
  • Boire un coup en jouant à la Baraka Jeu, au cours Julien.
  • Jouer à la pétanque…

Petits plaisirs et cadeaux souvenirs

Qui dit visite dit souvent petit souvenir à ramener dans ses valises. Avec toutes les visites précédentes, vous aurez sûrement plein de photos à voir et à revoir et plein d’aventures à raconter. Si toutefois, vous souhaitez ramener un petit souvenir matériel de votre passage par chez nous, voici quelques endroits que l’on aime bien.

  • La boîte à histoires, sur le cours Julien, je t’en ai déjà parlé ici, mais c’est vraiment un endroit formidable, un incontournable si tes enfants veulent ramener un livre de leur visite à Marseille.

https://wanderlustfamily4.travel.blog/2020/05/11/ces-lieux-qui-nous-ont-manque-pendant-le-confinement-marseille-a-livre-ouvert/

  • Arthur mon héros, toujours sur le cours Julien à côté de la sortie Notre Dame du Mont et plus généralement toutes les petites boutiques de créateurs trop chou du cours Julien. Flâne, farfouille balade toi, il y en a des tonnes !
  • Lego Store, aux Terrasses du port. Il n’est pas très grand, mais il vaut le détour, d’autant que la vue depuis la terrasse panoramique est assez spectaculaire.
  • Le farfadet joyeux, 271 rue Paradis, pour les fans de jeux de société. Tu pourras y tester une sélection de jeux pour tous les âges.

La liste n’est pas exhaustive, si tu as de bonnes adresses, n’hésite pas à les partager en commentaire, ce sera l’occasion pour nous…

Et pour les petits gourmands,

  • La boutique de l’usine Haribo, avenue du capitaine Gèze
  • La baleine à cabosse, 213 rue Paradis, ce salon de thé et cette chocolaterie artisanale organise des ateliers de découverte pour les petits.
  • La cure gourmande sur la Canebière
  • Le four des navettes, 136 rue Sainte, avec son odeur si classique de fleur d’oranger
  • N’importe quelle bonne épicerie si le Gambetta limonade t’a conquis, mais prends une vrai bouteille de sirop et rajoutes-y toi la limonade, le mélange tout fait façon soda n’est pas tip-top…

Voilà, ami visiteur, je crois que tu as maintenant plein d’idées pour organiser ta visite à Marseille avec tes loulous. Ami marseillais, tu discuteras peut-être certains choix, pensant qu’il en manque, j’ai pris le parti de ne pas mettre les aires de jeux couvertes, bowlings, grands complexes de cinéma, et autres lieux que tu connais sûrement déjà pour te permettre de profiter de notre beau patrimoine et de notre nature, j’espère que tu ne m’en voudras pas…

En attendant, j’espère que cet article t’a plu. Tu peux toujours le garder au chaud, en le mettant sur dans l’un de tes tableaux pinterest. Si tu nous découvres avec cet article, tu peux aussi suivre nos aventures sur notre page facebook

https://www.facebook.com/mywanderlustfamily

ainsi que sur instagram

https://www.instagram.com/wanderlust_family13

À bientôt 😉

Ces lieux qui nous ont manqué pendant le confinement… – Marseille à livre ouvert

Ça y est le 11 mai est arrivé comme une libération. On ne sait pas chez toi mais nous, on a presque fait un calendrier de l’Avent tellement on était impatients de retrouver certains lieux et certains petits commerces qui nous ont cruellement manqué pendant ce confinement. Alors certes, ce ne sera plus comme avant, il faudra continuer à respecter les gestes barrières, mais la simple idée de pouvoir à nouveau passer la porte de certains d’entre eux nous met déjà du baume au coeur. Je te propose de me suivre dans cette série d’articles sur les lieux autour de chez nous qui nous ont manqué pendant ces deux mois, qu’ils soient des sites naturels ou des petits commerçants locaux.

Visiter Marseille à travers ses librairies, ses bouquineries et ses bibliothèques.

Dans la famille, il y a un endroit où l’on aime flâner, tu as pu d’en rendre compte dans de nombreux articles, ce sont les librairies. Dans une autre vie j’aurais adoré être librairie… Alors, tu me diras, on aurait pu commander sur ce célèbre site de vente en ligne qui commence par A. mais non, non, et re non… On a vécu sur notre stock de bouquins en attente et on a réussi à tenir, par contre, préparez vous chers libraires à nous voir débarquer…

Pour ce premier article, je te propose de nous suivre, à travers la ville pour trouver le livre qui va t’accompagner pour ce déconfinement. Si tu tombes sur cet article plus tard, voilà une série de lieux où choisir ton futur compagnon de voyage. Si tu n’aimes pas lire, et que l’idée de voir des bouquins empilés te donne de l’urticaire, tu peux toujours suivre l’itinéraire sans entrer dans les librairies… 😉

Je te propose donc de marcher, au gré des librairies du centre ville, histoire de découvrir notre jolie ville, le tout jalonné de petites pauses gourmandes ? Prêt(e) ? La liste n’est pas exhaustive, bien sûr… mais voilà quelques idées de librairies dans lesquelles se balader en centre-ville.

