Café des voyageurs #29 : rencontres touchantes au coeur du cercle polaire

Le café des voyageurs, à la manière des rendez-vous littéraires hebdomadaires comme C’est lundi que lisez-vous ou le Throwback Thursday, est un rendez-vous créé pour partager nos publications, réunies autour d’un thème nouveau chaque semaine et de nous faire découvrir de nouveaux blogs. La récap des liens se fait sur le blog My wanderlust family.

Comme chaque semaine, je te propose de partager un article sur le thème choisi en répondant à ces trois amorces.

Cette semaine, je t’emmène…

J’ai choisi ce lieu car…

Et si tu ne devais choisir qu’une image pour décrire ce lieu ? Laquelle choisirais tu ?

Thème de la semaine : une rencontre touchante

Après la fougue et la passion flamenca la semaine dernière place à la douceur et la tendresse. Au cours de nos voyages, nous mettons un point d’honneur à partir à la rencontre de gens et à profiter des belles surprises que la vie met sur notre chemin. Je pourrais te raconter des tas de rencontres sympathiques, les carnets de voyages de Cuba sont remplies d’anecdotes de ce type, nos étés calabrais ont aussi mis sur notre route de gentils papis et mamies curieux de notre profil de pseudos touristes et toujours prêts à nous faire partager un peu de leur savoir faire traditionnel ou culinaire, mais cette semaine, j’ai envie de retourner en Finlande, te parler de rencontres faites au delà du Cercle Polaire.

Cette semaine je t’emmène

Bon en vérité, notre séjour en Laponie a été une véritable parenthèse enchantée au cours de laquelle nous avons vécu sur un petit nuage. Est-ce l’air pur des terres polaires ? Ou peut-être les grands espaces ? À moins que ce ne soit simplement la solidarité et l’esprit des finnois, je ne saurais vraiment te dire… Mais en l’espace de 5 jours nous avons eu la chance de faire des rencontres qui restent dans notre top 10 d’expériences de voyages mémorables.

J’ai choisi ce lieu car…

La Laponie a fait partie des séjours absolument magiques dont je t’ai parlé déjà quelques fois sur le blog. En effet, c’est un lieu idéal à découvrir avec des enfants et dont les paysages de forêts à perte de vue sont à couper le souffle. La sensation de faire corps avec la nature et de se sentir tout petit face à l’immensité du monde nous a accompagnés tout au long de notre séjour. Et les rencontres que nous y avons faites, comme je te le disais dans le paragraphe précédent ont été à la fois inattendues et mémorables.

Pour nos premières nuits en Finlande, nous avions choisi de dormir dans un mokki, une cabane traditionnelle finlandaise, souvent située près d’un lac ou dans les bois. Sur airbnb, une annonce avait attiré mon attention, un groupement de cinq cabanes à l’ancienne, sans eau courante. Le prix était très correct, j’ai dû payer une centaine d’euros pour 3 nuits. L’idéal pour vivre l’expérience lapone au coeur de l’été. Je n’ai donc pas attendu pour réserver et l’attente pour en arriver à cette étape a été TRÈS longue…

Lorsque nous sommes arrivés aux abords de Pelkosenniemi, une bourgade lapone connue pour avoir enfanté quelque Elvis Presley local, nous avons bifurqué pour découvrir notre petit coin de paradis. Ces jolies cabanes étaient tenues par un couple, qui ne parlaient absolument pas un mot d’anglais, alors autant te dire que le français et l’italien étaient loin de faire partie de leur répertoire. C’est google translate qui nous a permis de communiquer tout au long de ce séjour. Nous arrivions d’une expérience désagréable à Helsinki, qui m’avait contrainte à passer du temps à écrire des mails et à téléphoner aux relations clients d’airbnb et la délicatesse de notre hôtesse qui nous a accueillis avec des tartelettes faites maison, des mots gentils pour les enfants et le poêle du sauna traditionnel déjà chaud pour que l’on puisse aller se détendre nous a touché au plus au point. Tout au long de notre séjour, nos hôtes se sont proposés de nous amener à la pêche, de nous tirer l’eau dont nous avions besoin, nous ont fait partagé leur vie et nous ont raconté, toujours grâce à Google translate, les rudesses de l’hiver lapon. Quitter les lieux avait été pour toute la famille particulièrement difficile, et à en croire le livre d’or de la cabane, tous les hôtes qui sont passé par là ont connu le même ressenti.

Mais il fallait bien quitter les lieux et d’autres rencontres toutes aussi émouvantes nous attendaient encore sur le chemin ce jour là :

  • des rennes : ils sont très nombreux sur le bord des routes lapones, jusque là, rien de bien impressionnant au bout de plusieurs jours dans la région, la rencontre de ces grands cervidés finit par ne presque plus vous impressionner. Toutefois, lors d’un arrêt pipi prêt de la ville de Luotso, nous avons eu la chance de voir arriver un troupeau, parmi lequel vivait un renne blanc. Phénomène plutôt rare dans la nature.
  • le Père Noël : alors certes, visiter à Rovaniemi le village du Père Noël en plein été, manque cruellement de magie. Après plusieurs jours immergés dans la nature sauvage, le retour à la civilisation a été quelque peu compliqué. Certes, le vieux barbu a clairement le sens des affaires et son elfe photographe n’a rien à envier aux gobelins qui tiennent Gringotts quand il essaie de te vendre à la sortie le souvenir de ta rencontre avec le Père Noël. Il faut dire que l’on met les petits plats dans les grands pour vous accueillir dans la majestueuse bibliothèque du Père Noël. Je crois que Wanderlust Dad et moi étions à peu près aussi impressionnés que les Schtroumpfs devant lui. Et puis, quel émerveillement ! J’ai encore l’oeil humide quand je repense à leur sourire, à leur regard pétillant et à leur maladresse face à lui. En plus, il était vraiment bien drôle ce Père Noël, nous entendant parler français, il nous a accueilli dans une langue de Molière approximative mais qui avait le mérite d’exister. Le mini schtroumpf voyant clairement que notre pauvre homme n’était pas très à l’aise, s’est dit qu’il serait peut-être mieux de lui parler en italien (sait-on jamais ?). Et là, c’est le drame ! Allo Houston ! Nous avons un problème, on a perdu le Père Noël ! Quand on regarde la vidéo, on rit encore en voyant le regard de ce brave monsieur vriller des yeux et nous répondre dans un joyeux mélange de langues en espérant que quelqu’un prenne le relais en anglais…

Si tu devais ne choisir qu’une seule photo, laquelle choisirais-tu ?

Le lendemain de notre visite au village du Père Noël, l’étourderie de notre grand, qui avait oublié sa seule veste (alors qu’il faisait particulièrement frais) chez nos premiers hôtes nous a valu un détour de plusieurs centaines de kilomètres pour aller la récupérer. Là encore, leur gentillesse n’a pas eu de limite, se prêtant au jeu des photos souvenirs, et nous offrant pour la route la bagatelle de près d’un kilo de myrtilles. Là-bas, cela ne représente certes pas grand chose, mais quand tu calcules rapidement le prix d’un kilo de myrtilles bio par chez nous, tu apprécies le geste et plutôt deux fois qu’une. Nous avons eu beau lui expliquer que c’était beaucoup trop, que nous reprenions l’avion le lendemain et qu’il serait compliqué de tout manger dans la soirée, rien n’y a fait. Peut-être avait-elle des gênes de mamma italienne elle aussi ? Et voilà donc comment, pour ne pas gaspiller toutes ces belles myrtilles, je me suis retrouvée, à faire de la confiture au Pôle Nord à partir de bocaux de sauce tomate récupérés des repas des jours précédents, nettoyés et stérilisés. Je t’avoue que cette confiture a une saveur particulière, celle du grand nord, de ses forêts majestueuses et de la gentillesse de nos hôtes.

