Quando La Habana te llama…

Un projet de voyage, c’est un peu comme une petite graine. Je me souviendrai toujours du jour où mon wanderlustparrain, fraîchement rentré de Cuba, m’a tendu un album de Compay Segundo en me disant, « Ecoute ça, c’est des papis cubains qui chantent, on a entendu ça à l’hôtel, c’était génial ! ». Il venait de semer une petite graine appelée Cuba…

J’avais une quinzaine d’années, j’apprenais l’espagnol au lycée, le Buena Vista Social Club retrouvait son heure de gloire grâce à Wim Wenders, mais ce n’était pas le genre de films que j’allais voir au ciné. J’ai mis le CD dans la platine et j’ai entendu les premières notes si caractéristiques du tres cubano, cette guitare typiquement cubaine, qui font le début de Chan Chan, puis la voix éraillée de Compay. En quelques secondes, je me suis téléportée dans les rues de La Havane.

Dans la foulée, j’ai emprunté tous les CD possibles et imaginables à la bibliothèque de Compay et ses potes, écouté tellement Buena Vista Social Club que je le connaissais par coeur, jusqu’à pouvoir anticiper les transitions (ça t’arrive à toi aussi ?). C’est à ce moment-là que je me suis dit, quand je serai grande, j’irai visiter Cuba. Et c’est comme ça que Cuba a fait son entrée dans le fameux tiroir à voyages dont je te parlais dans l’un des premiers articles du blog.

Bon, parlons nous clairement, quand tu as 15 ans, Cuba n’est pas un voyage que tu peux te permettre comme ça en claquant des doigts. Il faut de l’argent et aussi une certaine maturité pour comprendre la richesse de la terre qui t’accueille.

Lorsque j’ai rencontré wanderlustdad, nous avons assez vite partagé l’envie de découvrir la culture cubaine ensemble et à défaut de pouvoir voyager, nous nous sommes inscrits à un cours de salsa. On y a rencontré des amis, on a dansé, tous les soirs pendant des années, Compay et Eliades ont été rejoints par Los Van Van, Pedrito Calvo, Polo Montanez. Nous avons écumé l’Europe de festival en festival, à la rencontre de musiciens et de danseurs. Au fil des années, on a appris à connaître Cuba par procuration, au-delà de la carte postale. Une chose était sûre, Cuba serait notre voyage de noces, on partirait pour un road trip à la rencontre des cubains, mon passeport était prêt puis la vie a fait que…

Attention séquence émotion, si les violons te saoûlent, tu peux directement passer au paragraphe d’après, je ne t’en voudrai pas promis 😉

Je ne sais pas si tu as vu Là-Haut, ce dessin animé magnifique dont les 5 premières minutes sont les plus tristes de l’histoire de l’animation. Pour faire court, lorsque Carl rencontre Ellie, ce ne sont que des enfants, ils se retrouvent autour de leur goût pour l’aventure et leur envie de visiter un jour les chutes du Paradis. On les voit grandir, se rapprocher au point de tomber amoureux, et se marier, avec leur rêve toujours aussi intact de visiter les chutes du Paradis. En arrière plan, on les voit remplir une dame-jeanne de pièces pour financer leur projet, qui finit toujours par être vidée pour réparer la voiture, arranger la toiture, racheter un frigo… Leurs visages se rident, leurs cheveux blanchissent mais ils n’ont toujours pas eu l’occasion de réaliser leur rêves, jusqu’au jour où Carl, voyant Ellie décliner, finit par péter la tirelire une bonne fois pour toute pour acheter les billets d’avion. Sauf qu’Ellie est trop malade pour s’envoler et qu’elle finit par s’éteindre laissant Carl avec mille regrets dans sa jolie maison colorée et pleine de souvenirs que des vilains promoteurs veulent lui raser.