Bon en vrai, tout ça, c’était un peu au pays des bisounours d’avant le coronacaca. L’ambiance post apocalyptique qui règne en centre ville fait un peu perdre du charme à mon itinéraire mais j’espère que les choses vont très vite rentrer dans l’ordre pour que tu puisses en profiter comme nous on aime le faire… Je ne sais pas si toi, ami Marseillais, tu as eu l’occasion de retrouver le centre-ville mais moi ça m’a fait un drôle de choc… Le bruit, les travaux, les masques et tout ça tout ça, après des semaines dans notre grotte, c’était un peu étrange…

Les institutions du haut de la Canebière

Pour démarrer cette découverte, je te propose de sortir du Métro (Ligne 1, la bleue) ou du tram aux Réformés. À ta sortie du métro, tu trouveras la très jolie Fontaine des Danaïdes, et l’église des Réformés, construite au XIXè siècle et pas du tout protestante, contrairement à ce que pourrait suggérer son nom. En ce moment tout camouflée sous d’horribles échafaudages mais en temps normal elle est jolie.

Si tu viens en goguette dans la Cité Phocéenne et que tu aimes lire. Le haut de la Canebière sera pour toi une étape obligée car elle accueille les deux plus grosses librairies de la ville, un marché de bouquinistes à ciel ouvert et la fameuse girafe dans laquelle les Marseillais viennent déposer leurs livres voyageurs.

Membre du gang des sniffeurs de livres ? Charmé par l’odeur des livres anciens et du papier couleur sepia des livres qui ont déjà vécu une ou plusieurs vies ? En partant de l’église des Réformés, tu trouveras donc sur ta droite, à côté du kiosque à musique (lui aussi caché par de vilaines palissades, décidément…) les stands des bouquinistes. BD, musique, romans, DVD, n’hésite pas à demander puisqu’il est maintenant déconseillé de farfouiller, ils ont un choix assez varié… Tu pourras aussi trouver ton bonheur chez Gibert-Joseph, après avoir désinfecté tes petites mimines et mis ton masque comme il faut. Située au boulevard d’Athènes, c’est l’une des deux grandes librairies généralistes du centre ville. Tu connais peut-être la franchise que l’on retrouve dans de nombreuses villes. Ici tu trouveras de tout, BD, romans, un petit rayon jeunesse, papeterie mais surtout une grande variété d’ouvrages scolaires et universitaires.

Si au contraire, c’est l’odeur fraîche du livre neuf, la blancheur de ses pages qui te font vibrer, c’est chez Maupetit qu’il te faut entrer. Située tout prêt du théâtre de l’Odéon, temple de l’opérette marseillaise, la doyenne des librairies du centre ville a fêté ses 100 ans l’an dernier. Malgré son grand âge, elle se porte toujours comme une demoiselle. Là encore, tu y trouveras de tout. Une section littérature très riche, une sélection jeunesse plus importante que chez Gibert, tout un étage consacré aux beaux livres et aux documentaires mais aussi un rayon scolaire et universitaire. En ce moment, elle a par contre des horaires restreints et n’ouvre que l’après midi, le masque est obligatoire pour y rentrer (dépannage de masque 50 cts, d’après l’affiche en boutique). Tu trouveras toutes les infos à propos du nouveau dispositif sur leur site.

https://www.maupetitlibraire.fr/

Une fois sorti de Maupetit, tu peux descendre encore un peu sur la Canebière puis tu tourneras sur la Rue du Théâtre Français. Tu y trouveras sur ta droite le magnifique Théâtre du Gymnase. Sa billetterie, située un peu plus bas sur la Canebière, a été installée dans l’ancienne librairie Tacussel, dont la façade est de toute beauté. Devant le lycée Thiers, tourne sur ta droite et remonte le Boulevard Garibaldi en direction du cours Julien. Ça grimpe un peu, mais vu qu’on a tous un peu forcé sur les pâtisseries maison et l’apéro pendant le confinement, ça nous fera pas de mal ? hein ? En là, tu trouveras le chouchou de la famille.

Notre préférée : La boite à histoires

La Librairie

Et là, il faut vraiment que je vous parle de LA librairie, celle que l’on adore avec les wanderlustschtroumpfs. La boite à histoires sur le Cours Julien à Marseille. Que tu sois de chez moi ou que tu ne sois que de passage, si tu cherches un petit bouquin pour les loulous, c’est là qu’il faut aller. J’ai pu à de nombreuses collaborer avec elles dans le cadre de mon travail et je ne pourrais en dire que du bien.

Je ne sais pas si tu as eu l’occasion de voir Vous avez un message. C’est une bonne comédie romantique bien cul-cul de la fin des années 90. Meg Ryan, libraire pour enfants passionnée par son métier, se retrouve à devoir se battre bec et ongles pour sauver son magasin tenu avec amour par sa famille depuis des générations et menacé par l’ouverture d’un méga store, tenu par Tom Hanks dans la rue d’en face. J’ai dû voir ce film 10 millions de fois, rêvant d’ouvrir un jour mon Shop around the corner, c’est le nom de la librairie. Enfin, bref tout ça pour te dire que La boîte à histoires c’est un peu le Shop around the corner marseillais, un trésor de mignonnerie, rempli de pépites de littérature jeunesse. Véro et Gigi, ont toujours le livre juste à conseiller en fonction des envies et des goûts des enfants. Nous on pourrait y passer des heures…

En attendant d’aller faire un tour au magasin, qui a rouvert ce jeudi 14 mai, tu peux toujours aller faire un tour sur leur blog, histoire de faire connaissance avec le lieu. Pour ta sécurité, elles ont tout prévu, gel hydro et masques pour ceux qui l’auraient oublié.

Tu peux aussi profiter de ton passage sur le cour Ju pour visiter les bouquinistes, nombreux dans le coin. Le quartier est très sympa avec ses boutiques de créateurs, ses cafés et ses petits restos ses galeries et son petit cinéma. Je lui consacrerai un autre article rien que pour lui quand il aura retrouvé toute sa vitalité.

De là, tu peux retouver le tumulte de la Canebière et aller boire un café dans la très célèbre Torrefaction Noailles, ou passer par les petites rues du quartier Noailles, pour atteindre la rue de Rome, la Rue Saint Ferréol, haut lieu du shopping Marseillais, et enfin la préfecture où se trouve, tout prêt du métro Estrangin, tapie dans une ruelle notre prochaine petite pépite.

En ce début de déconfinement, je t’avoue que je me suis arrêtée là, mais d’ordinaire, nos virées livresques poursuivent leur chemin vers, d’autres horizons.

Celle qui est cachée : la librairie papeterie de l’enseignement / alphaludic

9, rue du Dr. Combalat

Pour la trouver celle-ci, il faut la connaître. Cachée derrière le métro Estrangin, près de la préfecture, on pourrait y passer devant et poursuivre son chemin sans se douter de tous les trésors dont elle recèle. Je crois que la dernière fois que j’y ai fait un tour avec ma copine Lulu, nos chers et tendres ont dû lancer un avis de recherche parce qu’on ne revenait pas. La librairie de l’enseignement est plutôt une librairie spécialisée, comme son nom l’indique pour les enseignants ou les personnes qui travaillent dans l’éducation, le milieu para-médical, mais elle possède un fond de littérature jeunesse assez impressionnant. Il faut bien donner aux enseignants de quoi nourrir leurs élèves, n’est-ce pas ? C’est aussi une papeterie très bien fournie et sa section détachée Alphaludic, quelques mètres au dessus de la librairie est une véritable mine d’or du jeu de société ou éducatif.

Je t’abandonne deux minutes, je vais faire une minute de silence pour ma carte bleue, qui fait déjà une attaque à l’idée de retourner dans ces deux lieux de débauche que je viens de citer…

De là, tu peux redescendre la rue Paradis et ses boutiques de marques, retrouver le bas de la Canebière devant la Chambre de Commerce et d’industrie, faire un tour de Carousel place Charles de Gaulle. Te voilà face au Vieux-Port. Si il est encore tôt dans la matinée, tu peux faire un tour au marché aux poissons, essayer de te retrouver sous l’ombrière, sinon, passe devant la Samaritaine, et longe le quai du Port jusqu’à la Mairie. Monte les marches jusqu’à l’ancien Hôtel-Dieu, devenu aujourd’hui l’Intercontinental Hôtel-Dieu.