Thème du 24 février : Insolite

Et vous ? Où nous emmenez-vous cette semaine ?

À bientôt 😉

Café des voyageurs #21 : Découvrir Suomenlinna, la forteresse suédoise au large d’Helsinki

Le café des voyageurs, à la manière des rendez-vous littéraires hebdomadaires comme C’est lundi que lisez-vous ou le Throwback Thursday, est un rendez-vous créé pour partager nos publications, réunies autour d’un thème nouveau chaque semaine et de nous faire découvrir de nouveaux blogs. La récap des liens se fait sur le blog My wanderlust family.

Comme chaque semaine, je te propose de partager un article sur le thème choisi en répondant à ces trois amorces.

Cette semaine, je t’emmène…

J’ai choisi ce lieu car…

Et si tu ne devais choisir qu’une image pour décrire ce lieu ? Laquelle choisirais tu ?

Thème de la semaine : Capitales

Pour ce café des voyageurs, les capitales sont à l’honneur. Je t’ai déjà beaucoup parlé de Londres, de Rome ou encore de Paris, j’avais envie aujourd’hui de mettre à l’honneur Helsinki, dont je t’ai relativement peu parlé dans le cadre de mes articles sur la Finlande.

Cette semaine je t’emmène

A Suomenlinna, la forteresse qui protège la capitale finlandaise. Construite en 1748, elle témoigne du temps où la Finlande appartenait à la Suède. Depuis sa construction, elle est passée tour à tour aux mains des Russes, qui ont arpenté ses pavés pendant près de 110 ans, après la défaite de la Suède dans la guerre de Finlande en 1808, avant de devenir finlandaise après la première guerre mondiale.

On accède à Suomelinna par ferry ou bateau bus depuis Kauppatori, la place du marché d’Helsinki. Avant d’embarquer, tu peux donc de perdre entre les stands qui proposent des spécialités finlandaises et ceux qui proposent des souvenirs de la visite de la ville. Une fois embarqué, la sortie du port est un véritable spectacle. Tu passes à côté des énormes bateaux en partance pour l’autre rive de la Baltique et tu peux admirer depuis la mer les cathédrales blanches et rouges qui se font face et surplombent la baie d’Helsinki. La traversée est courte, et même en été, je te conseille de bien te couvrir, car le vent ne pardonne vraiment pas une fois en mer. L’hiver, les bateaux doivent fendre la couche de glace pour se rendre sur l’île. Le spectacle est magique.

Une fois arrivé au débarcadère, la visite est libre. Tu peux choisir de flâner à pieds dans la forteresse, ou bien de visiter les nombreux musées qu’elle accueille et dont tu trouveras le descriptif détaillé sur le site de Suomelinna. Pour notre part, nous avions choisi la première option. Nous sommes donc partis à l’assaut de la forteresse à pieds. Nous avons eu le plaisir de découvrir La porte du Roi, le sous marin Vesikko, nous avons marché sur les remparts, flané dans les boutiques des artisans et dans les galerie, observé les oiseaux marins qui profitent de la forteresse pour nicher…

J’ai choisi ce lieu car…

Nous avons visité Suomenlinna à notre retour de Laponie. Dans la première partie de notre voyage en Finlande, nous avions passé une fin d’après-midi dans la ville. Visité la cathédrale blanche, fait des tours de manèges à Linnanmaki, mais nous avions relativement peu accroché à l’ambiance générale de la ville, pollué par des soucis avec un logeur indélicat. Cette deuxième visite a donc été l’occasion de donner une deuxième chance à la capitale finlandaise en s’éloignant un peu du centre de la ville et des cars de touristes qui affluent autour des grands sites.

En effet, Suomenlinna, bien que particulièrement fréquentée en cette fin d’été, ne nous a pas semblé être un site-usine, on peut s’y sentir relativement seul, ce qui est particulièrement agréable. De plus, la variété des expériences qui y sont proposées : musées, balades, resto, shopping… font qu’il y en a pour tous les goûts et que chaque membre de la famille peut y trouver son compte. En suivant la route bleue, indiquée par les panneaux, tu peux faire le tour des curiosités de la forteresse en une journée. Un plan à destination des familles est proposé ici. S’il est en anglais, il te donnera toutefois une belle idée de ce qui peut vous attendre sur place afin de planifier ta visite.

Les enfants peuvent gambader en toute liberté, en prenant toute fois garde aux murets glissants des remparts. Les amateurs d’histoire militaire seront ravis de découvrir les vestiges des différentes occupations du site. Les amateurs de nature et de paysages seront comblés par la sensation de calme et d’infinité qui se dégage lorsque l’on atteint la pointe de l’île.

Nous avons tout particulièrement apprécié de nous installer pour une petite pause gourmande au Café Piper. Avec sa devanture du début du XXè siècle, ses tons pastels, il offre une atmosphère cosy avec vue sur le golfe de Finlande, idéale pour reprendre des forces après avoir crapahuté jusqu’au Parc Piper et à sa mare bucolique.

À ton retour sur le continent, n’hésite pas à aller faire découvrir les anciennes halles du marché d’Helsinki. Vue depuis l’eau, la façade est simplement magnifique. À l’intérieur, des artisans de métiers de tous les métiers de bouche se côtoient. C’est un festival d’odeurs et de couleurs, qui, si nous n’y étions pas arrivés repus du goûter pris chez Piper aurait pu être très dangereux pour notre ligne et notre porte monnaie.

Si tu devais ne choisir qu’une seule photo, laquelle choisirais-tu ?

Depuis les remparts, Helsinki se rappelle à notre bon souvenir. J’ai choisi cette photo car elle résume plutôt bien l’esprit de Suommenlinna, qui offre une parenthèse hors du temps alors qu’à moins d’une demi heure de navigation, la ville est toujours là et continue de s’activer. Tu peux y voir les coupoles de la Cathédrale luthérienne, ainsi que les cheminées des gros porteurs qui s’apprêtent à quitter le port.

Le choix n’était toutefois pas simple, aussi, comme la semaine dernière avec les photos du village de Noël de Montecatini. Je te propose de découvrir plus en détails la forteresse sur notre page Facebook et notre compte Instagram.

De son côté, pour ce café Lenou in Italia et From Corsica with trips, nous amènent, à Rome. Leurs programme est fort sympathique : à manger, à boire et des rencontres inattendues pour l’une et des tas de visites culturelles pour l’autre. Avec Les voyages de K., on reste dans une atmosphère nordique avec une escapade à Copenhague sur fond de thriller danois. N’hésitez pas à aller y jeter un coup d’oeil…

Thème du 30 décembre : Lumières

Et toi, où nous emmènes-tu cette semaine ?

À bientôt 😉

PS : Ce rendez-vous est avant tout le tien. Aussi, comme le dernier café du mois approche, n’hésite pas à proposer un thème qui te tient à coeur et dont tu souhaiterais parler en commentaire.

Café des voyageurs #7 : été indien

Voyager hors saison

Le café des voyageurs, à la manière des rendez-vous littéraires hebdomadaires comme C’est lundi que lisez-vous ou le Throwback Thursday, est un rendez-vous créé pour partager nos publications, réunies autour d’un thème nouveau chaque semaine et de nous faire découvrir de nouveaux blogs. La récap des liens se fait sur le blog My wanderlust family.

Comme chaque semaine, je te propose de partager un article sur le thème choisi en répondant à ces trois amorces.

Cette semaine, je t’emmène…

J’ai choisi ce lieu car…

Et si tu ne devais choisir qu’une image pour décrire ce lieu ? Laquelle choisirais tu ?

Bon en temps normal, hors scenario post-apocalyptique de 2020, cette période de l’année est celle d’où l’on se ravit d’un peu de douceur au mois de septembre. En s’imaginant marchant sur la plage, pieds nus, jean retroussé et cheveux dans le vent à la manière de Joe Dassin dans le clip de l’Eté Indien (désolée, fallait bien que je la place). Cette année fait exception, en ce moment, chez moi c’est la canicule et je t’avoue qu’entre le masque et la chaleur, je rêverais juste d’être seule dans un igloo…

Cette semaine, je t’emmène…

De nouveau en Finlande, mais cette fois-ci dans le Sud du Pays, dans la petite ville de Rauma. La vieille ville est une petite merveille médiévale, aux façades colorées qui fait partie du Top Ten de notre voyage en Finlande. Mais ce n’est pas dans la vieille que j’ai envie de t’emmener mais à quelques kilomètres de là aux abords du Poroholma Resort.

J’ai choisi cet endroit…

Après avoir visité la vieille ville, nous nous étions arrêtés pour manger à l’Osteria da Filippo, un pizzeria tenue par un italien expatrié en Finlande. Très vite, comme d’habitude, la belle solidarité nationale des italiens s’est mise en oeuvre et Filippo est venu discuter à notre table et nous suggérer des visites pour cette après midi. Nous avions envie de voir la mer et les iles, il nous a donc proposé de nous rendre de reprendre la voiture et de nous rendre aux abords de Poroholma, une espèce de camping, village vacances de luxe noyé en pleine nature.

En ce 14 août 2018, alors que chez nous la saison battrait son plein, les enfants se préparent déjà à retourner à l’école et le camping a des airs de Madrague à la fin de l’été. La plage est déserte. Les oies ont repris leurs quartiers sur le sable et il ne reste que quelques chanceux encore en vacances. Sur les rochers, une prof d’art donne un cours en plein air à quelques étudiants et des promeneurs se baladent. Le calme après l’agitation de l’été.

On a vraiment été charmés par cet endroit. Ce doit être un lieu très agréable pour passer ses vacances avec des enfants : le resto est un galion pirate à quai, un joli kiosque borde la rive, la réception ressemble à un manoir. On se croirait dans un décor de cinéma pour un film vintage. Et la nature est omniprésente. En 10 minutes de marche, on se retrouve loin des camping-car, seul au bord de l’eau dans un paysage qui n’est pas sans faire penser à ceux de Tove Jansson dans Le livre d’un été. Si je devais résumer cette après-midi en deux mots ce serait sérénité et douceur.

Pendant que nous étions lovés dans ce cocon de tranquillité, l’Italie pleurait ses morts. Le pont Morandi de Gênes, que nous empruntions plusieurs fois par an venait de s’effondrer. Il y a des informations qui te marquent au point que tu peux dire exactement où tu étais et ce que tu faisais quand tu les as apprises. Celle-là en fait partie et a sonné la fin de cette belle après-midi d’été indien. Peut-être trouveras-tu que ce n’est pas le lieu pour aborder ce drame mais pour moi, les deux sont maintenant intimement liés et c’est aussi un moyen de rendre un hommage aux victimes de cette catastrophe que d’en parler en même temps que je t’évoque ce souvenir agréable.

Si tu ne devais choisir qu’une photo laquelle choisirais-tu ? Pourquoi ?

Si je ne devais choisir qu’une photo de ce moment ce serait celle-ci.

La photo a été prise juste à notre arrivée, j’avais adoré le dégradé de couleurs des chaises longues vides sur la plage où les quelques touristes présents côtoyaient les oies. Comme si, on avait commencé à « ranger les vacances dans des valises en cartons« . (Oui Messieurs, Dames, aujourd’hui je suis d’humeur vintage, j’ai sorti mon tourne disque et mes vinyles…). Comme si, pour une fois, on avait la chance de partir en congé hors vacances scolaires. Comme si, pour une fois, on partait en vacances hors saison. Et déjà, avant même de découvrir les alentours, ça avait le prix du luxe.

Thème du 23 septembre : couleurs d’automne

Thème du 30 septembre : en forêt

Et toi, où nous emmènes-tu cette semaine ? En attendant le prochain café des voyageurs, je vous souhaite une belle semaine

À bientôt 😉

Throwback thursday livresque #2

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram, Bettie du blog Bettie Rose Books a pris l’initiative d’en faire un rendez-vous livresque en 2016. Le but est de parler chaque jeudi d’un livre « ancien » de notre bibliothèque en fonction d’un thème donné. Bettie a passé le flambeau, désormais le récap’ des liens se fait sur le blog my-bOoks.com. Venez y participer.

Thème de la semaine : Maman

Dimanche c’était la fête des mères. Le thème du jour se propose donc de leur rendre hommage. J’ai lu quelques jolis bouquins avec de beaux portraits de mamans ces dernières années, mais s’il y en a un qui m’est venu tout de suite à l’esprit c’est celui-ci.

Et oui, aujourd’hui j’ai envie de te reparler d’un livre que j’ai lu l’été dernier et qui m’a laissé complètement chamboulée. J’en avais déjà fait un petit teaser dans ma booklist finlandaise mais je l’ai trouvé tellement magnifique que j’en remets un petit coup ici.

Tout y est beau des paysages scandinaves enneigés à la dévotion de cette mère courage qui finit par tout plaquer, malgré les dettes, les huissiers et tout le reste pour aller voir les aurores boréales avec le camping car de son père et se retrouver ses filles.

C’est le camping car sur la couverture et l’idée de repartir en dans le Grand Nord qui avait fait acheter ce bouquins et le portait de cette maman et de sa grand-mère m’ont littéralement bouleversée.

Emotions, éclats de rire, émerveillement, tout y est… Et le livre tient les promesses de son titre, rallumer les étoiles dans tes yeux le temps d’une lecture et plus si affinités.

Cette chronique t’a plu, tu as envie de continuer à nous suivre ? N’hésite pas à nous retrouver sur notre page Facebook ou sur Instagram

À bientôt 😉

Throwback thursday livresque #1

Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram, Bettie du blog Bettie Rose Books a pris l’initiative d’en faire un rendez-vous livresque en 2016. Le but est de parler chaque jeudi d’un livre « ancien » de notre bibliothèque en fonction d’un thème donné. Bettie a passé le flambeau, désormais le récap’ des liens se fait sur le blog my-bOoks.com. Venez y participer.