Pendant de nombreuses années, j’avais fini par croire que Cuba seraient nos chutes du Paradis. Bien sûr, on a fait plein de beaux voyages entre temps. Mais à chaque fois que l’on entendait nos copains rentrer de cette merveilleuse destination et nous raconter tout ce dont on rêvait, on avait un petit pincement au coeur…

Et donc… Venons-en au fait !!!

Après 18 ans à prendre la poussière au fond du tiroir à voyage, Cuba s’éloignait. Le passeport allait bientôt périmer que le voyage n’était toujours pas programmé. Compay nous avait quitté, Polo Montanez avait rejoint son monton d’estrellas, Fidel était parti rejoindre son poto le Che, l’embargo allait être levé et même Vin Diesel avait joué au pilote dans les rues de La Havane. À ce moment là, on s’est finalement dit que coûte que coûte, il fallait qu’on y aille avant que tout change, que La Havane soit envahie par les bateaux de croisières et que ce qui fait le charme de Cuba, dans ces bons comme dans ses mauvais côtés ne disparaisse.

Sauf qu’entre temps, on n’était plus 2 amoureux mais une famille de 4 et dans nos petits coeurs sensibles de papa et maman, on se voyait mal partir à l’autre bout du monde pour le voyage de notre vie en les laissant à papi et mamie, même si tous auraient été ravis. Qu’à cela ne tienne, on embarquerait les schtroumphs avec nous.

Mais cette fois-ci, ce serait une mission top secrète. On avait tellement rêvé ce voyage et il était tant de fois tombé à l’eau, que ce n’est que quand tout à vraiment été bouclé que nous en avons parlé autour de nous…

Sauf que voilà, pour organiser un voyage à Cuba, en mode Do It Yourself, si prendre les billets d’avions c’est simple comme un clic – un clic super jouissif certes où tu te pinces pour vérifier que ce que tu viens de faire tu ne l’as pas rêvé – ce n’est que le début. La graine a enfin germé après des années de dormance, elle sort de terre, et maintenant il faut suffisamment l’arroser mais pas trop pour qu’elle devienne un bel arbre. Et à Cuba, il est facile de succomber à la tentation d’arroser un peu trop les graines de voyages à coup de visites super touristiques, d’hôtels de luxe et de mojitos.

Là encore, tout vient à point à qui sait attendre. C’est un collègue de wanderlustdad, qui nous a renvoyé vers l’une de ses connaissances qui venait d’ouvrir un hôtel à La Havane et qui a pris le temps d’écouter nos envies et nous a aidé à construire le voyage qui correspondait à notre éthique. Inutile de te dire que la playlist était déjà prête, qu’on a revu avec grand plaisir nos classiques du ciné et de la littérature…

Nous sommes finalement partis, au mois d’avril de l’année dernière. À l’aller, les valises étaient chargées de musique et de souvenirs de copains accumulés pendant toutes ces années à attendre qui se sont libérés à certains endroits où ils ont pris une autre couleur. Au retour de ces quinze jours de voyage, les valises étaient tout aussi lourdes, pas de souvenir et de matériel mais de tous les merveilleux moments que nous avons passés et des personnes que nous avons rencontrées. Si nous étions partis plus jeunes, notre voyage n’aurait sûrement pas eu la même saveur…

Aujourd’hui, il y a presque un an que nous sommes rentrés à la fois enchantés, secoués, émerveillés. La Havane et Trinidad sont sorties de leur tiroir poussiéreux et trônent désormais fièrement au milieu de notre salon avec deux belles affiches achetées sur les marchés de la capitale. Mais chut ! Santiago, Baracoa et les merveilles de l’Oriente ont fait leur entrée discrètement dans le tiroir, j’espère qu’elles n’attendront pas 18 ans comme leurs grandes soeurs pour en sortir.

À bientôt pour un article plein de conseils pour voyager éthique à Cuba 😉🇨🇺🍸!

Publié par wanderlustmum13

Passionnée de voyage et de littérature, je vous propose de suivre les aventures de notre famille vadrouilleuse 🚲🚖 🚞🌎🌍🌏 🛺🚗✈️

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :