Soul of Venise de Servane Giol et Thomas Jonglez aux éditions Jonglez

Un guide atypique pour découvrir la Serenissima

Lors du défi de fin d’année, nous avons découvert les guides insolites et secret avec Lyon insolite et méconnu. Aujourd’hui c’est sur la collection Soul of , que nous allons mettre un coup de projecteur. Lisbonne, Barcelone, Tokyo, Los Angeles et Venise sont à l’honneur dans ces guides qui proposent une sélection de trente expériences à vivre pour sonder l’âme de ces grandes métropoles où tourisme rime souvent avec visites standardisées, course aux sites et aux musées et selfies uniformisés postés sur les réseaux sociaux pour dire j’y étais. Je remercie chaleureusement les éditions Jonglez de nous avoir fait parvenir Soul of Venise afin de vous le faire découvrir dans le cadre de ce service presse.

Quatrième de couverture

Venise

50 000 habitants

Des millions de touristes

On a testé 1 000 lieux

On a gardé les 30 meilleurs

Voilà un guide atypique qui revendique dès les premières pages le fait de ne pas proposer une vue exhaustive de la ville et de ne pas faire la promotion des classiques de l’expérience touristique vénitienne. Ses auteurs, Servane Giol et Thomas Jonglez, vivent ou ont vécu de nombreuses années à Venise et en connaissent les trésors cachés, les bonnes adresses, les recoins de lagunes où retrouver un peu de sérénité dans un centre ville envahi de touristes.

Au fil des pages de ce guide, on découvre donc des expériences variées, pour tous les budgets, allant de la découverte du marché du Rialto avec ses couleurs éclatantes à la possibilité de dormir dans une suite dont le plafond a été décoré par Tiepolo. On rencontre des artisans passionnés qui transmettent de générations en générations les savoirs faire qui ont fait la renommée de Venise : soieries, costumes, céramiques, verres de Murano. Le tout loin des souvenirs Made in China que l’on retrouve maintenant dans de nombreuses échoppes de la ville.

On découvre des traditions culinaires, des bars à tapas, des trattorie familiales qui mettent à l’honneur des produits locaux.

On part aussi à la découverte d’îles qui abritent de véritables coins de paradis, du monastère qui accueille les visiteurs pour des retraites spirituelles, à la ferme.

Et puis, pour nous qui ne pouvons pas visiter une ville sans flâner dans les librairies ou les marchés de bouquinistes, on en apprend plus sur L’acqua Alta, une librairie dont les ouvrages sont régulièrement menacés par la montée des eaux. J’ai vu passer cette librairie hors du commun sur les réseaux sociaux et elle fait désormais partie des incontournables d’une prochaine visite à Venise.

J’ai apprécié de ce guide la variété des expériences proposées qu’elles soient culinaires, culturelles ou hôtelières ainsi que le fait qu’il s’adresse à tous les budgets. On y trouve en effet où écouter un concert de musique classique de qualité gratuitement, mais aussi les adresses d’hôtel de luxe dont les chambres sont affichées à plusieurs centaines d’euros la nuit. N’ayant pas de séjour à Venise prévu dans l’immédiat, j’ai lu ce guide de 128 pages d’une seule traite, comme on lirait un reportage sur la Cité des Doges. Son format A5 est facile à glisser dans un petit sac.

Comme dans les Guides insolites et secrets, cette collection n’est pas avare en belles images. Les photographies de Francesca Lanaro et les illustrations à l’aquarelle de Clara Mari ponctuent chaque page du livre. Elles en font de fait un objet hybride à mi chemin entre le guide de poche et le beau livre à feuilleter juste pour le plaisir des yeux.

J’ai trouvé aussi très intéressantes les interviews de ces vénitiens qui nous livrent leurs histoires, leur rapport avec leur ville, natale ou d’adoption et les inconvénients apportés par ce tourisme de masse qui fragilise la lagune et participe à la spéculation immobilière avec le développement les logements proposés sur airbnb.

Si un bémol il devait y avoir, mais il est vraiment minime, je regrette seulement que les expériences proposées soit uniquement à destinations des adultes. Il aurait peut-être pu en être proposées certaines plus axées pour les familles.

Nous avons visité Venise en amoureux il y a près de 15 ans, avec un porte feuille d’étudiants en fin de vacances. Autant te dire que nous avons donc essayé de nous rapprocher le plus possible d’un style de vie à la vénitienne pour maîtriser notre budget. Avant notre départ, j’aurais adoré avoir sous le coude Soul of Venise et toutes ses petites adresses cachées pour préparer notre visite et nous échapper momentanément de la foule qui envahit la ville dès les beaux jours. Nous avions à cette occasion découvert l’ambiance particulière des marchés, sur lesquels nous faisions nos courses comme des Vénitiens et profité d’une vue plongeante sur le Grand Canal depuis le premier rang du vaporetto. On aurait donc vraiment apprécié de trouver ces petits havres de paix ou ces temples de la gourmandise où goûter la cuisine vénitienne sans forcément tomber dans les attrape touristes qui abondent aux abords du Rialto ou de la place St Marc. Il ne nous reste donc plus qu’à y retourner pour redécouvrir en famille cette fois-ci l’âme de Venise avec ce joli guide dans notre valise.

Et toi ? Tu connais cette collection ? Elle te tente ? Venise fait-elle partie des destinations qui te font rêver ? Dis nous tout en commentaire.

À bientôt 🙂

Throwback thursday #23 : L’art de voyager sans partir loin, De l’art d’être un bon touriste et Maman Noël de R. T. Higgins

Thème : Noël

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram, Bettie du blog Bettie Rose Books a pris l’initiative d’en faire un rendez-vous livresque en 2016. Le but est de parler chaque jeudi d’un livre « ancien » de notre bibliothèque en fonction d’un thème donné. Bettie a passé le flambeau, désormais le récap’ des liens se fait sur le blog my-bOoks.com. Venez y participer.

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas côté lectures. Si il y a quelques semaines, j’avais envie de chroniquer à peu près tout ce que je lisais mais je n’y arrivais pas par manque de temps, en ce moment, ce que je lis ne me donne pas forcément envie d’y écrire dessus. Ma dernière lecture terminée, Né d’aucune femme de Franck Bouysse, ne cadre pas vraiment avec la ligne éditoriale du blog et m’a particulièrement dérangée. Je préfère ne pas en parler dans un article. Je suis engluée depuis une semaine dans Les profondeurs de l’océan de Liz Braswell et je pensais clairement passer mon tour cette semaine, jusqu’à ce que…

Côté Maman

Mes romances de Noël sont encore trop fraiches pour en parler lors d’un Throwback Thusrday et malheureusment, le temps m’a manqué pour boucler avant Noël ma liste de beaux livres autour du voyage à proposer au pied du sapin de Noël. Aussi, j’avais envie, avant de pouvoir réaliser cette sélection de guides, de remettre en avant L’art de voyager sans partir loin, de Lonely Planet et De l’art d’être un bon touriste de Johan Idema. Deux guides que j’aurais adoré trouver sous le sapin, si je n’avais pas offert le premier à WanderlustDad pour l’un de ses anniversaire et si le second ne m’avais pas appelé si fort depuis les rayonnages de ma bibliothèque municipale. Chacun dans leur style, ils proposent de repenser notre conception du voyage. Le premier, après l’année que nous venons de passer est une véritable mine d’or pour organiser des sorties et des micro-vacances à deux pas de chez toi. Le deuxième est un guide couteau suisse, valable partout et tout le temps. Il propose des pistes d’explorations et de préparation pour les voyages afin d’être davantage un visiteur qu’un touriste. Tu retrouveras les deux chroniques ici et .

Côté schtroumpfs

Maman Noël de Ryan T. Higgins chez Albin Michel Jeunesse

Depuis que l’on a découvert cette série dans le cadre d’un Prix du Livre de Jeunesse il y a quelques années, Mini-Schtroumpfs est devenu super fan de Michel, l’ours grincheux qui, suite à une regrettable erreur sur la personne, s’est retrouvé heureux parents d’une couvée d’oies sauvages.

Au fil des tomes, la famille s’est agrandie, des souris sont venues squatter la maison et le voisinage commence à apprécier la présence de Michel. Mais Michel le misanthrope, n’aspire qu’à une chose en ce début d’hiver, déblayer tranquillement la neige de son allée. Il a revêtu sa plus belle combinaison de laine rouge et son bonnet…

Combinaison rouge ? Bonnet ? Il n’en faut pas beaucoup plus pour qu’une fois encore, Michel soit victime d’une regrettable erreur d’identité et que toute la forêt débarque chez lui pensant qu’il est le seul, le vrai et l’unique Père Noël…

La suite n’est que succession de gags. Michel traine partout son humeur d’ours mal léché, mais rien n’arrive à entamer l’enthousiasme débordant des souris extatiques et euphoriques à l’idée de fêter Noël… Et plus la date fatidique approche, plus le sourcil de Michel se fronce et sa bouche se tord. C’est en général une lecture qui s’accompagne des grands éclats de rires de Mini Schtroumpf et que l’on apprécie de lire à toutes les périodes de l’année.

Et vous quels sont les livres qui vous inspirent pour Noël ?

À bientôt 😉

Suivez les kids ! Cuba avec des enfants

Depuis quelques temps, les garçons m’interrogent beaucoup sur le blog. À quoi il sert ? Pourquoi on le tient ? J’ai surpris à plusieurs reprises Wanderlustgrandschtroumpf en train de lire les carnets qui me servent à noter mes idées au cas où je n’aurais pas mon ordi sous la main.

À la fin de chaque journée de voyage, on a l’habitude de leur demander leur coup de coeur de la journée si il y en a un et ce qu’ils ont le moins aimé. Cuba a été pour eux une véritable expérience, une leçon de vie parfois. Aussi, aujourd’hui, je leur ai proposé de jouer les apprentis blogueurs et de me dicter un mini guide de leurs expériences préférées à Cuba à destinations des enfants et des familles qui comme nous souhaiteraient découvrir l’île. Le voyage commence à ne plus être très frais dans leurs petites mémoires étant donné que nous sommes rentrés il y a plus d’un an, mais l’exercice est aussi intéressant parce que du coup, tu ne trouveras là que les choses qui les ont vraiment marquées. Alors, suivez les kids !

Leurs coups de coeur

La plage

Moi, maman, ce que j’ai adoré, c’est la plage où tu t’es faite manger par les puces de plage…

Wanderlustgrandschtroumf

Merci mon chéri de me rappeler cette expérience pour le moins… comment dire ? Urticante ? Dans l’épisode 2 de notre carnet de voyage pour Cuba (ça fait un peu Star Wars, non ?), je t’avais raconté, notre journée catastrophe sur la plage de Cayo Levisa. Si tu prends le train en cours de route, tu peux aller faire un tour par ici pour comprendre de quoi je parle…

https://wanderlustfamily4.travel.blog/2020/04/13/en-route-pour-cuba-episode-2/

Et bien, il semblerait qu’avec les enfants nous n’ayons pas vécu du tout la même journée, car c’est la première chose dont ils m’ont parlé. Comme quoi, selon l’âge on a vraiment des ressentis différents sur les expériences. En effet, malgré la pluie, Wanderlustgrandschtroumf a passé une journée mémorable. Il faut dire que même si chez nous la mer n’est pas très loin, cette plage là est simplement fantastique. Ce n’est pas tous les jours que les enfants ont l’occasion de trouver des coraux en faisant des châteaux de sable et de transformer des bernard l’hermite en animaux de compagnie ou de s’imaginer étant Jack Sparrow à la recherche de trésors laissés par des boucaniers.

Quel dommage que nos journées plages à Cayo Levisa et à Playa Larga aient été accompagnées soit d’averses tropicales soit de grand vent !!! Attention toutefois lorsque tu vas à la plage aux gegenes ces petites bestioles démoniaques qui sévissent lorsque le soleil commence à se faire la malle et te transforment en dalmatien à pois rouges.

Les vieilles américaines

Là bas, les voitures elles sont rigolotes et trop styléééééées !

Voilà un sujet qui devrait en passionner plus d’un. Cuba et les voitures, c’est une grande histoire d’amour. Il faut dire qu’ils les bichonnent comme si c’était un membre de la famille.

Pour les garçons, chaque voyage en voiture, et il y en a eu un paquet, a été l’occasion d’un voyage dans le temps, à bord d’une pièce de musée. Les couleurs, les chromes, les vibrations qui donnaient parfois l’impression d’être un passager de Star Tours, tout comme le chauffeur qui nous a accompagné sur une grande partie du séjour leur ont laissé de chouettes souvenirs.

Se faire des copains

Voyager c’est l’occasion de rompre avec le quotidien et se retrouver en famille mais c’est aussi l’occasion de faire de nouvelles rencontres. Si il en est une qui les a particulièrement marqués, c’est celle du fils de l’un de nos hôtes qui avait à peu près leur âge avec lequel ils auraient joué non stop pendant les deux jours que nous avons passé à Palma Rubia.

Ça m’émerveille toujours de voir la capacité des enfants à se faire comprendre lorsqu’ils sont à l’étranger, de voir comment en quelques minutes ils dépassent la barrière de la langue alors que nous galère à baragouiner trois mots… Ramenez-moi en enfance pour retrouver la clé de ce langage universel !!!

Se balader à cheval

C’était trop drôle quand le guide disait « ¡ Ola, Caballu!

Wanderlustminischtroumpf

Je n’avais pas encore mis de musique dans cet article mais ce coup de coeur là s’y prête bien. Les coins où balader à cheval à Cuba sont nombreux. Nous avons eu la possibilité de faire deux balades, l’une à Viñales au milieu des mogotes et l’autre à Trinidad dans la Valle de los Ingenios.

Les garçons n’avaient pas spécialement d’expérience en équitation, pour wanderlustminischtroumpf, c’était même son baptême équestre, mais à chaque fois les guides se sont adaptés à leur niveau, ont pris le temps de leur rappeler les bases et sont restés tout près d’eux tout au long de la balade.

Question sécurité, cela dépend vraiment de l’endroit auquel tu t’adresses. À Viñales, aucun équipement n’a été proposé. Ils ont monté nature peinture mais très encadrés par nos deux caballeros. À Trinidad, notre casa disposait d’un ranch, les garçons ont donc été équipés de bombes et de chaps mais, la randonnée a été pour eux assez difficile car bombe + chaleur = transpiration +++ (je crois que leur cervelle a un peu fondu sur le chemin…). Si tu crains donc pour la petite tête de tes chérubins, pense à emporter un casque d’équitation dans tes bagages (oui parce que bombe et bagage dans la même phrase ça craint ;)… )

Les beaux paysages et la nature

Je n’ai pas compté pas le nombre de « Waouh ! » et de « Maman c’est trop beau! » mais une main ne suffirait pas. Chaque jour avait son lot d’émerveillement face à ce que la nature nous offrait. Nos addicts à NatGeo Wild ont passé leur séjour à découvrir en vrai des espèces d’animaux de toutes sortes. Le temps ne nous a malheureusement que très peu permis de faire du snorkeling, mais nos nombreuses randonnées nous ont permis de découvrir quelques espèces endémiques de l’île et d’assister à des phénomènes que l’on a peu l’habitude de voir comme la migration des crabes. Je les vois encore tapis dans le hamac, en embuscade à attendre que les colibris viennent voler autour de l’arbre de notre terrasse de Trinidad, ou à observer le camouflage des caméléons… De grands moments pour nos futurs documentaristes animaliers 😉

Chasser les oeuvres de street art dans les rues de La Havane

Les rues de La Havane, elles sont trop bien décorées

Wanderlustgrandschtroumf

Quand on se balade en ville, où que l’on soit, c’est l’un de nos passe-temps favoris. Il a le mérite d’éviter les « Maman quand est-ce qu’on arrive » et autres « J’en ai marre ! On peut s’arrêter ? Je suis fatigué »… Tu vois le tableau je suppose…

Bref être à l’affut des oeuvres d’art quand on marche, c’est un peu comme être un chercheur d’or… Parfois on tamise pour rien, mais parfois, on trouve des petites pépites. C’est toujours plus facile pour les schtroumpfs que d’être enfermés dans un musée, et ça permet de les ouvrir à toute forme d’art. On a bien cherché les traces d’une attaque d’Invader, mais on n’en a pas trouvé, par contre en pleine période de Biennale, on en a pris plein les yeux. Pour plus d’infos sur les futures éditions, c’est par là…

http://biennialhavana.org/havana-biennial-blog/

Aller à la pêche

Lorsque l’on parle de pêche à Cuba, comment ne pas penser à la pêche au gros et à Hemingway et à son vieil homme et la mer. Mes trois hommes adorent la pêche. Aussi lorsque notre hôte de Playa Larga, aussi féru qu’eux leur a proposé une partie de pêche à la cubaine, ils ont sauté sur l’occasion. Pas de sortie en bateau pour nous, le temps était trop gros, mais quelques rudiments de pêche à la ligne dans un étang derrière la casa. Bilan, quelques poissons chats aussitôt relâchés mais une expérience unique de pêche minimaliste – les cannes à pêche étant hors de prix sur l’île – avec les moyens du bord (du fil de pêche, quelques plombs, un bâton, des appâts faits de pain et de chair de crabe et un hameçon).

Se baigner dans les cascades et les piscines naturelles

Là encore quelles expériences !!! Que ce soit dans la Valle de los Ingenios, a Topes de Collante ou dans les impressionnants cenotes de Playa Larga les garçons ont adoré leurs expériences de baignades en eaux douces. Il faut dire que c’est vraiment très agréable d’aller se rafraîchir après une petite marche ou une balade à cheval. On se sent vraiment tout petits dans ces cascades au milieu de toute cette forêt, ou dans ces trous sans fond remplis de jolis poissons.

Changer de maison

14 jours, 7 casas différentes. Notre itinéraire prévoyait en moyenne un changement de ville tous les 2 jours. Ça n’a pas perturbé nos petits nomades pour autant. Dans chacune (ou presque…), ils ont trouvé quelque chose à observer, un truc à bricoler, des copains avec qui discuter. Dans chacune ils ont éprouvé le charme de la découverte d’un nouvel environnement et de rencontrer de nouvelles personnes. Et puis, entre les grenouilles dans la chambre, les parties de ping pong, les parties de pêche, la casa en pleine nature, les aventures à la ferme, la chasse au crabe de terre dans leur chambre en pleine nuit (heureusement qu’ils dormaient à point fermés à ce moment là, on les aurait entendus hurler jusqu’en Chine je crois…) et autres, les expériences ont été hautes en couleurs et en émotions.

Tester des moyens de transports très différents

Les garçons m’ont déjà fait écrire à quel point ils avaient aimé les voitures à Cuba mais la liste des moyens de transport que l’on a pu prendre tout au long du voyage est encore longue…

Avion, train, bateau, voiture, coco-taxi, bici-taxi, cheval, charrette et j’en passe… Cuba est un véritable musée des transports à ciel ouvert, qu’ils soient ce que l’on emprunte où que l’on voit circuler. On a pu voir sur les route des bus scolaires d’un autre âge, des camions datant de l’union soviétique, de très nombreuses motos avec side-car mais aussi des chars à boeuf ou à chèvre… Oui oui, tu as bien lu, à chèvre. Heureusement pour cette pauvre biquette des faubourgs de La Havane qu’elle ne dirait un charriot pour enfant, mais l’image était assez cocasse.

À chaque fois, c’était une découverte et un véritable enthousiasme, une drôle d’expérience et un voyage dans le voyage.

Les petits moins

Moi qui aimait les dissertations bien équilibrées, je dois dire qu’ici, je vais devoir faire un paragraphe rikiki. Quand je leur ai demandé si il y avait un truc qui ne leur avait pas plu, ils m’ont répondu en choeur. « Ben enfin, tu sais bien qu’on a tout aimé à Cuba ! ». En grattant un peu, ils sont revenus au bout de cinq minutes en me disant que finalement, il y avait bien une chose qu’ils auraient bien aimé zapper…

Le sentier Enigma de Las Rocas à Playa Larga

La seule chose qu’ils m’ont répondu quand j’ai un peu insisté c’est « les serpents et les chauves souris que l’on a pu rencontrer sur le sentier Enigma de las Rocas. » En effet, malgré la beauté du sentier celui-ci peut être impressionnant avec des plus petits. Les trois enfants qui étaient dans le groupe ont été assez impressionnés par les crabes en migration, et donc en nombre, à cette période de l’année, aux alentours du mois d’avril et par la grotte des chauves souris.

Nous les adultes, on s’est régalés de cette balade qui s’est terminée par un plongeon dans un cenote (ne fais pas comme nous, prévois maillot et brassards…), mais les enfants n’étaient pas super rassurés par endroits, malgré un guide très avenant et sympathique. Donc si tu sens que tu loulous ont l’âme sensible, peut-être vaudra-t-il mieux aller observer les oiseaux dans le Cienaga de Zapata, faire du snorkeling en face de Cueva los peces ou visiter l’élevage de crocodiles.

Voilà, il ne me reste plus qu’à remercier les loulous de s’être prêtés à l’exercice…

Le blog se développe plutôt bien ces derniers temps grâce à l’énergie de toute la famille, donc si l’article t’a plu, n’hésite pas à le mettre au chaud dans un tableau pinterest, à t’abonner ou à nous suivre sur Instagram, je m’y suis enfin mise après des années de résistances pour y poster les nouveautés du blog.

https://www.instagram.com/wanderlust_family13/

Tu peux aussi nous suivre sur notre page FB toute fraîche :

https://www.facebook.com/mywanderlustfamily/

Alors maintenant que tu sais où nous retrouver, à très bientôt j’espère 😉

L’art de voyager sans partir loin éd. Lonely Planet

L’art de voyager sans partir loin, éd. Lonely Planet

En ces temps étranges de confinement, la wanderlust family est coincée à la maison et obligée de reporter ces aventures de printemps à une date ultérieure. Mais même depuis son canapé, il est encore possible de voyager et sans allumer la télé.

C’est ce que nous propose ce guide un peu atypique de chez Lonely Planet. J’y suis tombée dessus par hasard alors que je cherchais un cadeau d’anniversaire pour wanderlustdad l’année dernière et je me suis dit que ce serait chouette d’avoir un vivier d’expériences de voyage sans exploser notre PEL ni s’en sortir avec un méga bilan carbone… Je t’ai déjà parlé de ma réticence à acheter un guide touristique qui finira ensuite par trôner sur une étagère façon ramasse-poussière. L’avantage de celui-ci, c’est son côté couteau suisse. Il marche aussi bien pour un week-end où tu es chez toi et que tu n’as rien à faire, que pour un voyage à l’autre bout de la Terre avec ses suggestions de visites alternatives qui marchent partout. Où que tu décides d’aller, il peut sauter dans ton sac à dos.

L’idée du guide est simple, (ré)apprendre à regarder notre jardin, notre quartier, notre ville ou notre région sous de nouveaux points de vue. À travers cinq catégories (éveil des sens, en bonne compagnie, chiche, odyssées culturelles et voya-jouez aux dés), il nous propose 50 expériences de tourisme alternatif sous le pas de notre porte ou presque.

Bon OK, pour le moment, exit les tournées des bars, les randos-street art, et les cueillettes urbaines, mais on peut encore tenter :

  • l’expérience N°4 : changement d’échelle qui propose de faire le tour de votre quotidien avec un objectif macro, un portable avec un bon zoom peut aussi faire l’affaire. L’idée étant de rendre les détails du quotidien poétiques et de faire de jolis photos pour ta collection perso ou pour agrémenter ton instagram… ça se tente non ?
  • l’expérience N°5 : le monde à croquer qui nous fait découvrir les cuisines du monde en suivant l’ordre alphabétique. Ça t’inspire moussaillon ? Alors pars à l’assaut de ton frigo avec à la main ta bible de la cuisine. Où iras-tu en premier ? Argentine ? Albanie ? Angleterre ? Algérie ?…
  • l’expérience N°6 : l’inventaire volatil qui consiste à observer les oiseaux depuis notre fenêtre… Je l’ai testée la semaine dernière depuis le pas de ma porte et j’ai été très agréablement surprise de voir le ballet de petits oiseaux dont je ne connais pas le nom parce que je suis une quiche en ornithologie, dans l’abricotier en fleurs de mon voisin.
  • l’expérience N°9 : thalasso improvisée si comme nous, tu télé-travailles, tu joues la maîtresse avec tes gosses tout en continuant de faire tourner la maison, tu as vite fait de finir ta soirée en mode parent au bord de la crise de nerfs. Ici l’idée est de t’offrir une séance de thalasso DIY dans la salle de bain d’un pote… Alors vu le contexte on laisse tomber l’idée d’aller se faire couler un bain chez des amis, mais on dit oui oui oui à l’idée d’allumer quelques bougies, de se faire un bon masque, une manucure, une gommage ou je ne sais quoi et s’accorder un peu de douceur…
  • l’expérience N°12 : ma tente sur ma pelouse, n’ayant pas de jardin, on ne peut pas la tester celle-ci, et puis il fait encore un peu froid, mais l’idée de faire de faire un barbeuc’ chamallow et de dormir à la belle étoile au fond du jardin ça a un petit goût Koh Lanta en ce moment, non ?
  • l’expérience N°17 : Dog-trotter. Elle nous propose de faire le tour du quartier en suivant Médor. En ce moment, certains d’entre nous sont bien contents d’avoir un tout à sortir pour aller prendre un peu l’air. Alors pour le remercier, si on sortait un peu des sentiers battus et qu’on le laissait maître de la promenade pour une fois ? Tout en respectant les gestes barrières bien sûr et sans s’éloigner du pâté de maison…
  • l’expérience N°38 : avec Tourisme ès lettres, range ton passeport, point n’est besoin d’avion, ni de train, de toutes façons, ils ne décollent plus en ce moment. Le principe de ce voyage littéraire, prendre le livre le plus en haut à gauche de ta bibliothèque, et lorsque vous y rencontrez le nom d’une ville ou d’un pays, fermez ton livre et rends toi dans un autre livre de votre bibliothèque qui parle de cette nouvelle destination. Et ainsi de suite sur une dizaine de livres. Jusqu’où iras-tu, avec quels compagnons et par quels chemins ?
  • l’expérience N°39 : Passé récomposé te propose de revisiter tes plus belles photos de vacances depuis ton salon ou ta terrasse. Envie de soleil et de tropiques, ressors ton hamac et prend un bain de soleil sur ton balcon ou prépare-toi un bon cocktail…

Ceci n’est qu’un condensé de quelques expériences faisables en ce moment. Il y en a plein d’autres super chouettes qui n’attendent que les beaux jours et la fin de la quarantaine pour qu’on les essaie.

Ce qui me plait dans ce livre, c’est avant tout son esthétique, il est beau… J’adore aussi l’esprit et le côté décalé de certaines propositions, les photos à tomber et les petits en-quarts « ils sont testé » pour chaque expérience avec les points positifs et les points négatifs. Il me fait un peu penser au bouquin de Keri Smith How to be a world explorer qui est trop génial mais qui malheureusement n’existe pas encore en français et qui nous propose différentes balades pour nous réapproprier notre petit monde quotidien.

J’espère t’avoir donné quelques idées pour traquer l’ennui de ces longues journées. Et t’avoir donné l’envie de courir faire un gros bisou à ton libraire de quartier dès le confinement terminé pour l’ajouter à ta collection de guides. Prends soin de toi cher lecteur…

À très vite 😉 …