Thème du 04 juin 2020 : Couverture estivale

Chez moi point de plage abandonnée, coquillage ou crustacés, mais un été comme je les aime, ceux du grand nord et du soleil de minuit, ceux de la fraîcheur et de la nature sauvage.

Dans ma booklist finlandaise que tu trouveras ici, je t’avais parlé de mon envie de découvrir ce livre pour adulte, écrit par Tove Jansson, la maman des Moomins, ces délicieux petits trolls affectionnés par les enfants finlandais et que les wanderlustschtroumpfs adorent. C’est ce que j’ai fait il y a quelques temps.

Nous voilà donc pour l’été, sur une île du Sud de la Finlande avec la petite Sophie, son papa, mais surtout sa grand-mère avec qui elle passe beaucoup de temps à explorer, bricoler ou simplement ne rien faire. C’est doux, parfois cruel de cette cruauté innocente des enfants, souvent triste mais c’est beau comme ces paysages scandinaves et frais comme la brise du matin, beau comme ces petites menottes qui viennent se loger dans de vieilles mains marquées par le temps pour aller découvrir le monde.

Une petite lecture qui donne envie de se poser, simplement, en regardant l’océan avant d’aller chercher du bois flotté et des coquillages.

Cette chronique t’a plu, tu as envie de continuer à nous suivre ? N’hésite pas à nous retrouver sur notre page Facebook ou sur Instagram

À bientôt 😉

Finlande : ma booklist

Et voilà le dernier article de ma série Finlandaise…

Ça y est tu t’es décidé(e) à prendre ton billet d’avion pour Helsinki ou plus au Nord encore et tu cherches quelques compagnons de voyages à glisser dans ta valise ? Je te propose la sélection qui m’a accompagnée dans les mois de préparation et sur place.

Côté guides

Question guides, je suis une fan inconditionnelle des éditions Autrement. J’aime beaucoup les lignes éditoriales de Lonely Planet pour leur côté exhaustif. J’adore aussi les National Geographic et Geoguide pour la qualité des illustrations et des photos et leur aspect plus journalistique et leur éthique de voyage. C’est donc vers eux que je suis allée chercher lorsque j’ai fait un tour à la bibliothèque à la recherche d’inspiration pour les visites. Je ne sais pas vous, mais j’ai un peu de mal à acheter des guides de voyages car si ils sont très utiles avant et pendant le séjour, ceux qui me plaisent sont souvent assez chers et je ne sais jamais trop quoi en faire une fois rentrée. Alors ils finissent par trôner dans ma bibliothèque en mode ramasse poussière… Du coup, depuis quelques années, je préfère les emprunter…

La Finlande n’étant pas encore une destination suffisamment prisée pour que tous mes supers chouchous s’y intéressent, c’est vers le Lonely Planet et le Petit Futé sur la Laponie que se sont portés mes choix.

Laponie, Petit Futé, 15€95

Bien conçu, il est intéressant si tu prévois de passer une grande partie de ton séjour dans le grand Nord. Ce guide, comme son nom l’indique n’est pas consacré à la Finlande uniquement mais à toute la Laponie. Aussi, si tu prévois de pousser l’aventure jusqu’au Cap Nord ou découvrir la Suède et la Norvège, c’est celui-ci qu’il te faut car il fait un tour d’horizon de toutes la Laponie. Il a aussi l’avantage de son petit prix, d’exister en version numérique pour moins de 10 € et en version l’essentiel de la Laponie pour moins de 5€.

En ce qui nous concerne, nous y avons trouvé des idées de visites intéressantes comme celles de la mine de Pyha-Luotso que nous avons précieusement notées avant de le ramener à la bibliothèque.

Finlande, Lonely Planet, 24 €

Finlande, Lonely Planet, 3e édition

Très complet, il aborde à la fois le côté culturel qui me tient tant à coeur et les suggestions d’hébergement ou de visites. Après de longues soirées d’études, c’est finalement celui-ci qui a sauté dans notre valise et nous a accompagné pendant notre road-trip.

Nous avons utilisé la seconde édition du guide. Nous avons bien aimé ses propositions d’itinéraires qui nous ont aidées à organiser nos hébergements et les étapes de notre séjour et la qualité égale de ses suggestions quelles que soient les régions que nous avons visitées. Une fois sur place, il nous a apporté les compléments d’information dont on avait besoin pour mieux aborder ou compléter nos visites.

Pour moi, son seul point négatif, c’est son prix…

Coté littérature

Avant d’envisager ce séjour en Finlande, je ne m’étais jamais trop intéressée à la littérature scandinave. J’avais vaguement entendu parler de Millenium mais je n’avais jamais lu aucun venu ou parlant du grand Nord… Comme concrètement, les auteurs finlandais ne font pas vraiment partie des têtes de gondoles des librairies, j’ai fait une plaisante découverte lorsqu’en lisant les suggestions littéraires des guides touristiques, je suis tombée sur l’auteur star de la littérature finlandaise, Arto Paasilinna…

Pour les classiques : L’intégrale des oeuvres de Paasilinna

Dans les rayons de ta petite librairie, tu trouveras certainement une bonne petite dizaine de titres, tous aussi bons les uns que les autres. Pour ma part, celui qui est le plus chouette à lire quand tu prépares un voyage en Finlande c’est le Lièvre de Vatanen.

Voilà le pitch, Vatanen, marié, journaliste, la bonne quarantaine vit à Helsinki et se fait copieusement suer dans sa petite vie pépouze. Un soir en rentrant d’un reportage avec dans le sud du pays avec son collègue, il renverse un lièvre variable. Ils s’arrêtent et partent à la recherche de la bête blessée. Vatanen se perd dans la forêt mais retrouve le lièvre alors que son collègue rentre à Helsinki chercher des secours. (On est pas encore à l’ère des portables…). C’est là que commence l’aventure car Vatanen, devant ce lièvre a une révélation : sa vie ne lui convient plus. Il part donc à l’aventure avec son nouveau compagnon à travers toute la Finlande laissant derrière lui son quotidien citadin bien réglé pour une vie au plus près de la nature et faite d’imprévus…

Au-delà de l’humour toujours un peu décalé de Paasilina, j’ai beaucoup aimé la morale de ce livre qui alors qu’il a déjà quelques années derrière lui est encore terriblement actuel dans son discours sur la nature, l’environnement et notre société. Et puis les paysages de Laponie, waouh, ça donnait déjà envie d’y être !!!

À noter, si tu n’es pas un grand fan de littérature comme wanderlustdad, le livre a été adapté au cinéma en 2006.

Un petit polar bien sympa : Bienvenue à Rovaniemi, Jari Tervo, 10/18

Ce qui m’a attirée dans ce bouquin c’est son titre, j’avais trouvé assez peu de bouquins sur la Laponie. Rovaniemi, la ville du Père-Noël devait être une étape importante de notre séjour et le titre, comme la couverture m’ont semblé sympathiques.

Massepain Raikkonen, une petite frappe, se fait liquider sur le bord de la rivière dans la banlieue de Rovaniemi dans des circonstances obscures. Une enquête est ouverte pour déterminer les causes de sa mort. Autour du policier véreux en charge de l’enquête, une galerie de personnages attachants, loufoques, décalés se succèdent pour faire la lumière sur les circonstances de la mort du mafieux…

Ce que j’ai adoré dans ce livre, c’est le fait de passer du côté obscur de Rovaniemi, celui qu’on ne voit pas derrière les images de cartes postales mais aussi de découvrir de façon plus précise les liens entre Finlande et la Russie toute proche. Plein d’humour, d’action et d’émotion, c’est un livre qui ne se laisse pas lâcher facilement.

Un autre polar m’attend sur ma table de nuit : Les petits vieux d’Helsinki mènent l’enquête, je t’en dirai des nouvelles bientôt…

Un feel-good book : Il est grand temps de rallumer les étoiles, Virginie Grimaldi

Avec celui-là, je triche un peu, en vérité, je ne l’ai pas lu avant de partir… Il m’a appelé de son rayonnage surpeuplé de grand enseigne du divertissement qui commence par un C et qui finit par un A. Placé en tête de gondole, dans la catégorie des best-sellers, il était difficile de ne pas le voir. En général, je n’aime pas trop le carré VIP, je préfère le coin des bouquins plus timides. C’est le camping-car qui m’a attiré… J’ai donc retourné le bouquin pour lire son résumé… Et là, c’était plié, Scandinavie, camping car, road book, il a tout de suite sauté dans mon panier. En plein coeur de l’été, j’avais besoin de fraîcheur et de me replonger dans ce voyage magnifique que nous avions fait l’année précédente, il a donc grillé la priorité à tous les livres qui attendaient patiemment sur mon étagère et en l’espace de deux jours s’est fait dévorer.

Si tu n’as pas croisé sa couverture sur les étals ou que tu n’as pas eu la curiosité de lire le résumé, voilà de quoi il s’agit. C’est l’histoire d’Anna, divorcée, qui galère depuis des années pour élever seule ses deux filles. Alors qu’elle croule déjà sous les dettes, son patron décide de la virer pour embaucher sa maîtresse. L’avenir ne s’annonce pas très rose, ses filles l’ont bien compris et elles ne vont pas bien. Il ne lui reste plus que son indemnité de licenciement comme rempart pour régler ses dettes et repartir sur de bonnes bases mais c’est sans compter sur le défi que lui lance sa grand-mère, trop triste de voir sa petite-fille s’éteindre à force de se donner pour les autres. Il est grand temps de rallumer les étoiles et de remettre de la paillette dans sa LIFE et pour ça rien de mieux qu’un road trip en camping car jusqu’au Cap Nord. C’est donc avec le bolide de son père qu’elle quitte le Sud-Ouest en plein mois de mars pour les lointaines contrées polaires, ses deux filles sous le bras, qui se demandent quelle mouche a bien pu piquer leur mère, d’ordinaire si angoissée.

Au fil du voyage, l’histoire familiale s’éclaire par des flashbacks, chacune y va de son point de vue par son journal de voyage, on passe du rire aux grosses larmes. Wanderlustdad m’a surpris à plusieurs reprises en mode reniflage… Glamour quand tu nous tiens…

Inutile de te dire que je l’ai adoré et qu’en deux jours de voyage pour le sud de l’Italie, il était plié (ce qui m’a bien embêtée parce qu’il était assez gros et que je n’avais prévu que deux bouquins pour le mois). Mais pourquoi tout cet enthousiasme ? D’une part parce c’est un récit de voyage et qu’il m’a replongée dans ce voyage en Finlande si féérique, que sa galerie de personnages et vraiment très attachante, et que l’idée de partir sur un coup de tête à l’autre bout du monde à la recherche de quelque chose pour finalement se retrouver soi est un sujet qui me parle bien en ce moment.

Bon le problème, au grand désespoir de Wanderlustdad, c’est que cette petite merveille a mis dans le tiroir à voyage : la Norvège avec ses baleines, ses fjords, le Cap Nord et le chemin de Saint Olav…

Une romance de Noël : Tu fais quoi pour Noël ? Je t’évite ! de Juliette Bonte

La période des fêtes me permet de faire une petite mise à jour sur cet article. Grâce à NetGalley, j’ai pu découvrir cette romance de Noël dans le recueil Un Noël avec Juliette Bonte dont je te parle ici. Dans cette histoire, Rovaniemi sert de décor aux aventures de Charlie et Blade. Ils se détestent de la façon la plus cordiale qui soit. Lorsqu’ils sont dans la même pièce, la tension est palpable. Ils n’ont qu’une préoccupation commune, pourrir la vie de l’autre, ce à quoi ils s’engagent mutuellement de façon très sérieuse. C’est la raison pour laquelle, en apprenant à quel point Charlie déteste Noël, il propose à leur groupe d’amis de se rendre en Laponie pour les fêtes.

Si tu cherches un peu de légèreté pour te mettre dans l’ambiance sans trop de détails culturels ni de longues descriptions de paysages polaires sous la neige, voilà qui devrait te plaire.

Et pour les schtroumphs alors ?

C’est là que le bât blesse car si la littérature jeunesse est pleine de références pour des tas de destinations européennes, pour la Finlande, l’offre est à peu prêt aussi déserte que les steppes lapones l’hiver…

Si tu veux envoyer en crise ton / ta bibliothécaire ou ton / ta libraire de confiance, rentre chez la boutique et demande : « Vous auriez des albums sur la Finlande… » Résultat garanti à 100 %…

Non blague à part, à part le classique contes et légendes des vikings et des vieux albums trouvés dans la bibliothèque de l’école. Je séchais un peu, jusqu’à ce qu’heureusement, Tove Jansson et ses Moomins viennent à mon secours.

Les Moomins, kezako ?

Les Moomins ce sont de trop mignons petits trolls nés sous la plume de Tove Jansson au milieu du 20è siècle. En Finlande, ce sont des monuments nationaux, au même titre que Le Petit Prince ou Astérix chez nous. Tu les trouves à tous les coins de rue, ils ont leur parc d’attractions dans le Sud, près de Rauma, des boutiques dans les aéroports et les grands lieux touristiques. Tu les retrouves sur ta télé en dessins animés ou au super marché sous forme de petits biscuits (un peu comme les Z’animos, tu sais les biscuits moitié sablés / moitié choco qu’on mangeait quand on était petits), de tisanes ou autres.

Chez nous tu trouveras quelques BD, quelques DVD et des bouquins de coloriages qui peuvent aider tes schtroumphs à patienter dans l’avion et sur la route avant de les découvrir pour de vrai. Nous on les a trouvés tellement choux, qu’on en a fait profiter nos amis en leur envoyant des jolies cartes postales à leur effigie.

Un joli film pour toute la famille : Aïlo, une odyssée en Laponie de Guillaume Maidatchevski

Avec celui-ci je triche un peu aussi, il est sorti l’hiver qui a suivi notre retour. Mais il est tellement beau que je ne sais pas trop si je dois te conseiller de le voir avant pour préparer tes mirettes à la beauté des paysages que tu vas rencontrer, ou après, pour garder la surprise avant d’arriver et t’y replonger ensuite avec gourmandise une fois rentré.

Nous on a pas eu le choix, on l’a vu cet hiver en famille, dans notre canapé. On appréhendait, comme pour tout documentaire animalier qu’il arrive malheur à la maman d’Aïlo et que le wanderlustschtroumph numéro 2 nous fasse une crise de gros sanglots mais ouf, non… (Oui, chez nous il y a des films et des documentaires que l’on ne peut pas voir tous ensemble sous peine de déclencher une crue centennale…)

Finalement, on en a pris plein les yeux, on a beaucoup ri avec les écureuils, adoré la bande originale et revécu l’espace d’une soirée les merveilleux souvenirs de nos quelques jours dans le grand Nord.