Cup of Tea et La librairie du Mucem

En face de l’église des Accoules, rue Caisserie, à l’entrée du Panier, tu pourras aller reprendre des forces chez Cup of Tea. Lorsque j’y avais été, il y a quelques temps de cela maintenant, j’avais adoré le charme de cet endroit et cet esprit un peu brocante où l’on peut s’installer pour boire un café bouquiner et aussi acheter des livres. Pour aller jusqu’au Mucem, j’aime beaucoup passer par la rue Caisserie, moins passante que le Vieux Port, on y a à travers les arcades une très belle vue sur ce-dernier et Notre Dame de la Garde. Mais si tu préfères voir les bateaux de plus près, tu peux redescendre longer les quais. Il y a souvent l’été des petits marchés pour les croisiéristes et les touristes, bon pour cette saison 2020, je te garantis rien du coup… Que tu y entres par le Fort Saint Jean ou par la passerelle de l’église Saint Laurent, profite de ta balade dans les jardins du MUCEM, petit nouveau du paysage muséal marseillais, créé lorsque Marseille a été capitale de la culture, l’endroit est vraiment très agréable, hormis les jours de grand vent. À la fin de ta visite, n’oublie pas d’aller jeter un coup d’oeil à la librairie du musée. Partenaire des éditions acte Sud, cette librairie toute vitrée avec vue sur le J4 sera une chouette façon de prolonger ta visite.

Les bibliothèques

Entre notre passage chez La boite à histoires et Alphaludic, ma carte bancaire a menacé d’aller sauter dans le premier avion pour aller s’isoler pour une durée indéterminée dans un ashram en Inde si je ne te parlais pas des bibliothèques. Pas que l’envie d’aller la suivre sur les chemins de Siddharta me manque, mais dans cet article sur le livre et sur Marseille, je me devais bien de consacrer une partie aux bibliothèques.

Marseille compte un maillage de huit bibliothèques municipales, réparties sur tout le territoire de la ville. Si tu es du coin, un petit tour sur le site du réseau des bibliothèques te permettra de trouver celle qui est la plus proche de chez toi. Profites-en, en plus pour les enfants jusqu’à 18 ans c’est gratuit… Quand tu vois comment les miens mangent les livres, un abonnement à la bibliothèque est vital si je veux maintenir de bonnes relations avec mon banquier…

Si tu es de passage par chez nous, dans le centre ville, remonte le cours Belsunce, jusqu’à la fin. Cette avenue, autrefois fleuron de l’architecture de l’ancien Régime conserve encore, entre deux hôtels de marchands de sommeil, des façades richement décorées témoins de ce passé glorieux. Oui, oui, ami Marseillais, qui lit ces lignes, au temps de Louis XIV, le Cours Belsunce, c’était comme les Champs Elysées. Au milieu du XIXè siècle encore se tenait là, l’Alcazar, l’Olympia marseillais, qui a vu passer du sa scène Yves Montand, Fernadel et autres célébrités nationales jusqu’à sa fermeture dans les années 60. Le quartier, tout comme le désormais tristement célèbre quartier de Noailles, est aujourd’hui un symbole de la gentrification du centre ville de Marseille. Tombé et décrépitude puis rénové dans les années 90, le bâtiment accueille aujourd’hui la Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale. La marquise originale du théâtre sert toujours d’entrée à cet édifice à l’architecture contemporaine, totalement vitré. Tu pourras profiter de ton passage dans le quartier pour prendre un thé à la menthe et de délicieuses pâtisseries orientales.

Bien sûr la liste n’est pas exhaustive, il y en a d’autres, plein d’autres que je dois encore découvrir et visiter, La salle des machines, à l’Encre bleue, 1,2,3 Solène… qui te mèneront plus ou moins loin hors des sentiers battus du centre ville, à travers la Belle de Mai ou les ruelles de l’Estaque. Je t’en parlerai dans de prochains articles autour de balades urbaines dans ces quartiers. Je te proposerai aussi bientôt une petite sélection de livres made in Marseille pour petits et grands…

D’ici là, bonne lecture et si tu pars à l’aventure à l’assaut de la jungle urbaine, n’oublie pas de prendre toutes les mesures de précautions. Prends soin de toi.

À bientôt 😉

40 et quelques idées de balades dans un rayon de 100 km autour de Marseille

Se déconfiner nous oblige à jouer les touristes dans notre propre région. Alors que les week-ends de l’ascension et de Pentecôte approchent à grand pas, je vous propose quelques idées de balades classées par thèmes pour aller changer d’air, même punis de mer.

Redécouvrir la ville

On la connaît trop bien, on y vit, parfois elle nous sort des yeux et pourtant, elle peut avoir plein de petites merveilles à nous proposer pour passer une belle journée.

Et si on s’imaginait, le temps d’une journée, débarquer de l’un de ses gros paquebot de croisière et découvrir notre ville comme des touristes.

Allez viens, met ton plus beau bob, ta banane et tes lunettes de soleil, on va se faire une virée aux pieds de la Bonne Mère…

  • Visiter la cascade des Aygalades ❤️
  • Grimper à l’oppidum de Verduron (on nous en a parlé avant le confinement et on va se dépêcher d’aller le découvrir. Il parait que la vue est magnifique !)
  • Regarder la mer depuis le village de l’Estaque, ses petites rues et sa vue sur la mer, manger des chichis et des panisses ❤️
  • Se rafraîchir sous les arbres de la campagne et les collines Pastré
  • Se poser au calme et rencontrer des artistes au couvent de Levat à la Belle de Mai ❤️
  • Replonger dans l’univers de Pagnol au château de la Buzine ❤️
  • Jouer les touristes sur le Vieux Port
  • Balader dans le Panier
  • Continuer l’immersion Pagnolesque dans le village de la Treille
  • Marcher le long de la Corniche
  • Descendre au Vallon des Auffes et balader à Endoume
  • Flâner au cours Ju’

Envie de nature ?

Je ne sais pas toi, mais plus de 50 jours enfermés à la maison nous ont donné des envies de verdure. Si comme nous te balader à la campagne ou en forêt t’a beaucoup manqué, voici quelques idées de sorties autour de Marseille et dans le département.

Tu pourras trouver plus d’infos sur les conditions d’ouvertures sur les sites suivants :

https://www.departement13.fr/nos-actions/environnement/parcs-et-domaines-departementaux/parcs-et-domaines-departementaux/

http://www.calanques-parcnational.fr/fr

http://parcornithologique.com/

le site du bureau des guides du GR 2013

  • Le massif de l’Etoile
  • Les collines du Garlaban
  • Le domaine de la Nègre à Château Gombert ❤️ il est tout en fleur en ce moment, ça vaut le détour
  • Le domaine de Pichauris (Allauch)
  • La Vallée de St Pons ❤️
  • Le domaine des Marres à Simiane et sa ferme pédagogique ❤️
  • Le massif de la Sainte Baume
  • Le massif de la Sainte Victoire
  • Le site des Encanaux à Auriol ❤️
  • Le GR2013
  • Dès leur réouverture : le Parc national des Calanques et le parc ornithologique du Pont de Gau
  • Les marais de Camargue ❤️
  • Sillans la Cascade ❤️
  • Les carrières d’ocres de Roussillon
  • Le Mont Ventoux

Petites villes et jolis villages

Alors que la vie a repris son rythme de folie en ville, tu as envie de te ressourcer dans le calme et la tranquillité d’un village perché ? On n’a que l’embarras du choix, du Lubéron à l’arrière pays varois en passant par le Pays d’Aix. Tu trouveras sûrement un endroit à découvrir ou à redécouvrir.

  • Jouques (ne pas manquer le plateau de Bède et ses champs de coquelicots) ❤️
  • Le Castellet
  • Miramas le Vieux ❤️
  • Les villages du Luberon ❤️
  • L’arrière pays varois ❤️
  • Cassis ❤️
  • Les canaux de Martigues
  • Manosque
  • Les Saintes Maries de la Mer

Passion patrimoine

Musées et bibliothèques n’ont peut être pas encore tous rouvert leurs portes mais tu peux toujours flâner à la recherche de merveilles architecturales. N’oublie pas avant de programmer ta visite de vérifier les sites de chaque édifice. Certains affichent encore une fermeture jusqu’à nouvel ordre, ne spécifiant par encore d’horizon pour leur réouverture au public. Ce serait ballot de faire le trajet pour rien…

  • Une virée à Arles sur les traces de Van Gogh ou des romains ❤️
  • Avignon et son Palais des Papes ❤️
  • Aix en Provence, sa Cathédrale et l’atelier Cézanne ❤️
  • Les Baux de Provence
  • Vaison La Romaine
  • Et dès leur réouverture : les abbayes provençales : Sénanque, Silvacane le Thoronet et Montmajour ❤️

Ce ne sont que des idées jetées comme ça de choses que l’on a adoré ou que l’on testera très bientôt. N’hésite pas à en rajouter en commentaire si tu en as d’autres… On te souhaite de belles nouvelles aventures…

N’hésite pas à partager l’article si tu l’as trouvé intéressant et nous retrouver sur instagram et sur notre page FB.

A bientôt 😉