Voilà pour cette petite sélection, qui peut encore s’enrichir de nouvelles lectures. Et toi déjà parti ou en partance, quels sont tes livres de chevet ?

A bientôt 😉

Finlande du Sud au Nord : nos 10 coups de coeur

Dans un précédent article, je te racontais à quel point la Finlande avait été une destination qui était restée dans le coeur de notre famille comme une parenthèse enchantée. Au cours de notre road trip, nous avons dans un premier temps visité le Sud Ouest du pays et la capitale avant de nous envoler vers le grand Nord pour quelques jours et terminer notre voyage dans le Sud Est. Aujourd’hui, je vais essayer de me prêter à l’exercice périlleux du Top 10 partager avec toi les 10 expériences préférées de notre famille. Le choix a été difficile, tant dans la sélection des 10 heureux élus que dans l’ordre dans lesquels les placer mais on y est arrivé. Prêt pour notre top 10?

10 – Linnanmaki

Un peu comme Tibidabo à Barcelone, Linnanmaki est un parc d’attractions juché sur les hauteurs d’Helsinki. L’ambiance bonne enfant est à mi-chemin entre celle d’une fête foraine et d’un parc d’attraction et les bénéfices du lieu vont au profit d’une association de protection de l’enfance.

Pour le visiteur, plusieurs options possibles : la visite journée où tu paies ton entrée comme dans tout autre parc d’attractions et tu profites de la totalité des attractions à volonté ou le carnet de tickets qui te permet d’accéder à une dizaine d’attractions, un peu comme à la fête foraine.

L’entrée à la journée étant assez chère, nous avons choisi la deuxième option et nous y avons passé le début de soirée. Les garçons ont pu faire du manège, et en famille, nous avons bien ri dans le train fantôme et sur le monorail qui fait le tour du parc. Personnellement, j’ai adoré la déco un peu vintage…

9 – Découvrir la ville de Sipoo

Rien ne nous prédestinait à visiter cette ville. Quelques maisons isolées, 2 églises qui se faisaient face, ce matin-là, sur la route de Porvoo, on avait le temps, on avait fait les courses et on était en mode, on va à Porvoo mais si on trouve quelque chose de sympa sur la route, pourquoi ne pas faire un détour. On profitait de la campagne du Sud en se disant que la parenthèse aller bientôt s’achever, quand on a vu sur la route un groupement de maisons et le panneau en finnois Sipoo Vanha Kirkko. Au bout de presque 10 jours en Finlande à visiter des vieilles villes notre piètre finnois nous permet quand même de comprendre qu’en suivant cette direction, on arriverait devant une vieille église. Et on n’a pas été déçu… L’une des plus vieilles de Finlande, fin du XIVè siècle, elle est juste sublime ! Sereine, elle a la classe et l’élégance de ces vieilles dames ridées dont le regard est plein de sagesse. On y est les seuls touristes et double effet Kiss Cool, de l’autre côté de la route, la nouvelle église nous attend. Les jardins des églises étaient tellement jolis qu’on en a profité pour s’y poser et pique niquer…

8 – Porvoo

C’est la jolie carte postale du Sud Est de la Finlande avec ses maisons rouges sur le bord de la rivière, ses boutiques de créateurs, ses cafés coquets et ses antiquaires, son église avec ses ex-votos. La ville est assez touristique et nous n’étions pas seuls mais nous avons adoré l’ambiance lacustre du village.

En reprenant la voiture, nous avons fait un détour dans la lagune, le long du sentier ornithologique. Paysages sauvages et remplissage de mirettes garanti !

7 – Rencontrer le Père Noël

Impossible de partir de Laponie sans aller rendre visite au Vieux Barbu… Pour les garçons c’était LEUR passage obligé et sûrement le souvenir qui les a le plus marqué du voyage.

Il faut dire que même si l’extérieur manque cruellement de magie en cette fin d’été avec ses boutiques à souvenirs made in China, ses rennes parqués et ses allées goudronnées, le bureau du Père Noël est particulièrement joli et son occupant très élégant dans son costume de travail.

Je ne saurais pas te dire ce qu’il s’est passé dans leurs petites têtes de wanderlustschtroumphs lorsqu’ils ont passé la porte et qu’ils l’ont découvert. Tout ce que je sais, c’est que mes garçons, pourtant d’ordinaire pas timides se sont faits tout petits devant ce grand bonhomme. Ils ont tout de même réussi à le faire tourner en bourrique à ne plus savoir quelle langue parler en lui parlant à moitié en français, à moitié en italien. Tempête de poussière de fée dans leurs petits yeux et taux d’humidité dans les yeux de maman : 100 %.

6 – Rauma

Rauma est une petite ville du Sud Ouest de la Finlande. Si la partie moderne de la ville n’a pas un grand intérêt, nous avons adoré la visiter la vieille ville avec ses maisons de bois aux façades pastels.

Dans mon précédent article sur la Finlande, je te disais que j’avais trouvé que cela ressemblait à Disneyland, sans Mickey. À Rauma, cela m’a fait l’effet de visiter un village de contes de fées. Une petite place du marché, des jolies maisons aux belles couleurs, des boutiques dédiées à la spécialité locale : la dentelle. Tu t’attendrais à voir une princesse sortir en poussant la chansonnette pour t’expliquer à quel point son monde est merveilleux à tous les coins de rues. La mignonnerie à l’état pur ! Et un calme et une sérénité ! Le radar à compatriotes de wanderlustdad nous a conduit tout droit à la seule pizzeria de la ville tenue par un italien qui nous a suggéré notre visite de l’après-midi dans un petit coin de bord de mer fort sympathique.

5 – Rechercher des améthystes

Dans la série des visites sympas que nous avions glanées dans les guides touristiques sur la Laponie, il y avait la possibilité de visiter la mine d’améthystes de Pyha Luotso. En lisant ça, on s’est tout de suite vus se la jouer Grincheux, Prof, Atchoum et cie chantant Hey Ho ! à tue-tête à la recherche de petites pierres violettes.

Sur place, nous avons passé une agréable journée. La mine, contrairement à l’image qu’on peut s’en faire n’est pas sous terre mais en haut d’une montagne. L’été, on y acccède par un joli sentier de randonnée, raisonnablement fréquenté, l’hiver des navettes chasse-neige font des allers-retours entre le parking et le refuge qui sert aussi de billeterie.

Comme tout en Finlande, la visite est assez chère mais elle est plutôt pédagogique. Après une tisane de mûres polaires de bienvenue prise dans des tasses en bois, notre guide nous a rapidement présenté l’améthyste d’un point de vue géologique puis nous avons pu nous mettre dans la peau des mineurs et creuser à la recherche de la pièce que l’on pourrait ramener à la maison.

C’est pas avec les petits cailloux que l’on a trouvé que l’on a réussi à retrouver notre chemin, mais l’espace d’une journée, jouer les chercheurs d’or comme dans les romans de Jack London, c’était vraiment chouette. ❤

4 -Avoir les mains bleues à force de cueillir des myrtilles

Dans la famille on adore cueillir des baies : mûres, framboises, fraises des bois. Toutes les balades en forêt sont bonnes pour faire de la cueillette et préparer des confitures mais il y en a une qui ne pousse pas vraiment sous nos latitudes c’est la myrtille. Alors quand on s’est rendu compte qu’elle poussait juste au pied de notre chalet et qu’il y en avait des parterres entiers, il n’en a pas fallu beaucoup pour nous mettre à l’oeuvre. Les wanderlustschtroumphs armés de leur petits seaux sont immédiatement passés à l’action. Un peu dans le seau, beaucoup dans la bouche directement du producteur au consommateur, un peu dans les yaourts, au bout de 4 jours en Laponie, avec les mains bleues, il nous restait encore 800 grammes de myrtilles qui ne pouvait pas prendre l’avion… Qu’à cela ne tienne, même au Pôle Nord, on a fait des confitures, et lorsque l’on ouvre les pots, on retourne en Laponie par la pensée.

Attention chez lecteur nous voilà arrivés sur le podium !

3 – Fiskars

Pour moi, avant de découvrir la Finlande, Fiskars, c’était une marque de ciseaux, tu sais ceux avec les trous orange pour mettre les doigts et qui coûtent le prix d’une Rolls Royce… Tu vois ? Sur le coup, ça ne m’inspirait pas le comble du kif touristique, visiter un site industriel, ouais bof… Jusqu’à ce que je tombe sur ça…

Une rivière, des arbres, de jolies bâtisses en briques… Il en a pas fallu beaucoup plus pour que je fasse des pieds et des mains pour qu’on l’inclue dans notre circuit… Une fois sur place, ajoute à cela de jolies petites boutiques de créateurs, un artisan forgeron qui a expliqué aux garçons comment il travaillait à l’ancienne, une micro-brasserie et l’impression que le temps s’est arrêté et nous avons tous été conquis par la magie de la marque orange au nom difficile à prononcer.

2 – Pouvoir approcher des rennes

En arrivant à Helsinki, on s’était dit que ce serait génial si on arrivait à voir des rennes pendant notre voyage. Si ils ont été plutôt discrets pendant tout le temps que nous avons passé dans le Sud, à peine débarqués à Rovaniemi, au portes du Cercle Polaire, nous avons eu l’occasion de constater que le panneau attention traversée de rennes n’était pas une légende urbaine. Au milieu de la route, au bord des chemins et même parfois sur les parkings, se sont des troupeaux entiers que nous avons pu approcher et observer en essayant de les déranger le moins possible. Nous avons même eu la chance de rencontrer un renne blanc. Je te laisse imaginer l’excitation des wanderlustschtroumphs de rencontrer le même renne blanc que dans leur boite de playmobils 😉

Nous voilà arrivés à la fin de ce classement. Quelle est donc l’expérience qui a le plus marqué notre voyage ?

1 – Dormir dans un mokki

Très tôt dans l’organisation du voyage, l’idée de dormir dans un chalet traditionnel en Laponie était apparue à tout le monde comme un incontournable. En la matière, tu peux trouver de l’attrape touristes comme du lieu beaucoup plus familial.

Après une soirée passée sur un site de location entre particuliers qui commence par un A et qui finit par un B, je suis finalement tombée sur une annonce complètement atypique. Un groupe de cabanes traditionnelles, sans eau courante (mais avec l’électricité quand même), toilette sèche et sauna traditionnel pour un prix par nuit si peu cher que tu es obligé de te frotter les yeux pour vérifier que tu ne te trompes pas.

Nos hôtes ne parlaient pas un mot d’anglais et nous, tu imagines que pour le finnois c’était la même… Mais on s’est débrouillés et vraiment, on a passé trois jours magiques au contact de la nature et de la vie traditionnelle finlandaise à l’issu desquels il a été difficile de reprendre la route pour poursuivre notre route. J’espère vraiment de tout coeur qu’un jour, nous aurons l’occasion d’y retourner.

Voili voilou, si l’article t’a plu n’hésite pas à commenter et à t’abonner…

À bientôt 😉

Pourquoi la Finlande est un pays génial à visiter avec des enfants ?

À la base rien ne nous prédestinait à visiter la Finlande. Dans le tiroir à voyages, il y avait d’autres destinations qui attendaient depuis bien plus longtemps. J’avais vaguement entendu une collègue me raconter son séjour magique au coeur de l’hiver en Laponie, mais jusqu’alors ça n’avait pas fait tilt.

L’été, d’ordinaire nous passons nos vacances dans une petite station balnéaire du sud de l’Italie, dans la famille de wanderlustdad. Il y a 3 ans, comme tous les ans au mois d’août, ce petit coin de paradis 11 mois sur 12 est envahi de touristes échappés tout droit de Gomorra. Un soir, après la quinzième douche depuis le matin pour rincer la transpiration d’une journée particulièrement chaude et humide et avant de me préparer pour sortir nous rafraîchir un peu, je tombe sur Facebook sur des photos de vacances postées par une copine de lycée. Elle est en vacances avec sa famille en Laponie. Lumière douce du soleil de minuit, une barque, un lac, un renne, des arbres, et une sensation de calme et de sérénité qui contraste tellement avec le tumulte et la chaleur dans lesquels tu vis depuis deux semaines et qui ne t’inspire qu’une chose, te terrer dans une grotte.

Ce soir-là, je me vois sur le ton de la boutade, dire à wanderlustbeaupapa, l’année prochaine, on viendra vous voir plus tôt dans la saison, mais cette chaleur et ce monde, je peux plus, le 15/08, je serai en Finlande.

Les mois passent, et vient en janvier le moment de songer aux vacances d’été. Ecosse ? Finlande ? Irlande ? on avait envie de nature, de grands espaces et surtout de fraîcheur, car nous allions aussi passer plusieurs semaines dans la chaleur du Sud de l’Italie. Au final, le choix de la Finlande, ça s’est un peu joué à papier – ciseaux – cailloux… Non blague à part, à parité de coût des vols, c’est une recherche rapide sur le prix des chambres qui a fini de trancher. L’Ecosse était plus chère, et comme les Highlands sont une destination qui nous fait rêver depuis longtemps, on a préféré remettre à plus tard et le laisser encore un peu dans le tiroir. Alors pourquoi la Finlande nous a tellement laissé in love ❤ ❤ ❤ ?

La Finlande, c’est LE pays idéal pour les enfants

Pays de la fessée interdite, parmi les champions mondiaux des systèmes scolaires, et de l’éducation bienveillante, en Finlande et du gentil troll Moomin tout est pensé pour que les enfants soient à leur aise. Même les églises sont kids-friendly, on leur a souvent offert des tatouages, des pansements ou des petits jeux pour patienter lors de leur visite. On s’adresse toujours aux enfants avec un grand sourire.

En plein centre ville d’Helsinki, nous avons été assez surpris de voir des enfants hauts comme trois pommes arriver à l’école tous seuls et garer prudemment leurs trottinettes sans un parent pour superviser tout ça…

La Finlande c’est un peu comme Disneyland, la souris à grandes oreilles en moins 😉

Même en plein été, quand tu débarques à Helsinki depuis Rome où il fait 40° à l’ombre, tu ressembles d’abord à l’équipe de Jamaïque de bobsleigh qui arrive à Cagliari dans Rasta Rocket (tu vois l’image ?!?). Une fois le choc thermique dépassé, la première chose qui te saute aux yeux, c’est la propreté des rues. J’habite Marseille, championne inter-catégorie de la grève des éboueurs, donc pour moi c’était tout simplement la quatrième dimension. Des trottoirs propres, des bornes de recyclage à chaque coin de rue, des espaces verts soignés, comment dans un environnement pareil, il pourrait te venir à l’idée de jeter un papier.

Une fois que tu récupères ta voiture à l’aéroport et que tu prends la route, tu découvres là encore ce que tu pensais être une légende urbaine : la courtoisie au volant. Si le panneau indique 80, personne ne se mettra derrière toi façon Lewis Hamilton pour te dépasser en faisant des appels de phares et en klaxonnant rageusement. Non, la règle c’est la règle. Idem au feu rouge, personne ne te sortira de ta sieste, si tu t’endors. Le Finlandais au volant est détendu et respectueux, et rien que pour ça, tu as déjà l’impression d’être en vacances.

Bon d’accord, on a pas forcément visité de quartiers craignos, mais quelles que soient les villes par lesquelles nous sommes passés, nous avons été frappés par l’ambiance sécure qui règne dans le pays… Si chez moi, je laisse mon vélo attaché dans la rue dans minutes avec une chaîne à bateau (j’exagère à peine), je peux ne pas le retrouver. Là-bas, tout va bien, les vélos sont simplement posés le long des murs des maisons et personne ne les touche.

La Finlande fait encore partie des pays épargnés par le tourisme de masse.

Hormis à Helsinki ou à Rovaniemi, proche du village du Père Noël, nous avons rencontré relativement peu de touristes au cours de nos 10 jours de voyage et pourtant, nous avons fait mal roulé notre bosse avec une moyenne de 200 km par jour.

Alors, certes, nous avons voyagé hors saison, nous n’avons passé qu’un jour et demi à Helsinki et qu’une après-midi au village du Père Noël à Rovaniemi, mais nous avons visité de petits trésors du patrimoine finlandais comme Turku, Rauma, Poorvo, des forêts et de la nature, et ça, ça valait tous les musées.

La Finlande est un paradis pour les amateurs de nature sauvage.

La nature, tiens, parlons-en… Au cours des trois heures de vol qui nous séparaient de Rome, nous avons pu voir évoluer les paysages européens, des aires ultra-urbanisées, aux cimes des Alpes en passant par les grandes étendues agricoles d’Europe du Nord avant d’arriver à la Finlande et ses grandes forêts. Déjà, avant même de débarquer le ton est donné.

Alors si, comme nous tu adores les balades dans la nature, les beaux paysages, les forêts à perte de vue et les couleurs de l’été indien, la Finlande remplira ton coeur à jamais.

Au bout de 3 jours en Laponie, tu ne t’émerveilles même plus de croiser un renne sur le bord de la route car tu as dû t’arrêter des dizaines de fois devant un individu impassible stationné au milieu de la nationale et qui n’a clairement pas l’intention de bouger… Là-bas, les appels de phares ne servent pas à signaler un éventuel radar mobile ou contrôle routier mais un renne isolé ou un troupeau en goguette que tu risques de rencontrer sur ton chemin.

Si tu aimes les fruits rouges et les baies en tous genres, prépare-toi à faire un festin. En Finlande, la myrtille est la reine des sous-bois. Les schtroumphs ont fini par avoir vraiment les mains bleues à force d’en cueillir… Les Finlandais en ramassent par seaux entiers pour les manger crues ou en faire de délicieuses confitures ou tartes. La plante est vraiment très facile à reconnaître. Nous avions téléchargé l’application iNaturalist pour apprendre à reconnaître les baies que nous trouvions dans les bois (framboise, mûres, mûres polaires, cranberries sauvages…). En cas de doute, les randonneurs que nous avons croisé sur la route nous ont toujours volontiers renseignés sur le caractère comestible de telle ou telle plante. Si toutefois, vous n’étiez toujours pas sûrs, ne prenez pas de risque bien sûr et passez votre chemin, ce serait dommage de

Nous n’avons pas tenté l’expérience de la pêche, mais si c’est ton truc, sache que là encore, le long des nombreux cours d’eau, tu ne pourras que trouver ton bonheur et peut-être, qui sait, rajouter un superbe saumon à ton tableau de chasse.

Napapiiri, 66°32’38 »

Non ce ne sont pas les chiffres du dernier tirage de l’Euromillions associé à une célèbre marque de vêtements de montagne… mais les coordonnées d’une latitude mythique, celle du cercle polaire. Outre le port d’Helsinki, l’une des principales destinations touristiques en Finlande c’est Rovaniemi et son célèbre village du Père Noël.

Tu peux y franchir le cercle polaire d’à peu près toutes les façons qui soient : en voiture, à pied, en vélo, et l’hiver en motoneige, en raquettes ou en traineau à rennes ou à chiens. Certaines agences de voyages proposent même des cérémonies de passage du cercle polaire avec diplômes d’explorateurs accompagné de guides vêtus de costumes samii (je t’avais prévenu, le village du Père Noël à Rovaniemi c’est un peu le piège à touristes). Je veux bien concevoir que la neige puisse rendre le lieu magique en plein hiver, mais en plein été, j’ai eu du mal à rentrer dans l’esprit du lieu.

J’aurais vu la maison du Père Noël plus isolée dans les bois, pas au bord de la nationale en face pour ainsi dire d’une station service… Ça m’a fait un effet aire d’autoroute prête à avaler à avaler du touriste fraichement descendu de son car pour 4 jours grassement payés chez un tour operator… La majeure partie des attractions du lieu fonctionnant avec la neige, tout y était fermé ou presque et à des prix exorbitants pour une famille de 4 personnes. Ce n’est pas l’étape que nous avons préférée du voyage mais la rencontre avec le Vieux Barbu était tout de même magique pour tous les 4 et depuis les wanderlustchtroumphs n’ont de cesse de répéter que le Père Noël existe puisqu’ils l’ont vu au Pôle Nord.

Une fois la porte d’entrée passée avec tambours et trompettes, si tu continues vers le Nord, tu pourras découvrir la Laponie des Finlandais. Nous y avons rencontré des personnes formidables, d’une grande gentillesse et prêtes à partager leur culture. Nous avons vécu une merveilleuse parenthèse de 3 jours dans un mokki traditionnel au milieu des bois qui restera dans nos coeurs pour toujours, pendant laquelle nous avons :

  • ramassé tellement de myrtilles qu’avant de prendre l’avion, nous avons dû acheter du sucre en catastrophe pour en faire de la confiture pour ne pas les jeter,
  • les garçons ont joué les mineurs à la recherche d’améthystes polaires,
  • goûté au sauna traditionnel chauffé au feu de bois
  • profité des très longues journées qu’offre l’été polaire…

Il n’a manqué qu’une chose à ce voyage, l’émotion des aurores boréales, et je pense qu’un jour j’y retournerai en hiver pour cela. Si avec cet article, je t’ai donné envie de te plonger dans l’organisation d’un voyage vers le grand Nord, n’hésite pas à t’abonner car je te proposerai bientôt un article sur nos 10 coups de ❤ finlandais et ma booklist pour se mettre dans l’ambiance.

À bientôt 😉